Les joueurs d'André Tourigny ont frappé un mur ce week-end alors qu'ils ont perdu deux parties.

Les 67’s frappent le mur

Dur retour sur terre.

Les 67’s d’Ottawa forment, sans l’ombre d’un doute, la meilleure équipe de la LHOntario.

Ils ont appris, ce week-end, qu’ils ne constituent pas la seule puissance du circuit junior majeur.

Les hommes d’André Tourigny avaient deux gros matches à jouer, sur la route. Ils devaient d’abord rendre visite aux Knights de London, samedi. Sur le chemin du retour, dimanche, ils devaient d’arrêter à Guelph pour se mesurer au Storm.

Après avoir encaissé un revers de 5-3 face aux Knights, ils ont été rossés 8-4 par le Storm.

L’entraîneur-chef André Tourigny ne veut pas accorder trop d’importance à ces deux parties.

« On savait qu’on avait deux gros matches à jouer contre deux bons adversaires. Nous n’avons pas vraiment eu la chance de s’entraîner, tout le monde ensemble, après la date limite des transactions. Ce n’était donc pas idéal », a-t-il expliqué, au téléphone, sur le chemin du retour à la maison.

« Nous n’avons pas nécessairement mal joué, dimanche, mais l’exécution n’était pas au rendez-vous. Puisque nous avons joué trois matches en trois jours, en tout, il nous a manqué un peu d’énergie pour compléter le week-end. »

De retour du championnat mondial de hockey junior, où il a fait belle figure, l’Américain Sasha Chmelevski a été le membre des 67’s le plus productif, avec un but et deux passes.

L’attaquant de 20 ans acquis dans une transaction Kyle Maksimovich a obtenu ses deux premiers points avec les 67’s. L’autre nouvelle acquisition, Lucas Chiodo, n’a pas noirci la feuille de pointage.

Le gardien Michael DiPietro a encaissé neuf buts en 87 minutes de jeu. Il a été remplacé par Cédrick Andrée à mi-chemin du match contre Guelph.

On peut noter, ici, que l’espoir du Canadien de Montréal Nick Suzuki s’est amusé comme un fou dans ce match. L’attaquant qui s’est joint au Storm la semaine dernière a préparé quatre buts de ses coéquipiers. Ça lui fait huit points en trois rencontres, avec sa nouvelle équipe.

« Nous jouons plutôt bien à cinq contre cinq. C’est notre constat. Nous jouons de façon compacte. À London, par exemple, nous avons dominé 3-1 au chapitre des buts à cinq contre cinq. Nous avons alloué un but en désavantage numérique, deux buts à quatre contre quatre et un but dans un filet désert. Il faut devenir meilleurs dans les situations spéciales », observe Tourigny.

« Là, on va se reposer. Nos joueurs ont besoin de bien récupérer. Dans les prochains jours, on va travailler sur l’exécution et sur la cohésion, sur la glace comme à l’extérieur. On va faire du team bonding. On va s’amuser un peu. »