À sa quatrième saison dans la Ligue de l’Ontario, Austen Keating a pris son envol. Il est le deuxième meilleur compteur de la ligue avec 16 points en 10 matches.

Austen Keating débloque à 19 ans

Austen Keating s’exprime avec aisance après une autre soirée où il a récolté plus d’un point dans une victoire de 4-1 contre les Spitfires de Windsor vendredi à la Place TD.

Exhibant fièrement sa dent manquante pendant qu’il répond aux questions des médias, Keating, 19 ans, a l’allure d’un joueur de hockey et montre enfin l’assurance d’un choix de première ronde. Premier choix des 67’s en 2015, Keating a connu sa meilleure saison à 17 ans alors qu’il avait récolté 63 points, mais il avait été ignoré au repêchage de la LNH.

Sa production a chuté l’année suivante à 18 ans, mais à sa quatrième saison dans la Ligue de l’Ontario (LHO), il commence à remplir les promesses qui avaient poussé les 67’s à le repêcher au premier tour. En préparant deux buts contre les Spitfires, Keating a maintenant 16 points en 10 matches. Il est le deuxième meilleur compteur de la ligue derrière Ryan Suzuki, espoir du repêchage 2019 de la LNH.

Plus mince et plus rapide, Keating peut à nouveau espérer d’attirer l’œil des recruteurs de la LNH.

« Austen est plus rapide et plus en forme que l’an dernier. Il arrive à battre ses adversaires de vitesse, ce qu’il ne faisait pas à ses trois premières saisons », a avancé l’entraîneur-chef André Tourigny.

Ce dernier a eu la main heureuse en réunissant Keating au vétéran Tye Felhaber et à la recrue autrichienne Marco Rossi il y a quatre matches.

Les 67’s ont gagné ces quatre matches. Felhaber, 15 points, est le troisième marqueur de la ligue. Il a compté dans un filet désert vendredi. Et Marco Rossi a maintenant marqué six buts (2 contre Windsor) pendant cette séquence de quatre matches.

« Pour être franc, ce match a été leur moins bon des quatre derniers, a ajouté Tourigny. Je ne dis pas qu’ils ont été mauvais. C’est juste qu’ils avaient été dominants à chaque présence sur la glace depuis qu’ils ont été rassemblés », clame Tourigny.

Ce trio a été responsable de trois des quatre buts des 67’s (7-3-0) contre les Spitfires (3-4-0) et Austen Keating dit qu’il s’amuse comme jamais depuis son entrée dans la ligue.

Patinage intensif d’été

« Les 67’s, c’est ma deuxième famille. Nous avons un très bon groupe de joueurs cette année. Ça aide de jouer avec des amis proches. J’adore venir à l’aréna. Si j’ai pris mon envol cette année, c’est que j’ai observé les grandes améliorations chez Travis Barron et Sasha Chmelevski l’an dernier. Les deux ont fini par signer des contrats professionnels. Je savais que je devais être meilleur cette année. La plus grande différence, c’est que j’ai suivi une entraîneuse renommée dans le patinage en puissance. Je me sens maintenant 100 % à l’aise de pouvoir battre mes adversaires de vitesse. Je n’avais pas cette confiance par le passé. Ça fait toute la différence au monde », raconte Keating.

Le # 9 des 67’s n’en revient pas d’avoir la chance de jouer avec Felhaber et Rossi.

« Felhaber s’était déjà beaucoup amélioré l’an dernier. Il en a remis une coche cette année. Quant à Rossi, c’est dur d’imaginer qu’il a deux ans de moins que moi et trois de moins que Tye. C’est un joueur d’exception. C’est une immense addition à notre équipe. »

À présent qu’il multiplie les points, Keating aura plus de facilité à retenir l’attention des recruteurs, mais il assure ne pas trop y penser.

« Pour le moment, je pense aux succès de l’équipe en premier. J’ai encore des trucs à travailler. Je ne suis pas encore assez bon défensivement. »

Le gros but

André Tourigny n’a peut-être pas été fou du match de son gros trio, mais ce qu’il a apprécié, c’est de les voir élever leur jeu d’un cran pour aller chercher le gros but au moment où les Spitfires faisaient tout pour créer l’égalité.

« Ça, c’est du leadership », précise-t-il.

Rossi a complété son match avec trois points. La recrue Jack Quinn a aussi récolté deux points.

Kyle McDonald a été le seul à battre le gardien Cédrick Andrée, qui a réalisé 21 arrêts pour signer sa quatrième victoire de suite.

Il aura finalement eu le dessus sur Michael Dipietro, considéré comme le meilleur gardien de la Ligue de l’Ontario. À sa défense, il a été battu sur des tirs parfaits et une déviation. Il était au banc des siens sur le quatrième but.

Les 67’s vont essayer d’étirer leur séquence victorieuse dimanche en recevant les Otters d’Érié.