Âgé de 18 ans et à sa première saison complète chez les 67’s d’Ottawa, l’Ottavien Merrick Ripon mène chez les défenseurs de la Ligue de l’Ontario avec un différentiel de +20.

Un mur nommé Merrick Rippon

Quand personne ne peut battre ton équipe pendant 60 minutes dans 16 matches de suite, il est normal que tes joueurs occupent le haut du classement dans plusieurs catégories de statistiques.

Chez les 67’s d’Ottawa, après 22 matches, l’entraîneur-chef André Tourigny peut miser sur le meilleur passeur de la Ligue de l’Ontario (LHO) avec les 25 mentions d’aide d’Austen Keating. Celui-ci mène aussi la ligue avec un différentiel de +25. Marco Rossi mène toutes les recrues avec 27 points. Tye Felhaber est deuxième avec ses 21 buts, mais premier avec neuf « premiers buts » dans un match.

Là où la domination des 67’s (17-3-2) est la plus évidente, c’est au chapitre des « plus et moins ». Les cinq premiers rangs de la LHO sont occupés par leurs joueurs et Merrick Rippon est le chef de file parmi les défenseurs du circuit Branch avec un retentissant +20 après 22 matches.

Aux dires d’André Tourigny, le hockeyeur franco-ontarien est un véritable mur à la ligne bleue des 67’s.

« Premièrement, Rip joue à la hauteur de son potentiel depuis le début de la saison. Oui, il joue dans un bon club et il est à +20, mais ce ne sont pas tous nos défenseurs qui sont à +20. Il faut lui donner du crédit. Il a été très constant. Il bouge beaucoup mieux ses pieds lorsque vient le temps d’appuyer l’attaque. Ça lui permet de se créer de l’espace. Sur le plan physique, il est toujours aussi intense », a expliqué son entraîneur, qui apprécie aussi le leadership de l’Ottavien du quartier de Mooney’s Bay.

Merrick Rippon, lui, demeure humble devant ses succès du premier quart de saison.

« C’est une fierté d’avoir un bon ratio de plus et moins, mais ce n’est pas juste moi qui vais bien. C’est toute l’équipe. Il faut dire que je me retrouve souvent sur la patinoire en même temps que notre premier trio. Ce premier trio est très dominant », a-t-il dit en faisant allusion aux prouesses offensives d’Austen Keating, Tye Felhaber et Marco Rossi.


«  J’espère toujours être repêché à 18 ans, mais j’essaie de ne pas y penser. Présentement, notre équipe se concentre sur des victoires. Les victoires amènent le succès. On verra.  »
Merrick Rippon

Le défenseur de 18 ans louange aussi son partenaire défensif des trois dernières semaines. Selon lui, le vétéran Hudson Wilson l’aide à bien paraître.

« Je n’avais pas joué avec Hudson l’an dernier, mais nous avons été jumelés depuis trois semaines et ça va très bien. Il est fiable défensivement. Il pratique un style de jeu très physique comme le mien. Il communique bien. Nous avons de la facilité à lire le jeu qui s’en vient. Quand un de nous deux veut appuyer l’attaque, il ne suffit que d’un regard. »

Choix de deuxième ronde des Rangers de Kitchener en 2016, Rippon s’est amené à Ottawa le 1er janvier dernier dans un échange impliquant quatre joueurs et trois choix au repêchage.

Après avoir inscrit 23 points en 68 matches à sa saison recrue, il a amassé huit points en 22 matches cette saison.

Sans avoir été repêché dans la LNH l’été dernier, Rippon a reçu une invitation au camp des Flames de Calgary où il est resté plus longtemps que prévu.

À présent qu’il fait partie d’une équipe gagnante remplie de jeunes joueurs admissibles au prochain repêchage, il aura droit au second regard de plusieurs recruteurs.

« J’espère toujours être repêché à 18 ans, mais j’essaie de ne pas y penser. Présentement, notre équipe se concentre sur des victoires. Les victoires amènent le succès. On verra. »

Pause pour Andrée

En partie parce que son adjoint était occupé au Défi mondial des moins de 17 ans, Cédrick Andrée a amorcé chacun des neuf derniers matches des 67’s devant le filet. Will Cranley étant de retour, le gardien du secteur Orléans aura un peu de répit lors des trois prochains matches. Son adjoint âgé de 16 ans obtiendra au moins un départ dans le voyage de trois matches dans le nord de l’Ontario. Jean-Philippe Tourigny a été retourné à son équipe junior A. Il a joué quatre minutes sans accorder de but. Il n’a fait face qu’à un tir.

LES 67'S EN BREF

Clarke blessé, Bitten promu

Victime d’une séparation de l’épaule dans le dernier match des 67’s samedi, l’Ottavien Graeme Clarke devra s’absenter du jeu pendant une période de six à huit semaines. Il s’agit d’une perte considérable pour les 67’s. L’attaquant de 17 ans avait inscrit 10 buts à ses 22 premiers matches. Il était le troisième meilleur franc-tireur du club derrière Tye Felhaber (21) et Marco Rossi (13). Pendant sa convalescence, le Franco-Ontarien Samuel Bitten aura l’occasion de le remplacer aux côtés des vétérans Kody Clark et Sasha Chmelevski, deux joueurs repêchés dans la LNH. « Graeme est un tireur d’élite et il jouait sur la première vague de l’avantage numérique. Il va nous manquer, mais Sam Bitten a été patient depuis le début de l’année. Il mérite une promotion dans un trio offensif », a dit le coach André Tourigny.

Trois retours du Défi mondial

Les 67’s ont pris la route du Nord de l’Ontario mercredi après-midi où ils disputeront trois matches à Sudbury, Sault Ste-Marie et North Bay. Pour la première fois en deux semaines, ils pourront à nouveau miser sur leurs trois joueurs de 16 ans. Le gardien Will Cranley ainsi que les attaquants Cameron Tolnai et Matthew Maggio reviennent du Nouveau-Brunswick où ils ont participé au Défi mondial des moins de 17 ans avec l’une des trois équipes canadiennes. Le club « rouge » de Cranley et Maggio a été le mieux classé au pays avec une quatrième place. Maggio a été le deuxième meilleur marqueur du club dirigé par Louis Robitaille des Tigres de Victoriaville. Il a récolté un but et quatre points en six matches. Le club de Tolnai a pris le sixième rang avec Équipe Canada Blanc. La Russie a gagné le tournoi.

Premier but d’Alexandre Hogue

Choix de deuxième ronde du Sting de Sarnia en 2017, Alexandre Hogue a marqué son premier but en carrière dans la Ligue de l’Ontario samedi contre les Wolves de Sudbury. Le hockeyeur d’Embrun avait récolté sa première passe de la saison dans le match de vendredi contre les Rangers de Kitchener. Dans les deux cas, le Sting s’est incliné en tirs de barrage. Le défenseur de 5’7’’ et 184 livres a maintenant deux points à sa fiche après 17 matches. À sa saison recrue à 16 ans, il avait amassé deux mentions d’aide en 30 parties avec le Sting. Son premier but aura été marqué pendant un avantage numérique, une facette du jeu qu’il maîtrisait bien à 15 ans quand il avait inscrit 47 points en 45 matches avec les Grads de Cumberland au niveau midget AAA.