Michael DiPietro a vécu une montagne russe d’émotions dans la défaite crève-cœur du Canada contre la Finlande dans les quarts de finale du Championnat mondial junior. Il était à 46 secondes de blanchir les éventuels champions du monde avant d’être victime d’un but chanceux.

DiPietro revient enfin à Ottawa

Pièce maîtresse des trois transactions effectuées par les 67’s d’Ottawa dans le but avoué de lutter pour le championnat de la Ligue de l’Ontario, Michael DiPietro n’a vraiment pas passé beaucoup de temps dans la capitale nationale depuis son acquisition du 4 décembre dernier.

Le gardien de 19 ans n’a disputé qu’un seul match à la Place TD depuis qu’il a été soutiré aux Spitfires de Windsor. C’était une victoire de 5-1 contre les Olympiques de Gatineau le 8 décembre. Après, il est allé rejoindre Équipe Canada junior où il est devenu le gardien titulaire pendant le Championnat mondial disputé à Vancouver.

L’espoir des Canucks était donc soulagé de sauter sur la glace de la Place TD mardi matin. Il a bel et bien repris l’action en fin de semaine dernière à London et Guelph, mais à défaut d’avoir pratiqué pendant plus d’une semaine, son retour à l’action dans la Ligue de l’Ontario a été cruel. Il a encaissé deux revers en plus de se faire sortir du match à Guelph après avoir accordé cinq buts sur 18 tirs.

« Ça fait six semaines que je suis dans mes valises. Ça va me faire du bien de m’installer et de prendre mes aises à Ottawa. À mon retour du Championnat du monde, les 67’s ont eu la courtoisie de m’envoyer passer une semaine de congé à la maison. J’ai pu faire le vide mentalement. Mon corps avait aussi besoin d’un repos, mais je n’ai pas pu m’entraîner avec l’équipe et nous étions dans un voyage de trois matches en trois jours avec quelques nouveaux visages. L’entraînement d’aujourd’hui était donc important à mes yeux. Je suis prêt à tourner la page et commencer un nouveau chapitre. »

Les 67’s vont accueillir les Petes de Peterborough vendredi à la Place TD et DiPietro aura soif de victoire puisqu’il a encaissé la défaite à ses trois derniers départs, en incluant le match des quarts de finale du Championnat mondial. Le 2 janvier, les Canadiens ont subi l’élimination contre la Finlande alors qu’ils étaient à 46 secondes de blanchir les éventuels champions du monde. DiPietro avait été sublime. Il avait même été ovationné par la foule de 18 000 personnes de Vancouver, où il rêve de faire carrière chez les Canucks.

Un but chanceux d’Aleksi Heponiemi a cependant permis à la Finlande de forcer la tenue d’une prolongation, qui a aussi joué en sa faveur. DiPietro a revu la séquence à maintes reprises. Encore aujourd’hui, il est convaincu qu’un but semblable a une chance sur 1000 de se produire.

« Je ne pense pas avoir été déjà battu de cette façon et je ne pense pas que ça va se reproduire. Quelles sont les chances qu’une rondelle derrière le filet soit centrée sur un autre joueur dans l’angle parfait pour dévier sur sa jambière pour ensuite se promener sur mon bâton et trouver l’espace du trou exact d’une rondelle ? Ça me fait encore mal d’y penser, mais je tenais à voir la reprise. Au hockey, il faut apprendre de chaque expérience, qu’elle soit bonne ou mauvaise. »

Malgré l’élimination hâtive du Canada, DiPietro se dit fier de son tournoi où il a conservé une moyenne de 1,23 but accordé par match avec un pourcentage d’arrêt de ,952. « J’étais confortable dans le filet. La défaite fait encore mal, mais mon jeu a parlé pour lui-même. C’est un bond capricieux qui a fait la différence à la fin. »

DiPietro et ses nouveaux coéquipiers comptent profiter de la semaine pour se remettre au travail après avoir perdu deux matches contre des puissances de la conférence de l’Ouest.

« J’ai déjà fait partie d’une équipe gagnante de la Coupe Memorial à Windsor. Là-bas, nous avions aussi fait face à l’adversité à ce temps-ci de la saison. Il faudra se servir de notre caractère pour franchir la montagne et reprendre notre rythme de croisière. »

+

EN BREF

Une chimie à rebâtir

Trois nouveaux joueurs et deux joueurs qui reviennent du Championnat mondial junior. La chimie qui avait permis aux 67’s d’Ottawa d’accéder au premier rang de la Ligue de l’Ontario a été altérée le week-end dernier où ils ont connu des hauts à Sarnia, suivi de bas à London et Guelph. « Notre chimie d’équipe a représenté notre force en première moitié de saison. Il faudra travailler à la recréer avec l’arrivée de Michael DiPietro, Kyle Maksimovich et Lucas Chiodo. 

Kyle Maksimovich est de retour avec les 67's.

Des joueurs ont été déplacés et des rôles ont été changés. Notre défi sera de presser les bons boutons et de trouver les bonnes combinaisons. C’est un problème de rêve », a indiqué l’entraîneur-chef André Tourigny après avoir dirigé un premier entraînement avec sa formation complète après la date limite des transactions dans la LHOntario.

Bilodeau parmi les étoiles

Nommé capitaine des Olympiques la semaine dernière pendant un voyage dans le nord-est du Québec, Gabriel Bilodeau a élevé son jeu d’un cran au point d’être retenu dans l’équipe d’étoiles de la semaine dans la LHJMQ. Le défenseur de 20 ans a inscrit deux buts en plus d’ajouter deux passes en trois parties, des victoires à Québec et Chicoutimi, suivi d’un revers serré de 2-1 à Baie-Comeau contre une des puissances du circuit Courteau. 

Le capitaine des Olympiques, Gabriel Bilodeau

Meilleur compteur des Olympiques avec 29 points en 38 matches, le Lavallois a égalé un sommet personnel de huit buts dont un filet gagnant à Québec mercredi dernier. Il n’a besoin que de six points pour égaler son record de 35 points dans une saison. Il a encore 26 matches pour y parvenir à commencer par un duel à Shawinigan mercredi soir.

Gee Gees : des séries assurées

En prenant la mesure de leurs ennemis jurés des Ravens de l’université Carleton par la marque de 6-3 vendredi dernier au complexe Minto, les Gee Gees de l’Université d’Ottawa ont été la première équipe à se qualifier pour les séries éliminatoires de la coupe Queen’s. Après 20 matches, les protégés de l’entraîneur Patrick Grandmaître montrent un dossier de 16-1-3 et mènent la conférence est de l’Ontario par cinq points devant l’université Queen’s (15-5-0). 

L’entraîneur des 67's, Patrick Grandmaître

Leur avance est de huit points sur les Ravens (12-5-4) et les Redmen de McGill (12-5-4). Il reste encore huit matches à disputer à la saison des Gee Gees. Les Patriotes de l’Université du Québec à Trois-Rivières seront les prochains visiteurs alors qu’ils seront au complexe Minto deux fois plutôt qu’une vendredi et samedi.