Les 67’s portaient des uniformes spéciaux en cette journée dédiée aux Forces armées canadiennes.

Andrée en parfait contrôle

C’est déjà un exploit de battre, coup sur coup, deux des meilleures équipes de la LHOntario.

Samedi, les 67’s d’Ottawa se sont rendus à Oshawa, où ils ont blanchi 4-0 les Generals, leurs principaux rivaux dans la section Est.

Dimanche, ils sont revenus à la maison pour vaincre le Spirit de Saginaw, 5-3.

Une victoire qui fera du bien à tout le monde. Le Spirit, une des forces de l’Association Ouest, avait subi une seule défaite à ses 10 parties précédentes.

C’est un exploit de vaincre ces deux équipes.

C’est encore plus impressionnant quand on pense que les 67’s l’ont fait en laissant leur gardien de but vedette, Michael DiPietro, au bout du banc.

Cédrick Andrée a été d’office pour ces deux parties. Il a donc pu ajouter deux autres victoires à son impressionnante fiche.

« Nous avons longuement discuté, après le match de samedi. Il est important, pour nous, de ne pas avoir un système dans lequel il y a deux poids, deux mesures », explique l’entraîneur-chef André Tourigny.

Selon le plan initial, Andrée devait jouer à Oshawa. DiPietro devait prendre la relève face à Saginaw.

Il y a toutefois une loi non écrite, dans le monde du hockey. Un gardien qui réussit un blanchissage obtient, automatiquement, le départ lors du match suivant.

« La même chose s’est produite, récemment. Mikey a blanchi les Petes de Peterborough. Selon notre plan, Ceddy devait obtenir le départ, 24 heures plus tard. Le plan a changé. Nous avons permis à Mikey de revenir devant le filet au lendemain de son jeu blanc », enchaîne Tourigny.

« Nous avons tout expliqué à Mikey. Il est crucial, pour nous, de traiter tous nos joueurs de la même façon. D’ailleurs, Ceddy devait être d’office lors de notre prochain match, mercredi, contre les Frontenacs de Kingston. Finalement, ce départ sera confié à Mikey. »

Les entraîneurs des 67’s n’ont certainement pas regretté leur décision d’utiliser Andrée contre le Spirit.

Le gardien orléanais de 18 ans a réussi 33 arrêts dans ce match. Il a surtout été utile durant les 40 premières minutes de jeu. Les visiteurs, bien reposés, étaient particulièrement coriaces.

Ils ont d’ailleurs ouvert la marque en tout début de match. Damien Giroux, un espoir du Wild du Minnesota, a marqué lors du tout premier lancer de la partie.

« Je ne vous mentirai pas. Quand ce premier lancer a trouvé le fond du filet, j’ai eu peur. J’ai eu peur que ça ne se passe pas aussi bien pour moi qu’à Oshawa », a confié Andrée après la partie.

Il s’inquiétait pour rien. Il a stoppé 24 rondelles d’affilée, jusqu’au deuxième entracte. Ses coéquipiers ont explosé, marquant quatre buts consécutifs dans la première moitié de la troisième période pour mettre la victoire dans le sac.

« J’ai reçu plein de lancers, c’était une bonne chose. J’ai trouvé mon rythme. Quand tu trouves ton rythme, tu finis parfois par avoir l’impression que rien ne va passer. »

Joyeux anniversaire

Cinq joueurs différents ont touché la cible dans le clan des vainqueurs. Lucas Chiodo, Tye Felhaber, Sasha Chmelevski, Mitchell Hoelscher et Marco Rossi ont déjoué le solide gardien du Spirit, le Russe Ivan Prosvetov.

Hoelscher avait deux bonnes raisons de sourire, après la rencontre : son but a fait la différence dans le match, et il célébrait son 19e anniversaire de naissance !

Il avait une troisième bonne raison de sourire, en fait. Il développe une complicité évidente avec les deux nouveaux venus, Chiodo et Kyle Maksimovich.

« Nous nous entendons très bien à l’extérieur de la patinoire. Ça nous permet de connaître du succès sur la patinoire », croit le jeune homme qui appartient à l’organisation des Devils du New Jersey.

« Nous ne passons pas beaucoup de temps dans notre territoire. La chimie est bonne, il faut que ça dure ! »

+

APRÈS 50 BUTS, TYE FELHABER ARRÊTE DE COMPTER

On savait que ça s’en venait. Ça vaut quand même la peine de le souligner. Tye Felhaber a marqué son 50e but de la saison, samedi.

L’ailier de 20 ans, qui terrorise les gardiens aux quatre coins de l’Ontario depuis plusieurs mois, a pu atteindre ce mythique plateau à sa 47e partie.

Il suffit de consulter la fiche du dernier joueur à marquer 50 buts dans l’uniforme des 67’s pour comprendre qu’il s’agit d’un tour de force.

En 2011, un certain Tyler Toffoli a rejoint ce club sélect à son 65e et dernier match de la saison régulière. « Beaucoup de gens me parlaient de ce chiffre magique dernièrement. Je dois reconnaître que ça occupait une large part de mes pensées », dit le jeune homme.

« Je réalise qu’il s’agit d’un plateau spécial. Je suis surtout content de l’avoir atteint dans une belle journée, lors d’un match où toute notre équipe a vraiment bien joué. Le goût de la victoire, ça se développe. Plus nous gagnons, plus nous voulons gagner. »

Le 50e but de Felhaber fut celui qui a fait la différence dans la victoire de 4-0 à Oshawa.

C’était la 13e fois, depuis le début de la saison, que le vétéran inscrivait le premier but d’un match.

« Tout ça, c’est bien beau, mais à compter de maintenant, je ne veux plus compter le nombre de buts que je marquerai d’ici la fin de la saison. Je veux juste me concentrer sur mon jeu d’ensemble. Je veux faire les choses correctement », dit-il.

D’ailleurs, Felhaber a marqué son 51e but de la saison, dimanche, contre le Spirit. Un autre but important, en supériorité numérique, qui a donné le ton à la poussée offensive des 67’s en troisième période.

Après le match, l’entraîneur-chef André Tourigny n’avait pas nécessairement envie de parler de ses succès à l’attaque.

« Sa séquence de buts continue, mais il faut surtout retenir son travail quand il n’a pas la rondelle. Je ne dirais pas nécessairement que je suis impressionné, mais c’est ce qu’on veut voir de la part de nos meilleurs joueurs. Fehly donne l’exemple dans les deux sens de la patinoire. Sasha et Keating font la même chose. C’est vraiment ce qu’on veut. »