Michael DiPietro a conduit les Spitfires de Windsor à la coupe Memorial en 2017. À 19 ans, il tentera de faire la même chose avec les 67’s d’Ottawa, qui ont fait son acquisition mardi.

Le filet des 67’s confié au meilleur du Canada

Les attentes étaient élevées envers les 67’s d’Ottawa cette saison.

En plein coeur d’une séquence de 23 matches sans défaite en temps réglementaire, la direction du club a maintenant fixé ses propres attentes. Elle vise rien de moins qu’une participation au tournoi de la Coupe Memorial.

Mardi matin, la meilleure attaque de la Ligue de l’Ontario (LHO) a ajouté le meilleur gardien junior au pays à sa formation en faisant l’acquisition de Michael DiPietro.

L’espoir des Canucks de Vancouver a un profil de gagnant. À 17 ans, il a mené les Spitfires de Windsor au championnat de la Coupe Memorial. Aujourd’hui âgé de 19 ans, il mène encore la LHO avec une moyenne 2,32 buts alloués même s’il évoluait derrière un club en reconstruction à Windsor.

Aucun gardien n’a enregistré autant de blanchissages que lui (16) dans toute l’histoire du circuit Branch.

Dernier gardien retranché au camp d’Équipe Canada junior l’an dernier, DiPietro est le favori pour occuper le poste de gardien numéro un au Mondial de 2019.

Pour obtenir le meilleur gardien junior au pays, le directeur général James Boyd n’a pas eu à sacrifier un seul joueur de son édition actuelle.

Aucun joueur sacrifié

Il a envoyé Yegor Afanasyev aux Spitifires avec quatre choix de deuxième ronde et trois autres choix conditionnels. Si l’attaquant russe de 17 ans devait se joindre aux Spitfires, les 67’s récupéreraient ces trois choix conditionnels. Actuellement, Afanasyev évolue à Muskegon dans la USHL et il a un engagement envers l’Université du Michigan. Les 67’s ont aussi acquis des choix de deuxième ronde (2024) et de quatrième ronde (2020) dans ce troc.

«Ce n’est pas comme si nous avions un problème devant le filet. Cédrick Andrée connaît une très bonne saison. Nous n’avons pas regardé plusieurs gardiens dans la ligue, mais quand un gars comme DiPietro devient disponible, si le prix est bon, il faut le prendre. C’est un gagnant qui a fait ses preuves. C’est le meilleur gardien de la ligue. Andrée n’a rien fait de mal, mais c’est comme si tu avais un compteur de 40 buts dans ton club et que tu pouvais ajouter un compteur de 50 buts. C’est une amélioration», a indiqué l’entraîneur-chef André Tourigny, qui est également le vice-président aux opérations hockey des 67’s.

Les négociations ont vraiment décollé dimanche pour le portier de 6’0’’ et 205 livres alors que les Spitfires ont réduit leur prix pour le meilleur gardien de leur histoire.

«À un moment, nous avions dit aux Spitfires qu’au prix demandé, nous n’étions pas dans le coup, mais le prix est devenu à notre portée dimanche», a ajouté Tourigny.

Malgré le prix payé, les 67’s détiennent toujours six choix de deuxième ronde et deux choix de troisième ronde dans les deux prochains repêchages.

Pour Tourigny, les joueurs des 67’s ont démontré qu’ils méritaient d’obtenir de l’aide afin de lutter pour un championnat. Ceux-ci ont répondu avec enthousiasme mardi avant-midi.

«C’est la première fois de ma carrière junior que nous effectuons une transaction pour améliorer notre club dans l’immédiat. C’est vraiment excitant», a dit Noel Hoefenmayer, qui en est à sa quatrième saison avec le club.

Défenseur par excellence du mois de novembre dans la LHO avec 16 points en 12 matches, Hoefenmayer avait hâte de voir où se positionnerait son club après avoir vu Oshawa, London et Niagara faire des additions de taille.

«Il y a des clubs qui commençaient à être nerveux de nous voir au sommet du classement de la ligue. Ils ont bougé pour essayer de suivre notre cadence. DiPietro est un gros nom, mais il ne faut pas oublier que Cédrick Andrée nous a permis de nous rendre là où nous sommes aujourd’hui.»

+

UN MENTOR POUR CÉDRICK ANDRÉE

Cédrick Andrée redoutait l’arrivée d’un vétéran gardien à Ottawa depuis le début de la saison. À 18 ans et à sa première année comme gardien titulaire des 67’s, il avait tout à prouver.

Les observateurs de la Ligue de l’Ontario savaient que les 67’s allaient faire partie de l’élite en 2018-19. Le point d’interrogation se trouvait devant le filet.

Mais le gardien d’Orléans a confondu les sceptiques. Il mène devant tous les gardiens de la ligue avec 19 victoires. Il est cinquième avec sa moyenne de 2,56 buts alloués par rencontre et dans le top-10 avec son pourcentage d’arrêt de ,911. Il a même remporté ses deux duels contre Michael DiPietro cet automne. Il a reçu la deuxième étoile dans une victoire de 4-1 à domicile le 12 octobre et la première étoile dans un gain par blanchissage de 1-0 à Windsor le 1er novembre.

Malgré tout, les 67’s n’ont pu résister à la tentation d’ajouter le potentiel gardien numéro un d’Équipe Canada junior (ÉCJ) à leur formation. En fait, Andrée a été informé de cette possibilité dès dimanche.

«Nous avions dit à Cédrick que nous ne regardions pas trop de gardiens dans la ligue, mais que si nous avions la chance d’ajouter un gars comme DiPietro, nous le ferions. Les négociations sont devenues plus intenses dimanche. Nous aimons Cédrick. Il ne s’en va nulle part. Nous voulons qu’il devienne notre numéro un l’an prochain. En attendant, il aura un excellent mentor», a expliqué l’entraîneur-chef André Tourigny.

Cédrick Andrée a pris la nouvelle en bon joueur d’équipe, sans cacher sa déception mardi. D’un seul trait, sa saison vient de basculer. «J’avais pris plaisir à jouer beaucoup. Ça allait bien, mais quand un club vise un championnat, c’est mieux quand il peut miser sur deux très bons gardiens. On m’a dit que je jouerais plus que William [Cranley, le deuxième gardien en ce moment] et qu’on formerait plus un duo. En cas de blessures, nous serons mieux nantis. Ils m’ont dit qu’ils me voyaient comme numéro un l’an prochain, alors c’est une bonne nouvelle.»

Dès lundi, DiPietro partira pour le camp de sélection d’ÉCJ. Le duo d’Andrée et Cranley  restera donc intact jusqu’en janvier.