Mario Duhamel dirigeait encore les Olympiques de Gatineau à pareille date l’an dernier. Il avait été remercié le 22 janvier avant d’être remplacé par Éric Landry. Duhamel sera de retour au centre Robert-Guertin vendredi soir. Il est devenu entraîneur-adjoint avec les 67’s d’Ottawa.

Retour de Duhamel à Guertin

Pour la première fois depuis son congédiement par les Olympiques de Gatineau, Mario Duhamel sera de retour derrière un banc au centre Robert-Guertin vendredi soir.

Devenu adjoint à l’entraîneur-chef André Tourigny chez les 67’s d’Ottawa, Duhamel reviendra au « Vieux Bob » la tête haute.

« Je suis bien où je suis. J’ai tourné la page. J’ai du plaisir. Je suis dans une bonne organisation et je gagne ma vie à faire ce que j’aime faire », raconte celui qui avait été remercié un beau soir du 22 janvier alors que les Olympiques avaient une fiche de 19-24-4.

Quand Mario Duhamel avait remplacé Benoît Groulx aux commandes des Olympiques, il ne pensait pas que son mandat serait aussi court. Il a broyé du noir pendant un ou deux mois après avoir été congédié, mais il est rapidement retombé sur ses pattes en retrouvant notamment son vieil ami Tourigny.

Vendredi, il sera serein pour son retour à Guertin. Mario Duhamel a retrouvé le bonheur chez les  67’s.

« Honnêtement, je suis fébrile à l’idée de revenir à Guertin. Je me sens très bien. Dans un calendrier de 68 matches, il y a toujours des matches à saveur particulière. Les matches intra-ligues font partie de cela. Les Olympiques contre les 67’s, c’est une rivalité naturelle qui a déjà beaucoup d’histoire. Je ne ramène pas ça à moi. Je ne suis rien là-dedans ! »

S’il admet que son premier congédiement en carrière a été difficile à encaisser, Duhamel dit avoir grandi de cette expérience et que ça avait fait de lui un meilleur entraîneur. Il dit aussi conserver d’excellents souvenirs de son passage à Guertin.

Beau moment

« Mon plus beau moment a été de faire partie des festivités du 20e anniversaire de la coupe Memorial. Dans le match qui soulignait cette conquête, il y avait plus de 3000 spectateurs. Guertin, c’est un amphithéâtre mythique. J’ai aussi de bons souvenirs comme adversaire des Olympiques ! »

Le voilà maintenant de retour dans le camp adverse, mais en ayant connu l’envers de la médaille de la rivalité Ottawa-Gatineau en 2016.

Accusé par les 67’s

Un match hors-concours très physique contre les 67’s avait notamment fait sortir l’entraîneur-chef Jeff Brown de ses gonds.

Ce dernier avait lancé que le hockey avait beaucoup évolué depuis les années 1980 et qu’il était temps que la LHJMQ arrive en 2016.

« Au début, je ne comprenais pas ce qu’il voulait dire, mais je comprends mieux maintenant. Notre horaire n’était pas le même que celui des 67’s. Nous étions à la fin de notre camp d’entraînement. On préparait notre saison. Eux, ils commençaient leur camp. Ils avaient plusieurs jeunes dans leur alignement et son premier choix (Peter Stratis), un jeune homme de 16 ans, avait été blessé dans ce match-là. Mentalement et physiquement, nos deux équipes n’étaient pas à la même place. »

Duhamel pense que la prochaine manche de la bataille de la rivière des Outaouais sera bien différente.

« Là, nous sommes à la même place. Nous jouons notre 40e match de la saison. Les Olympiques sont là aussi (41e). »

D’ailleurs, Duhamel est content de s’amener au « Vieux Bob » après avoir affronté les Olympiques à la Place TD il y a près d’un mois.

La boucle a été bouclée

« Honnêtement, le match extérieur contre les Olympiques a été plus émotif pour moi. C’était mon premier match contre mon ancienne équipe. On aurait dit que je bouclais la boucle. C’était la première fois que je les revoyais jouer. J’ai pu serrer la main de certains de mes anciens joueurs (ceux qui restent) et je ne leur souhaite que du succès. Vendredi, ça redevient un match comme les autres, avec une saveur spéciale de match intra-ligues. »

Duhamel ne se dit même pas surpris des succès des Olympiques depuis son départ.

« Ils ont de bonnes têtes de hockey, un groupe qui se connaît bien et qui travaille ensemble. »

Quant à André Tourigny, la dernière fois qu’il est passé par Guertin, il dirigeait encore les Mooseheads d’Halifax et il avait justement perdu son duel contre son ami Duhamel. Reste à voir quel camp sortira de Guertin avec les deux points cette fois.