Chris Byrne .

Le pire est passé pour les 67's

En 46 ans d'histoire, les 67's d'Ottawa n'avaient jamais raté les séries pendant deux saisons consécutives.
C'est pourtant le sort qui leur a été réservé quand ils se sont inclinés 12-1 dans le dernier match de la saison régulière dimanche. En plus d'échouer dans leur tentative de se hisser dans le tableau des séries éliminatoires, ils ont glissé jusqu'au dernier rang de leur conférence.
En vertu de leur fiche de 23-39-6, les 67's pourront au moins réclamer le troisième joueur de la prochaine séance de sélection de la Ligue de l'Ontario le 5 avril prochain. Ça devrait aider à accentuer la reconstruction entamée depuis deux ans.
Après avoir pris le premier rang de leur division pendant trois saisons, les 67's n'ont pas eu la vie facile au cours des deux dernières campagnes. Chassés de leur domicile pendant les rénovations du parc Landsdowne, ils ont vécu deux ans dans leurs valises à faire la navette entre leur site d'entraînement de l'aréna Fred-Barrett dans le sud de la ville et le Centre Canadian Tire.
«Je ne suis pas là pour trouver des excuses. Nous savions que nous passerions deux saisons à Kanata. Le plan était de reconstruire l'équipe pendant notre passage là-bas afin d'avoir une équipe compétitive à notre retour à Landsdowne. Nous serons très heureux de retrouver notre domicile», a expliqué au Droit l'entraîneur-chef et directeur général, Chris Byrne.
Ce dernier a encaissé deux coups durs au début de la saison. Premièrement, les Flames de Calgary ne lui ont pas retourné Sean Monahan. Deuxièmement, son meilleur défenseur, Mike Vlajkov, s'est blessé dans le deuxième match de la saison. Il est toujours en convalescence.
Plans contrecarrés
«En misant sur ces deux joueurs, on pensait pouvoir jouer pour ,500 cette saison et tenter de voler une ronde pendant les séries. Nos plans ont été contrecarrés. Il a fallu se battre toute la saison pour participer aux séries. Nous avons bataillé jusqu'au dernier jour sans nos meneurs comme Erik Bradford (blessé) et Ryan Van Stralen (suspendu). Il a fallu surutiliser certains joueurs dans notre dernière semaine alors que quatre matches étaient à l'horaire. Nous avons manqué de jus.»
Après avoir pris le 20e et dernier rang de la LHO en 2012-2013 avec une récolte de 38 points, les 67's ont amassé 52 points cette année pour terminer au 18e rang. Preuve que le plan était de reconstruire en donnant la plus vaste expérience possible aux jeunes, les 67's n'ont aligné qu'un seul joueur de 20 ans en 2012-2013 et deux autres cette saison.
Le talent de Konecny
L'équipe alignera enfin trois joueurs de 20 ans la saison prochaine. En défensive, Chris Byrne n'alignait aucun défenseur de 19 ou 20 ans cette année.
«Ce n'est pas une bonne recette pour gagner chaque soir...»
Au moins, la dernière saison aura permis de découvrir un talent rare chez les 67's. Travis Konecny est devenu le premier joueur de 16 ans à dominer le classement des compteurs de l'équipe avec 70 points en 63 parties. Gardien de 20 ans, Philippe Trudeau a également établi un record d'équipe avec ses 2115 arrêts. «Konecny est devenu dominant en deuxième moitié de saison. Trudeau a joué beaucoup et il a fait de gros arrêts pour nous toute l'année. Il a sûrement joué un peu trop, ce qui lui a posé problème en fin de saison», a indiqué Byrne.
Avec les retours attendus de Brendan Bell, Erik Bradford, Dante Salituro, Mike Vlajkov et Konecny, les 67's s'attendent à revenir dans le milieu du peloton la saison prochaine. Il leur restera à trouver un gardien numéro un.
jfplante@ledroit.com