Nikita Okhotyuk (droite) est félicité par ses coéquipiers pour son but, le 5e de son équipe en début de première période.

Les 67's s'amusent aux dépens des Bulldogs

Si on se fie uniquement au score final, on peut facilement s’imaginer que les 67’s d’Ottawa ont complètement dominé les Bulldogs de Hamilton, dans le premier match des séries éliminatoires.

Une victoire de 9-3, c’est une victoire de 9-3.

Vendredi, les 67’s ont effectivement dominé leurs jeunes adversaires... dans la deuxième moitié de la rencontre.

Pendant 30 bonnes minutes, les jeunes Bulldogs ont étaient dans le coup. À mi-chemin, au deuxième tiers, ils avaient même les devants.

«Dans la première moitié du match, nous étions comme... paralysés. Nous voulons bien paraître devant nos partisans. Nous voulons connaître du succès. Nous étions donc nerveux en début de match. La nervosité nous a coupé les jambes», a expliqué l’entraîneur-chef André Tourigny, après la partie.

Les Bulldogs avaient effectivement l’air plus rapides. Ils étaient aussi plus robustes. Plus affamés.

Michael DiPietro, qui a reçu le feu vert des médecins dans les dernières heures pour entreprendre les séries devant le filet, a fait face à 15 lancers durant les 20 premières minutes de jeu.

«Je ne me souviens même pas de la dernière fois où nous avons alloué 15 lancers au but dans une période», s’exclame Tourigny.

L’agressivité a fini par coûter cher aux Bulldogs. Les 67’s ont obtenu plusieurs supériorités numériques. Éventuellement, ce qui devait arriver, arriva. L’attaquant Kody Clark, un des rares joueurs qui ne se laissait pas trop marcher sur les orteils, a marqué le but égalisateur qui a changé l’issue de la rencontre.

Kyle Maksimovich, joueur de 20 ans acquis par les 67’s à l’approche de la date limite des transactions, a inscrit le but qui a permis aux favoris de reprendre les devants. En guise de célébration, il a fait mine de prendre le piano qui reposait sur ses épaules avant de le projeter très fort, sur la glace.

«Je traversais une séquence pas trop agréable, récemment. Ça faisait un bout de temps que je n’avais pas marqué», a-t-il dit, un peu gêné, après le match.

Vérification faite, le joueur qui est originaire de Hamilton n’avait pas touché la cible une seule fois dans les 11 dernières parties de la saison régulière.

«C’est pour ça que je l’ai lancé très fort sur la glace», a-t-il précisé.

Expérience

Tourigny était quand même prêt à se montrer patient envers son vétéran. Maksimovich est quand même le joueur des 67’s qui compte le plus d’expérience dans des situations corsées. Il a joué 55 matches, dans les séries éliminatoires de la LHOntario.

Maskimovich et l’autre attaquant de 20 ans, Lucas Chiodo, sont entre autres là pour calmer le jeu dans les situations corsées.

«Ces deux gars ont de l’expérience et ils ont fait du bon boulot, ce soir. Ils ont surtout été bons au début de la partie, quand le reste de notre équipe semblait paralysée. Ils constituaient l’exception. Parce qu’ils ont été solides, dès le départ, ils nous ont donné une chance de rester dans le match. Ces gars-là ont joué un grand rôle dans cette victoire.»

Maksimovich a inscrit un deuxième but, plus tard, en fin de match.

Sasha Chmelevski a lui aussi connu une grosse soirée au bureau, avec une récolte de deux buts et deux passes.

Graeme Clarke a lui aussi marqué deux fois. Les défenseurs Noel Hoefenmayer et Nikita Okhotyuk ont aussi battu le gardien Zachary Roy.

Les 67’s ne commettront pas l’erreur de prendre les Bulldogs à la légère dans le match numéro deux, dimanche, à la Place TD.