Cédrick Andrée avait été accueilli en héros dans le vestiaire des 67’s après une prestation magistrale dans le deuxième match samedi dernier. En saison régulière, il avait été aussi bon que Michael DiPietro

Andrée: nervosité à combattre

Parachuté devant le filet des 67’s d’Ottawa après la blessure de Michael DiPietro, Cédrick Andrée avoue être nerveux sous le feu des projecteurs de la finale de la Ligue de l’Ontario (LHO).

Magistral en relève à DiPietro dans le deuxième match où il a récolté la première étoile, le gardien natif d’Orléans a vécu des moments difficiles à ses deux premiers départs des séries à Guelph où il a cédé 12 buts sur 60 tirs.

Le gardien aux 34 victoires en saison régulière avait retrouvé le sourire à son retour à l’entraînement à la Place TD jeudi matin. Les 67’s ne devaient pas tenir d’entraînement, mais le groupe de leaders tenait à sauter sur la glace pour s’amuser un peu. Michael DiPietro a essayé de patiner, mais il n’est pas resté longtemps. Sa blessure à la cheville est évaluée sur une base quotidienne. «Il a reçu une bonne nouvelle. Ce n’est pas une absence à long terme, mais il n’est pas encore très à l’aise», a indiqué l’entraîneur-chef André Tourigny.

Dans son franc parlé habituel, Andrée a dit qu’il cherchait toutes les occasions de s’amuser d’ici au cinquième match de vendredi soir.

«Quand je suis rentré dans le deuxième match, je n’ai pas eu le temps de penser à rien. J’ai sauté sur la glace et j’ai joué au hockey. Ç’a été différent à Guelph. J’étais très nerveux avant le début des deux matches. Quand il n’y a rien d’autre à faire que d’être à l’hôtel et à l’aréna, tu penses au hockey tout le temps. Ça m’a stressé. Je suis content de revenir à la maison dans un environnement où j’ai toujours bien joué.»

Jeudi, Andrée s’est amusé sur la patinoire et c’est l’approche qu’il compte prendre d’ici au match pivot de vendredi.

«J’ai toujours eu plus de succès quand j’arrêtais de penser aux grands enjeux. Ce soir (jeudi), je vais me distraire un peu. Je vais aller voir un film ou encore aller au musée. C’est gratuit les jeudis soirs à Ottawa ! Peut-être un peu de laser tag ? Je cherche à m’enlever cette pression que je ressens à l’intérieur. J’adore jouer au hockey. Je dois revenir à l’essentiel et j’aime jouer devant nos partisans. Il y a un côté sécurisant quand tu sais que la foule est derrière toi.»

Cédrick Andrée a le trac et c’est normal. Il n’avait pas joué un match depuis six semaines avant de remplacer DiPietro au pied levé dans la finale de la LHO. DiPietro, c’est le vétéran. Celui qui a gagné la coupe Memorial en 2017. Celui qui a gardé les buts d’Équipe Canada junior. Celui qui a joué son premier match dans la LNH avec les Canucks de Vancouver cet hiver. Il a évolué sur les plus grandes scènes du hockey.

Pour Andrée, c’est tout nouveau.

«Tu regardes dans les estrades et c’est rempli partout. C’est écrit sur la patinoire que c’est le championnat de la LHO. C’est dur d’oublier que c’est la finale, mais c’est ce que je vais essayer de faire demain. Je vais essayer de relaxer.»

Dans sa rentrée de samedi dernier, Andrée dit avoir vécu un grand moment d’hystérie.

«Rentrer dans un match et faire gagner mon équipe en finale, c’était un rêve. Deux jours plus tard à Guelph, j’ai donné sept buts. Là, j’ai vécu le match de mes cauchemars. Jouer dans les séries, c’est complètement différent qu’en saison régulière. J’ai eu deux matches pour m’acclimater. Je devrais être bon pour le troisième match.»

André Tourigny a toujours eu confiance en Cédrick Andrée cette saison et il n’est pas près de changer son fusil d’épaule.

«Cédrick a fait taire ses détracteurs toute la saison. Il s’est amélioré à chaque période à Guelph. J’aime nos chances dans le prochain match.»

+

Tourigny remanie ses trios

Le 15e « x » est beaucoup plus difficile à dévoiler sur la rampe devant le banc des joueurs des 67’s d’Ottawa.

Après avoir enlevé les deux premiers matches de la finale devant leurs partisans, les 67’s ont vu le Storm de Guelph reprendre des forces au Centre Sleeman et la série est maintenant égale 2-2.

La troupe d’André Tourigny tentera de reprendre le momentum qu’elle a perdue sur la route en jouant devant une salle comble à la Place TD vendredi soir et l’entraîneur-chef compte aussi remanier ses trios comme il l’a fait dans la troisième période du quatrième match mercredi soir à Guelph.

Il a eu la main heureuse en ramenant Austen Keating avec Marco Rossi et Tye Felhaber comme ça avait été le cas pendant une bonne partie de la saison.

Kody Clark a quant à lui retrouvé Sasha Chmelevski et Graeme Clarke. Les deux autres trios sont restés intacts. Dans cette troisième période, la meilleure des 67’s à Guelph, ils ont eu le dessus 16-3 dans les tirs au but.

« Nous avons aimé cette troisième période. Il faudra jouer avec le même sentiment d’urgence. À Guelph, nous avons aussi vécu de la frustration parce que nous savions exactement ce qu’ils allaient faire, mais ils ont quand même eu du succès. Le stress nous a paralysés et je suis content de notre troisième période parce que ça nous a permis d’en finir avec ce sentiment-là. Il faut juste être un peu plus intense mentalement en étant prêt à répondre à ce qu’ils vont faire. Il n’y a plus de surprise à ce point-ci », a indiqué Tourigny.

Quant aux changements de trios, Tourigny cherchait à trouver de nouvelles combinaisons pour exploiter les forces de ses attaquants les plus doués.

« Sasha produit plus sur des montées et les jeux de transitions rapides. Même chose pour Kody. Keating et Rossi sont excellents pour aller chercher les rondelles pour nos joueurs qui veulent en avoir la possession comme Felhaber. Nos trios du début des séries étaient bien équilibrés en ce sens là, mais rendus où nous sommes, il fallait faire de légers ajustements. »

Désir de vaincre

On parle beaucoup de la production offensive de Nick Suzuki chez le Storm de Guelph, mais chez les 67’s, Lucas Chiodo a récolté des points dans 15 de ses 16 premiers matches des séries. Sa séquence de 14 matches consécutifs avec des points a pris fin dans le troisième match à Guelph, là où l’attaque des 67’s a manqué de punch.

Pour lui, les deux défaites face au Storm ont démontré que son club n’était pas aussi désespéré que ses adversaires.

« Le Storm était plus affamé que nous et ça ne peut pas se produire à ce temps-ci de l’année. Dans le cinquième match, il faudra être l’équipe au plus grand désir de vaincre. Ils ont un bon club. Il faut mettre plus de pression et laisser moins de temps à leurs porteurs de rondelle. »

Test réussi pour Bahl

Enfin, Kevin Bahl était à nouveau sur la glace jeudi, ce qui veut dire que sa blessure au bas du corps n’a pas été aggravée à son retour au jeu mercredi. Tourigny croit avoir utilisé son général de la défensive entre 23 et 25 minutes dans le dernier match. Sa charge de travail va augmenter vendredi.