Les partisans des 67’s célèbrent le deuxième but de Marco Rossi pendant la première période. Ils ont ensuite vu leurs favoris combler un déficit de 2-4 après deux périodes pour l’emporter 6-4 sur les Generals d’Oshawa

Remontée spectaculaire des 67’s face aux Generals

La devise des 67’s d’Ottawa cette saison se retrouve partout sur les réseaux sociaux et sur les t-shirts de leurs joueurs.

#NoQuit

Il faut croire que les entraîneurs savaient ce qu’ils faisaient en plantant cette idée dans la tête de leurs équipiers dès le premier match de l’année.

Jeudi soir, dans le premier duel de la finale de conférence de l’Est de la Ligue de l’Ontario (LHO), les hommes d’André Tourigny ont complété une spectaculaire remontée de troisième période après avoir tiré de l’arrière par deux buts contre les Generals d’Oshawa, un club qui montrait une fiche de 38-1-0 lorsqu’il détenait une avance après 40 minutes de jeu.

Les 67’s sont sortis en force dès le début du troisième tiers en marquant quatre buts sans riposte pour l’emporter 6-4 devant 6522 spectateurs en délire à la Place TD.

« L’idée du “no quit” est venue de l’année dernière quand nous avions effectué plusieurs remontées de troisième période. Tout cela part de nos leaders. Toute l’année, la troisième période a été notre meilleure. Cela a permis de bâtir notre confiance. En arrière 4-2, nous n’avons jamais pensé qu’il était impossible de remonter la pente. Nous savions que ce serait difficile, mais nous savions que ça pouvait arriver », a lancé l’entraîneur-chef Tourigny après cette neuvième victoire consécutive de ses 67’s dans les séries éliminatoires.

Mitchell Hoelscher a amorcé la remontée à la huitième minute du dernier vingt. Sasha Chmelevski a créé l’égalité 4-4 avec six minutes à jouer et les Generals ont ensuite ouvert la porte aux locaux quand Nico Gross a écopé de deux punitions consécutives en fin de match.

Noel Hoefenmayer a fait exploser le toit de la Place TD en propulsant les 67’s en avance sur la première punition et Kody Clark a ajouté le but d’assurance dans une cage déserte pendant la deuxième punition de Gross.

« En troisième période, c’est simple, nos joueurs ont cessé de faire attention aux détails. Nos cerveaux se sont fermés. Un club comme les 67’s va te faire payer ces erreurs mentales. Et il y a eu de l’indiscipline de notre part aussi », a expliqué l’entraîneur-chef des Generals, Greg Walters.

Pour la première fois des séries, les 67’s n’ont pas marqué le premier but d’un match. C’est Brett Neumann qui a marqué le premier but de la série, mais les locaux sont revenus à la charge avec deux buts de Marco Rossi.

Puis, une deuxième période folle où les 67’s ont dominé outrageusement les chances de marquer a étrangement tourné en faveur des visiteurs. Ils ont marqué les trois seuls buts de la période, en grande partie grâce aux acrobaties du gardien Kyle Keyser, qui a aussi été aidé par ses poteaux.

Brandon Saigeon, qui a guidé les Bulldogs de Hamilton vers le championnat de la LHO l’an dernier, semblait avoir fait basculer le match en faveur des Generals à l’aide de deux buts rapides à la fin du deuxième engagement. Danil Antropov avait aussi trompé Michael DiPietro dans la période médiane.

La remontée des 67’s a freiné l’élan de quatre victoires de suite des Generals. Elle a aussi démontré que les Ottaviens peuvent marquer à profusion, peu importe la réputation du gardien qu’ils affrontent.

Kyle Keyser accorde rarement cinq buts dans un match. Idem pour Ukko-Pekka Luukkonen dans la série précédente.

+

UNE NOUVELLE FAÇON DE SÉDUIRE LES PARTISANS

L’irrésistible élan victorieux des 67’s d’Ottawa est en train de gagner des adeptes à la Place TD.

Même Claude Giroux s’est présenté au premier duel de la série contre les Generals d’Oshawa jeudi soir. Il est d’ailleurs descendu à l’étage des vestiaires pour converser avec Tye Felhaber (deux points jeudi) après la neuvième victoire de suite des 67’s.

Dans leur saison record de 106 points, les Ottaviens ont souvent trouvé de nouvelles façons de gagner des matches. Jeudi soir, ils se sont un peu compliqué la tâche en rentrant au vestiaire avec un déficit de 4-2 après deux périodes, mais ils ont encore conquis des cœurs en marquant les quatre buts de la troisième période pour dévoiler un neuvième « X » sur la rampe près de leur banc. L’objectif est d’en exposer 16.

Auteur du but gagnant, le défenseur Noel Hoefenmayer a indiqué que l’énergie de la foule avait propulsé son équipe en troisième période.

« Ce soir, la foule était complètement incroyable. Elle a été un facteur important depuis le début des séries. Elle nous pousse à nous surpasser et nous en avons eu un bon exemple en troisième période. »

Hoefenmayer, est déjà rendu à six buts et il totalise 13 points en neuf matches des séries. On rappelle qu’il est un défenseur. Il a été repêché par les Coyotes de l’Arizona, mais il n’a pas encore signé un contrat, ce qui fait qu’il pourrait retourner dans le repêchage de la LNH en juillet prochain.

Encore jeudi, Hoefenmayer a démontré son appréciation pour la profondeur de son équipe qui a reçu des buts de la part de trois de ses quatre trios.

« Il y a énormément de talent dans cette équipe. Du premier au dernier joueur. Tout le monde a contribué à nos succès pendant toute la saison. »

Chez les Generals, l’entraîneur-chef Greg Walters pense que son club a démontré qu’il pouvait rivaliser avec les 67’s même s’il s’est écroulé comme il l’a rarement fait en troisième période. « Nous avons eu du succès en respectant le plan de match ce soir, mais au moment où c’était le plus important, nous avons des joueurs qui ont perdu la carte. »