Kody Clark a enfilé deux buts, dont celui de la victoire dans un triomphe de 3-2 des 67's sur les Generals d'Oshawa vendredi soir à la Place TD. Le fils de Wendel Clark ne compte pas souvent à son année recrue, mais quand il le fait, c'est toujours spectaculaire.

Les 67's respirent un peu mieux

Impliqués dans une folle course aux séries éliminatoires, les 67's d'Ottawa ont tout fait pour donner l'occasion aux Generals d'Oshawa de revenir de l'arrière en fin de match, mais un désavantage numérique efficace et le brio du gardien Olivier Lafrenière ont permis aux locaux de résister et de signer une première victoire en huit matches vendredi soir.
Les 3223 spectateurs réunis à la Place TD ont dû retenir leur souffle quand les hommes de Jeff Brown ont offert quatre avantages numériques aux Generals en troisième période, dont deux dans les cinq dernières minutes de la partie, mais les 67's se sont accrochés pour l'emporter 3-2.
Cette victoire leur a permis de devancer le Battalion de North Bay et de rejoindre les IceDogs du Niagara au septième rang de la conférence. Elle permet aussi aux Ottaviens d'entreprendre un week-end crucial de trois matches en trois jours à la maison sur une bonne note.
Samedi, les Bulldogs de Hamilton seront les visiteurs et dimanche, les IceDogs du Niagara seront de passage à la Place TD dans un autre match déterminant entre deux jeunes clubs qui tentent de se faufiler dans le tableau des séries de la Ligue de l'Ontario.
« Je n'ai pas pu respirer des 10 dernières minutes, a avoué l'entraîneur-chef des vainqueurs, Jeff Brown, après le match. Nous leur avons donné toutes les chances de revenir dans le match, mais au moins, nous avons gagné. Notre avantage numérique a été pathétique. C'est dur à croire que j'ai gagné ma vie avec ça quand j'étais dans la LNH, mais nous devons une fière chandelle à nos unités du désavantage numérique. Elles ont fait les sacrifices nécessaires pour nous permettre de gagner contre une des meilleures équipes de notre conférence. »
Jeff Brown a rappelé que son équipe contrôlait de sa destinée avec plusieurs matches à domicile d'ici la fin de la saison régulière. « Il va aussi falloir jeter un coup d'oeil sur le tableau des pointages ailleurs dans la ligue. »
Des points contre l'Est
Là-dessus, le gardien Olivier Lafrenière a ajouté que son équipe avait encore plusieurs matches à jouer contre des adversaires de sa propre conférence. « Ce sont des points que nous pourrons enlever à nos adversaires et qui nous permettraient de monter le classement. Ce week-end est important pour nous et nous l'avons commencé avec deux points. Nous réalisons tous que l'heure est grave. »
Ses coéquipiers lui ont donné des sueurs froides en fin de rencontre en visitant le cachot à répétition, mais Lafrenière a indiqué qu'il était resté dans sa bulle. « J'étais prêt à tout, même à arrêter la rondelle avec mes dents si j'avais perdu mon casque ! C'était un peu stressant dans la dernière minute de jeu quand ils jouaient à six contre quatre, mais nous avons réussi à sortir la rondelle de la zone payante », a raconté celui qui a effectué 27 arrêts dans la victoire.
Avant les derniers assauts des Generals (34-18-5), les 67's (21-30-6) avaient eu l'occasion de se donner une marge de manoeuvre quand Artur Tyanulin s'est vu décerner un lancer de punition, mais Jérémy Brodeur a effectué l'arrêt.
Tyanulin a marqué un des trois buts des Ottaviens dans la victoire. La recrue Kody Clark a marqué les deux autres, dont un qui sera assurément retenu dans les jeux de la semaine alors qu'il a complètement mystifié le défenseur franco-ontarien Médric Mercier en première période pour donner une avance de  2-0 aux locaux.
« J'ai déjà vu son père faire des jeux comme ça dans la LNH, a commenté Jeff Brown au sujet du fils de Wendel Clark. Certaines fois, c'était à mes dépens ! »
Troisième compteur des Generals cette saison, Mercier a été tenu en échec vendredi.