Austen Keating a été frusté plus souvent qu’à son tour par le gardien Kyle Keiser des Generals.

Le gardien des Generals vole un point aux 67’s

Kyle Keiser les a toutes arrêtées sauf une.

Pour la deuxième fois en deux semaines, les prouesses des gardiens des Generals d’Oshawa ont permis aux leurs d’arracher un point aux 67’s d’Ottawa en temps additionnel.

Les visiteurs de la Place TD ont quitté Ottawa mercredi soir avec une victoire de 2-1 après les tirs de barrage. La séquence sans revers des 67’s en temps réglementaire s’est étirée à 20 matches, mais c’est le détenteur du record de victoires dans la LHJMQ qui a le mieux résumé la situation.

Maintenant député fédéral conservateur dans Chicoutimi-Le Fjord, Richard Martel attendait l’entraîneur-chef André Tourigny après le match. Ses impressions ?

« Les gars des Generals devraient tous aller embrasser leur gardien. Sans lui, c’est 5-1 ce match-là. »

Mis sous contrat par les Bruins de Boston, Kyle Keiser a repoussé 35 des 36 lancers 67’s dans les 65 premières minutes de jeu en plus d’arrêter les deux tireurs qu’il a affrontés en fusillade pour offrir les deux points de la victoire aux siens.

Sasha Chmelevski a été le seul à pouvoir le battre pendant la première période. Les autres ont tous été frustrés par ses arrêts spectaculaires.

Il a été particulièrement fumant en bloquant deux tirs à bout portant d’Austen Keating alors que le filet semblait bien ouvert. Plus gros que nature devant sa cage, il a aussi été aidé par ses poteaux. En troisième période, Chmelevski et Jack Quinn ont touché les tiges de métal dans un intervalle de sept secondes.

À l’autre bout de la patinoire, Cédrick Andrée a également été très solide. Il a effectué 31 arrêts. Il a été battu pour la première fois en troisième période sur le 27e tir des Generals, celui de Jack Studnicka, mais celui-ci a compté à nouveau en tirs de barrage tout comme Kyle MacLean.

« C’est toujours plaisant d’affronter un gros nom repêché ou mis sous contrat dans la LNH dans un duel de gardiens. On peut s’en servir pour se comparer, mais c’est plate de perdre en tirs de barrage. J’aimerais mieux régler nos affaires avec les Generals en temps réglementaire ou dans une vraie prolongation des séries. D’ailleurs, ce match avait des allures des séries, mais le résultat final laisse un goût amer », a indiqué le gardien d’Orléans.

Le duel entre les 67’s et les Generals était attendu parce que les deux clubs sont au plus fort de la course dans la conférence de l’Est, mais au retour d’un quatrième voyage dans les cinq dernières semaines, André Tourigny sentait que ses joueurs manquaient de conviction.

« Nous rentrons d’un long voyage dans le nord de l’Ontario. Nous n’avons pas eu le temps de nous entraîner et nous avons eu un lent départ. Cédrick (Andrée) nous a permis de rester dans le coup. J’ai aimé l’effort par la suite. Il a fallu puiser très loin pour aller chercher ce point. Le premier match de retour d’un long voyage est toujours plus difficile. Leur gardien a été très bon, mais nous aurions pu être meilleurs. Nous n’avons pas assez faim autour du filet. »

Toujours privés de trois joueurs importants (Marco Rossi, Graemer Clarke et Nikita Okhotyuk), les 67’s (19-3-4) n’ont pas perdu en temps réglementaire depuis le 3 octobre. Malgré le point perdu, ils ont toujours une avance de 12 points sur les Generals (14-7-2). Ceux-ci ont gagné leurs quatre derniers matches.

+

LES GENERALS D'OSHAWA OU D'OTTAWA ?

Qu’est-ce que Serron Noel, Giovanni Vallati, Danyk Drouin, Matthieu Franche, Cole Ceci et William Ennis ont en commun ?

Ce sont six hockeyeurs natifs de la région d’Ottawa, mais ils évoluent pour les...  Generals d’Oshawa. C’est plus du quart de leur club ! À titre comparatif, les 67’s alignent cinq joueurs locaux cette saison. De mémoire d’homme, outre les 67’s, aucune autre équipe de la LHO n’a rassemblé autant de joueurs d’Ottawa. 

Michael Craig, le recruteur de la région d’Ottawa des Generals, est partiellement responsable de l’invasion ottavienne à Oshawa. Il est à l’emploi de l’équipe depuis 11 ans et son œil de lynx ne se trompe pas souvent. Tous les joueurs repêchés au cours des dernières années ont réussi à percer l’alignement, même les choix tardifs que sont Drouin (13e ronde) et Franche (9e ronde). 

« J’essaie de recommander des joueurs qui ont une chance réelle de faire notre club. Drouin, nous l’avons pris en 13e ronde, mais j’avais le sentiment qu’il parviendrait à se faire une place chez nous. Il avait été un coup de cœur. La ronde de sélection n’est pas importante. En 2015, quand nous avons gagné la coupe Memorial à Québec, Chris Carlisle était un choix de 15e ronde et il a obtenu une passe sur le but vainqueur d’Anthony Cirelli », a dit celui dont le père est aussi recruteur chez les Rangers de Kitchener. 

Malgré leur surreprésentation de joueurs d’Ottawa, les Generals n’ont pas pigé dans ce bassin en 2018. « Avec nos six joueurs, j’imagine que nous étions dus pour prendre une pause, s’exclame Craig. En même temps, historiquement, les clubs de la Ligue de l’Ontario sont réticents à venir puiser des joueurs à Ottawa. Ils ont la réputation de préférer la NCAA, mais nous avons été chanceux dans les dernières années. Nous pourrions justement avoir un septième joueur de la région, mais le gardien Zachary Paputsakis (17 ans, Rockland) a choisi de se joindre à un prep school américain. » 

Craig ajoute cependant que les clubs de la division Est ont moins de chances de perdre des joueurs aux rangs collégiaux américains en raison de leur proximité de la capitale nationale.

« Oshawa est dans la même division que les 67’s. Nous venons jouer quatre fois par saison ici. Les joueurs se sentent moins loin de leurs familles. » Deux des six Ottaviens des Generals ont déjà été repêchés dans la LNH. Serron Noel a été un choix de deuxième ronde des Panthers de la Floride l’été dernier. Giovanni Vallati a été sélectionné par les Jets de Winnipeg en 2016. Le gardien Cole Ceci est aussi connu parce qu’il est le jeune frère de Cody Ceci des Sénateurs d’Ottawa. William Ennis a été un choix de troisième ronde en 2016 (LHO).

« Vallati et Ceci ont été obtenus dans des transactions, mais Vallati avait été recruté par le club de mon père à Kitchener. Ennis a joué dans un prep school à 15 ans, mais je l’avais vu jouer au niveau bantam. »

Un des plus jeunes joueurs des Generals, Danyk Drouin n’a pas joué mercredi malgré la présence son fan club de Casselman à la Place TD, mais Craig affirme que la recrue de 17 ans aura sa chance. « Il travaille sans cesse. Il a forcé la main du club. Il a des qualités d’Anthony Cirelli. »