Cédrick Andrée a rapidement été mis à l’épreuve et il a repoussé deux échapées dans les 10 premières minutes de jeu pour permettre à Tye Felhaber d’inscrire le premier but du match, mais le gardien d’Orléans a été laissé à lui-même un peu trop souvent dans les deux premières périodes.

Les 67’s en mode survie

La saison presque parfaite des 67’s d’Ottawa ne tient plus qu’à un fil.

Incapables de se sortir de l’œil de la tempête, ils ont été défaits pour la première fois des séries à domicile vendredi. Avec un gain de 4-3 devant une salle comble de 8855 spectateurs à la Place TD, le Storm de Guelph vient de remporter un troisième match consécutif dans la série finale de la Ligue de l’Ontario.

C’est la première fois de la saison que les 67’s s’inclinent trois fois de suite et ils feront face à l’élimination dimanche à Guelph, là où ils devront l’emporter pour revenir à Ottawa lundi dans le cadre d’un septième et dernier match. Même s’il a disputé 24 matches des séries contre seulement 18 pour les 67’s, le Storm ne donne aucun signe de fatigue ou de ralentissement.

C’est aussi la première fois que la troupe de George Burnett détient une avance dans une série depuis... la première ronde éliminatoire. L’entraîneur-chef du Storm n’est plus qu’à un gain de remporter le deuxième championnat de sa carrière dans la LHO. La dernière fois ? En 1998, contre les 67’s d’Ottawa.

« Il faudra rester dans le moment présent et je compte sur mon groupe de leaders pour que l’équipe reste calme et pour connaître un bon départ dans le sixième match. Nous nous sommes creusé plusieurs trous depuis le début des séries. Nous avons l’avance maintenant, mais nous pouvons faire encore mieux, surtout devant nos partisans qui ont été extraordinaires jusqu’ici », a-t-il dit après la victoire des siens.

Le Storm a justement connu un bon départ à la Place TD vendredi, mais Cédrick Andrée a été alerte en effectuant des arrêts clés sous les cris des « Andrée, Andrée, Andrée ».

Après avoir repoussé Domenico Commissimo sur une échappée à mi-chemin dans la première période, Tye Felhaber a fait bondir les partisans de leurs sièges, mais la réplique du Storm a été immédiate. Cedric Ralph et Isaac Ratcliffe ont frappé deux fois en 13 secondes pour donner l’avance aux visiteurs qui ont retraité au vestiaire avec une avance de 15-7 dans les tirs au but.

Alexey Toropchenko a ajouté son septième but de la série au début de la deuxième période, mais Sasha Chemeleski a redonné espoir aux partisans en comptant une seconde à la fin d’un jeu de puissance. Malheureusement, Nate Schnarr a ajouté le but gagnant sur une descente à deux contre un qui n’a laissé aucune chance à Andrée à mi-chemin dans le match.

Les 67’s avaient gardé le meilleur pour la fin. Ils ont dominé le dernier vingt 13-5 dans les tirs, mais seul Tye Felhaber a pu percer la muraille d’Anthony Popovich, excellent dans ce cinquième match où il a affronté 31 tirs.

Sous les encouragements de la foule, les locaux ont eu plusieurs occasions d’égaler la marque en fin de rencontre, mais chaque fois, Popovich a fermé la porte.

Tye Felhaber sait très bien dans quel pétrin se retrouve son équipe, mais l’attaquant de 20 ans n’a pas l’intention d’avoir joué son dernier match en carrière à la maison.

« Nous avons gagné 14 matches de suite. Nous sommes capables d’en gagner deux. Il s’agit d’y croire. La série était devenue un deux de trois. Il faut aller en voler une à Guelph et revenir à la maison devant nos partisans pour un septième match. Il faudra jouer du hockey désespéré comme nous l’avons fait en troisième période. C’est facile à faire quand tu n’as pas le choix. Il faudra jouer ce type de hockey plus tôt dimanche. »

L’entraîneur-chef André Tourigny a dit avoir une mémoire courte après le match et qu’il ne voulait retenir que la troisième période.

« La série est serrée et les matches se décident sur des détails qui nous ont échappés dans les deux premières périodes. Nous avons démontré le style de hockey que nous pouvons jouer en troisième. Il faut gagner plus de batailles. Il faut embrayer en prochaine vitesse. Nous en avons une. Il s’agit de la trouver. »

+

CÉDRICK ANDRÉE AVAIT BIEN PEU À SE REPROCHER

Très nerveux à ses deux premiers départs des séries, Cédrick Andrée s’est fait rassurant dès le début de la rencontre de vendredi soir en repoussant deux échappées dans les 10 premières minutes de jeu. La deuxième fois qu’il a dit « non », son arrêt a mené au premier but du match de Tye Felhaber dans sa remontée de la patinoire.

Le gardien de 18 ans a bel et bien cédé quatre buts, dont un devant Alexey Toropchenko qu’il aurait voulu revoir, mais pour le reste, il n’avait rien à se reprocher dans ce cinquième match crucial. Michael DiPietro n’aurait sûrement pas pu mieux faire alors qu’Andrée a été laissé à lui-même un peu trop souvent dans des séquences où il a fait face à plusieurs tirs de trop grande qualité dans les 40 premières minutes de jeu.

Au total, il a affronté 29 tirs du Storm, mais peu de ceux-ci ont représenté des arrêts de routine.

« Il a fait les arrêts clés pour nous garder en vie, mais nous avons commis des erreurs impardonnables qui ont mené à des occasions de compter faciles. Rendu à ce point-ci de la finale, ça prend de l’exécution et de l’attention aux détails. Ce soir, c’est ce qui a  fait la différence », a raconté l’entraîneur-chef André Tourigny après la troisième défaite de suite de ses 67’s.

Cédrick Andrée a préféré ne pas s’adresser aux médias après le match. À moins d’une surprise, il protégera la cage des siens dans son premier match sans lendemain à Guelph dimanche. Michael DiPietro a chaussé les patins vendredi matin. Il a patiné avec ses mitaines et son bâton, mais il n’a pas pris part à un véritable entraînement sur glace même s’il s’est entraîné hors glace avec ses coéquipiers avant le cinquième match.

Les 67’s n’ont pas gagné à Guelph depuis très longtemps, mais le défenseur Hudson Wilson a parlé du slogan #NoQuit de son club en fonction du sixième match.

« Il faut faire confiance au processus. Je sais que cette équipe n’abandonnera pas du tout. Si nous jouons trois périodes comme la dernière que nous venons de jouer, et nous en sommes capables, il n’y aura pas de problème. Dimanche, la victoire va aller à l’équipe au plus fort désir de vaincre. »