L’entraîneur-chef et vice-président aux opérations hockey, André Tourigny, est satisfait de son équipe, mais aimerait tout de même ajouter un attaquant aux 67’s.

Pas de coup d’éclat prévu chez les 67’s

Pressenti pour être le gardien numéro un d’Équipe Canada junior, Michael DiPietro était la pièce maîtresse recherchée par les 67’s d’Ottawa dans leur quête pour gagner un premier championnat de la Ligue de l’Ontario (LHO) depuis 2001.

Parce que le marché des transactions est ouvert en tout temps jusqu’au 10 janvier dans la LHO, les rumeurs sont moins nombreuses que dans la LHJMQ à cette période-ci de l’année. Il reste à savoir si les meneurs au classement général du circuit Branch vont s’arrêter là.

Éprouvés par les blessures et les départs de joueurs à des tournois internationaux depuis un mois, les 67’s (25-6-4) ont disputé leurs derniers matches avant la pause de Noël avec seulement sept attaquants réguliers. Du groupe, il y avait deux joueurs de 16 ans. Si ça se trouve, les 67’s voudront ajouter un peu de profondeur pour se donner une marge de manœuvre en cas de blessures, mais selon André Tourigny, entraîneur-chef et vice-président aux opérations hockey, son club ne fera pas sauter la banque.

« Nous voulons ajouter un attaquant, pas plus. Nous aimons notre équipe. Nous aimons nos joueurs. Nous avons été capables de gagner des matches même en perdant de gros morceaux de notre attaque parce que nous avions justement une bonne profondeur. Des joueurs comme Samuel Bitten, Mitchell Hoelscher, Jack Quinn et Quinn Yule ont pu prendre plus de place et nous donner leur meilleur hockey de la saison. En profitant de l’absence de nos canons offensifs, ils ont beaucoup progressé », a dit celui qui mise sur une formation de 12 attaquants, six défenseurs et trois gardiens lorsque tout son monde est disponible.

Renforts à l’interne

Kody Clark, Graeme Clarke et Marco Rossi ont tous raté plusieurs matches dans le dernier mois. Ces trois joueurs donnent environ 20 minutes par match aux 67’s. Même s’il a raté les 12 dernières rencontres, Rossi se retrouve au quatrième rang des compteurs chez les recrues de la LHO. Son retour est attendu à la mi-janvier.

Un des 40 meilleurs joueurs de la Ligue canadienne admissibles au prochain repêchage de la LNH, Clarke a raté les 13 derniers matches des 67’s, mais devrait être de retour à son poste à la reprise des activités le 28 décembre. Le vétéran Kody Clark, sous contrat avec les Capitals de Washington, sera très près d’un retour au jeu à la fin du mois de décembre.

Sasha Chmelevski, qui semble dans les plans de l’équipe américaine junior, devrait quant à lui revenir avec l’équipe pour son week-end de trois matches en trois jours entre les 11 et 13 janvier.

Quand tout le monde est là, les 67’s ont été presque invincibles en première moitié de saison. Même si d’autres clubs comme Niagara, Oshawa, Peterborough, London et Guelph sont en train d’augmenter leur puissance de frappe via le marché des transactions, les 67’s ne planifient pas de coup d’éclat.

« Mikey [DiPietro] était notre priorité. C’était la pièce qui nous manquait. Nous n’avons rien à envier aux autres clubs. À part un attaquant, je ne nous vois pas bouger. Nous avons énormément de qualité chez les joueurs que nous avons en ce moment et plusieurs seront de retour l’an prochain. »

Travis Barron

Il y a toujours une lointaine possibilité de revoir Travis Barron en janvier.

L’ancien capitaine des 67’s est retranché de l’alignement un match sur deux dans la Ligue américaine, mais l’Avalanche semble décidée à le garder afin qu’il se mesure à des hommes dans un jeu à haute vitesse plutôt que de le retourner à son équipe junior, qui n’a qu’un seul joueur de 20 ans en Tye Felhaber.

« Nous croyons encore aux miracles. Son retour faciliterait bien des choses », a conclu Tourigny.