Malgré ses 5’6’’ et même s’il a été choisi en 15e ronde du repêchage de la LHO, Lucas Chiodo était le meilleur compteur des Colts de Barrie depuis deux saisons. L’attaquant de 20 ans a 192 points en 227 matches depuis son entrée dans la ligue à 17 ans.

Surprise! Les 67’s bougent encore

Il ne faudra pas chercher bien loin pour trouver le meilleur spectacle sportif en ville d’ici au printemps.

L’action va se dérouler à la Place TD où les 67’s d’Ottawa ont dévié de leur plan initial en ajoutant un autre canon offensif à 30 minutes de la fin de la période des transactions des joueurs de 20 ans dans la Ligue de l’Ontario (LHO) mercredi.

Déjà bien nantis en attaque avec l’acquisition de Kyle Maksimovich mardi, les 67’s sont allés chercher Lucas Chiodo quand les prix ont commencé à baisser rapidement mercredi avant-midi.

« Ta maison pourrait être à vendre et je ne la voudrais pas, mais si tu réduis ton prix de moitié, ça se peut qu’elle me tente tout d’un coup ! Quand je me suis couché mardi soir, j’ai très bien dormi avec l’équipe que j’avais. Ce matin, en me levant, nous avions une offre que nous ne pouvions plus refuser », a imagé l’entraîneur-chef et vice-président aux opérations hockey des 67’s, André Tourigny.

En moins de 24 heures, les 67’s sont passés d’une formation d’un seul joueur de 20 ans à trois. Avec les additions de Maksimovich et Chiodo, ils misent maintenant sur quatre des 15 meilleurs compteurs de la LHO.

Tye Felhaber mène la ligue. Austen Keating (8e) et Kyle Maksimovich (9e) sont dans le top-10 alors que Chiodo est 15e avec 50 points en 39 parties.

Pour l’obtenir des Colts de Barrie où il était le meilleur compteur depuis deux ans, les 67’s ont versé un choix de deuxième ronde en 2024, un choix de troisième ronde en 2021 et les droits de Shaw Boomhower, un vétéran de 20 ans qui évolue dans la Ligue East Coast en ce moment.

« Il a confondu bien des sceptiques pour arriver où il en est aujourd’hui. Chiodo a été un choix de 15e ronde des Colts. Il est devenu leur meilleur compteur l’an dernier. Il joue sur les deux unités spéciales. Il travaille sans relâche. Il va pouvoir nous aider dans plein de situations », a avancé le directeur général James Boyd dans son bureau de la Place TD mercredi.

Lucas Chiodo est une petite peste de 5’6’’ et 170 livres. Comme Maksimovic qui a gagné le championnat de 2017 avec les Otters d’Érié, il amène de l’expérience des séries éliminatoires où il a excellé avec 12 points en 12 matches l’an dernier.

Le danger qui guette les entraîneurs et les joueurs avec les ajouts de deux nouveaux attaquants, c’est de briser la chimie existante de l’équipe de première position de la LHO. L’arrivée des deux attaquants doués va reléguer certains joueurs clés à des rôles moins importants et André Tourigny devra garder ses joueurs heureux. Comment ?

« En gagnant ! Il faudra aussi que tout le monde accepte son rôle. La chimie d’équipe sera la clé de nos succès. Si les joueurs n’achètent pas le plan, nous ne serons pas une meilleure équipe malgré l’ajout de deux bons vétérans de 20 ans. »

Depuis le début de la saison, André Tourigny n’a eu jamais eu à rayer un attaquant de son alignement. Avec le retour au jeu de Sasha Chmelevki, élu un des trois meilleurs joueurs des États-Unis au Championnat mondial junior, les 67’s devront laisser deux attaquants de côté à chaque match.

« Nous avons joué avec une formation réduite depuis des semaines. Notre profondeur a été testée et les joueurs ont répondu en faisant le travail. Nos plus jeunes ont acquis de l’expérience inestimable pendant que nous avions plusieurs blessés. Les entraîneurs devront trouver des façons de garder tout le monde heureux », a conclu Tourigny.

Les 67’s disputeront leur prochain match à Sarnia vendredi.

+

Maksimovich prendra le numéro de l’ancien capitaine Barron

Quand l’Avalanche du Colorado a signalé aux 67’s d’Ottawa qu’elle ne céderait pas Travis Barron aux rangs juniors, son numéro 19 a rapidement trouvé preneur. Kyle Maksimovich, acquis des Otters d’Érié mardi, a aussitôt hérité du numéro de l’ancien capitaine.

« J’espère qu’il ne m’en voudra pas », a lancé le nouveau joueur des 67’s après son premier entraînement mercredi matin.

Maksimovich et Barron auraient sans doute aimé jouer ensemble dans la capitale nationale, mais l’Avalanche a décidé de garder son espoir dans la Ligue East Coast afin qu’il se mesure à des hommes soir après soir. Natifs de la région torontoise, les deux joueurs se connaissent depuis 10 ans.

« Nous avons joué dans les mêmes équipes de hockey de printemps, mais jamais dans une ligue. Travis jouait pour les Canadians de Toronto. J’étais avec les Marlies. C’était la guerre ! Nos deux équipes se retrouvaient toujours en finale de ligue. Il m’a félicité pour mon échange à Ottawa, mais là j’ai son numéro... », a-t-il dit sourire en coin.

Maksimovich connaît une brillante carrière dans la Ligue de l’Ontario jusqu’à présent. Il n’avait connu qu’une seule équipe avant d’être échangé aux 67’s après quatre saisons et demie chez les Otters. Il aurait pu terminer son stage junior à Érié, mais les Otters lui ont fait une faveur en l’envoyant à Ottawa où il aura la chance de gagner un deuxième championnat après celui de 2017.
« J’avais une clause de non-échange dans mon contrat. L’équipe devait obtenir mon approbation pour m’envoyer ailleurs. J’ai reçu la demande mardi. Avec mon agent, nous avons décidé qu’Ottawa était la meilleure place pour terminer ma carrière junior. J’ai eu beaucoup de plaisir à Érié. C’est dur de dire au revoir, mais je suis reconnaissant envers les Otters parce qu’ils m’ont envoyé dans un club qui n’a perdu que sept matches cette année. »

Membre de l’équipe championne de 2017, Maksimovich est bien placé pour parler des similitudes entre cette équipe et celle des 67’s de cette année.

« Pour faire un bout dans les séries, ça prend de la profondeur. Nous l’avions en 2016-17. Les 67’s l’ont jusque dans leur quatrième trio cette année. Leurs deux gardiens sont fantastiques et la défensive est imposante et forte. »

Maksimovich compare aussi Tye Felhaber à Alex DeBrincat, qui avait marqué 65 buts en 63 matches à l’époque du championnat. Felhaber a 44 buts en 40 matches jusqu’ici.

« À la même période de la saison par contre, je ne pense pas que DeBrincat avait autant de buts que Felhaber ! Nous avions aussi Taylor Raddish, Dylan Strome et Anthony Cirelli pour compter des buts. Les 67’s ont ces équivalences. »