Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Hockey

L’Outaouais domine au Royal-Brassard

« Nous avons un titre à défendre ! »

La déclaration venait de Francis Woods après avoir inscrit deux buts et une passe dans une victoire de 3-0 de l’Intrépide de l’Outaouais vendredi soir au Complexe Branchaud-Brière dans un match de catégorie AAA du tournoi bantam Royal-Brassard.

Soccer

Le calendrier de l’Atlético dévoilé

Officiellement, l’Atlético d’Ottawa n’a pas encore de joueurs sous contrat, mais l’équipe d’expansion de la Première ligue canadienne (PLC) connaît dorénavant son horaire pour la saison 2020.

Les protégés de l’entraîneur-chef «Mista» vont lancer leur saison en disputant leurs quatre premiers matches à l’étranger. Le tout va débuter à Hamilton le 18 avril. Des arrêts à Halifax le 25 avril, à Winnipeg le 2 mai et à York le 8 mai suivront.

L’Atlético évoluera une première fois devant ses partisans à la Place TD le 16 mai contre les Wanderers de Halifax. Ce sera le début d’une séquence de trois matches à domicile qui verra le Pacific FC et le York9 faire des visites à Ottawa les 22 mai et 30 mai.

Le calendrier de la PLC est constitué de 28 matches. Pour l’Atlélico, il prendra fin le 4 octobre à la Place TD contre Winnipeg.

Les premières mises sous contrat seront dévoilées dans les prochains jours. Même si rien n’a été annoncé à ce jour, la majorité du club aurait déjà été assemblée et la direction pense être en mesure d’envoyer une équipe compétitive sur le terrain dès sa première saison.

D’ailleurs, son camp d’entraînement se tiendra à Madrid à partir du 11 mars prochain. Une dizaine de jours sont prévus dans les installations sportives de l’Atlético de Madrid. Quand le commissaire de la PLC disait qu’Ottawa avait gagné la loterie en s’associant à ce grand club d’Europe, il faut croire que les joueurs pourront s’en rendre compte assez rapidement.

F1

Essais hivernaux de F1: Mercedes encore dominante

MONTRÉAL — L’équipe Mercedes, de nouveau la favorite pour remporter le championnat de Formule 1 en 2020, a dominé la dernière journée du premier bloc d’essais hivernaux. Valtteri Bottas a enregistré le meilleur chrono vendredi devant son coéquipier — et champion en titre — Lewis Hamilton.

Bottas, au volant de sa Mercedes, a signé un temps d’une minute et 15,732 secondes sur le circuit Catalunya de Barcelone. Il a retranché 0,784 seconde à celui de Hamilton.

Le pilote Renault Esteban Ocon, qui était pilote d’essai chez Mercedes l’an dernier, en a surpris plusieurs en s’adjugeant la troisième place, à 1,370 seconde du Finlandais.

Pour sa part, le Québécois Lance Stroll a obtenu le quatrième meilleur chrono, à 1,606 seconde de Bottas. Le pilote de l’équipe canadienne Racing Point n’a peut-être pas autant impressionné que son coéquipier Sergio Perez pendant ce premier bloc d’essais, mais il a tout de même bien fait. Le pilote de Mont-Tremblant a d’ailleurs été passablement sollicité avec 116 tours complétés vendredi.

«C’était bien d’avoir enfin une journée complète au volant de la voiture, a évoqué Stroll. Mercredi, je n’ai pris part qu’à la moitié de la journée, pour qu’on procède à des tests aérodynamiques. Ç’a fait du bien de tourner aujourd’hui, même si nous avons éprouvé quelques ennuis avec le système de démarrage de la voiture. En général, donc, c’était très positif.

«La voiture est très différente de celle de l’an dernier; l’équipe a fait du très bon boulot pendant l’hiver pour la développer. Il s’agira maintenant d’identifier ses faiblesses, et de les corriger à temps pour le deuxième bloc la semaine prochaine. Une chose est sûre, cependant, c’est que nous sommes en bien meilleure posture qu’au même moment l’an dernier», a-t-il ajouté.

Dur pour Latifi

La journée de travail de l’autre pilote canadien inscrit au championnat de 2020, Nicholas Latifi, n’a pas été aussi satisfaisante.

Le Torontois a été contraint de s’immobiliser en bordure de piste en raison d’un pépin technique sur sa Williams en fin de matinée. L’équipe britannique a donc dû remplacer le bloc moteur de sa voiture avant de le retourner en piste, alors qu’il restait une heure seulement à la séance d’après-midi. Il s’est finalement contenté du 15e temps à 3,272 secondes.

«Ce n’est pas ce que j’espérais, a convenu Latifi. La dernière heure a été passablement occupée, car nous avons dû maximiser notre temps alloué en piste.»

Latifi n’est pas le seul à avoir vécu des problèmes avec sa voiture.

Le pilote Haas Kevin Magnussen a notamment été victime d’une violente sortie de piste après avoir été victime d’une crevaison. Daniel Ricciardo (Renault), Sebastian Vettel (Ferrari) et Lando Norris (McLaren) ont aussi été contraints de s’immobiliser pendant un certain temps en raison de divers pépins techniques sur leur voiture respective.

D’ailleurs, l’un des motifs pour lesquels Mercedes est favorite cette saison, c’est le piètre rendement de la Scuderia jusqu’ici — Vettel s’est contenté du 13e temps vendredi, à plus de 2,6 secondes de Bottas. Le directeur de Ferrari, Mattia Binotto, n’a pas caché sa déception après le premier bloc d’essais.

«Je ne suis pas aussi optimiste que l’an dernier, a convenu Binotto au site Internet F1.com. Certaines voitures sont plus rapides que les nôtres, en ce moment. Il est difficile d’évaluer l’écart entre elles et nous, car je devrai analyser les données au cours des prochains jours, mais je ne crois pas que nous soyons aussi rapides qu’eux en ce moment.

«Sommes-nous préoccupés? Bien sûr que oui, car nous ne sommes pas aussi rapides que nous le souhaiterions, a-t-il ajouté. Mais il est encore trop tôt pour identifier les problèmes, et trouver des solutions. Les trois derniers jours ont été très importants pour nous, parce que nous avons récolté des informations, aurons un portrait clair de la situation et identifierons les pistes de solutions.»

Le DAS ne sera toléré qu’en 2020

Par ailleurs, l’équipe Mercedes a appris vendredi que le système révolutionnaire qu’elle a dévoilé en primeur la veille ne sera admissible qu’en 2020.

Des images filmées par le promoteur de la F1 ont montré jeudi Hamilton en train de tirer sur le volant de sa Mercedes dans une ligne droite, déclenchant simultanément un mouvement de resserrement des roues. Interrogé lors d’une conférence de presse, le directeur technique de Mercedes, James Allison, avait répondu que la FIA était au courant de l’existence de ce système et qu’elle l’avait approuvé.

Cependant, la FIA a indiqué vendredi matin que le système DAS — pour direction à axe double — ne sera plus toléré à la suite de l’adoption des nouveaux règlements qui entreront en vigueur à compter de 2021.

Mercedes pourra approfondir ses connaissances avec ce nouveau système la semaine prochaine, lors du deuxième bloc de trois jours d’essais.

Les essais hivernaux ont été réduits de huit à six jours afin de compenser l’augmentation de nombre de courses (22) au calendrier, à la suite de l’arrivée des Grands Prix du Vietnam et des Pays-Bas. Les essais de mi-saison ont aussi été abolis.

La saison de F1 se mettra en branle le 15 mars avec le Grand Prix d’Australie.

Le Grand Prix d’Espagne, qui se déroule annuellement sur le circuit Catalunya de Barcelone, aura lieu le 10 mai.

Jeux de la francophonie

L’héritage des Jeux de la francophonie

Ça fera bientôt deux décennies que les Jeux de la francophonie se sont déroulés à Ottawa-Hull à l’été 2001, mais les retombées de l’événement continuent à se faire ressentir.

Parlez-en à Patrice Dagenais, co-capitaine de l’équipe canadienne de rugby en fauteuil roulant. Il s’est vu remettre d’un don de 5000 $ dans les derniers jours.

Water-polo

Jessica Gaudreault: la gardienne tricotteuse qui brille dans l’eau

La gardienne de l’équipe canadienne féminine de water-polo rentre au bercail.

Jessica Gaudreault et ses coéquipières seront en visite à Ottawa lors des trois prochains jours avant de partir vers Budapest pour un camp d’entraînement et des matches hors-concours. Ça commencera vendredi avec une clinique destinée aux jeunes athlètes du club Capital Wave, à la piscine du Sportsplex de Nepean.

Sénateurs

Les Jets encore trop forts pour les Sénateurs

Paul Maurice avait assuré en matinée que ses Jets de Winnipeg ne prendraient pas les Sénateurs d’Ottawa à la légère, chaque point de classement étant trop important pour eux dans la course aux séries.

«Ils ont une meilleure fiche à domicile que nous, donc...», a fait remarquer l’intelligent entraîneur-chef des Jets.

Ses ouailles ont bien saisi son message et après avoir laissé les Sénateurs prendre les devants sur un but de Nick Paul, ils ont rapidement pris le contrôle de la rencontre en route vers un gain de 5-1 jeudi soir devant 11 183 amateurs au Centre Canadian Tire.

Laurent Brossoit a repoussé 29 tirs devant la cage des Manitobains pour arrêter la séquence de victoire des locaux à deux, eux qui ont une fiche de 3-2 lors de ce séjour à domicile de six matches qui prendra fin samedi avec la visite du Canadien de Montréal.

Ceux qui surveillent le bas du classement en vue de la «loterie Alexis Lafrenière» auront été doublement contents de ce revers des Sénateurs (21-29-11, 53 points) puisqu’il a été combiné à une défaite des Sharks de San Jose, 2-1 contre les Devils du New Jersey. Les Requins, dont les Sénateurs détiennent le premier choix, ont été rejoints au 26e rang du classement général par les Devils, les deux clubs ayant 56 points de classement.

Mark Scheifele a dirigé l’attaque des Jets avec un tour du chapeau et une passe, imitant son coéquipier Patrick Laine lors du gain de 5-2 des Jets contre Ottawa il y a deux semaines à Winnipeg en comptant tous ses buts avec l’avantage d’un homme.

«L’effort était bon, mais notre ‘P.K.’ (unité de désavantage numérique) nous a laissé tomber énormément. La rondelle a rebondi à quelques occasions, ça va arriver, a souligné le vétéran défenseur Ron Hainsey. Il y en a un où elle a frappé mon patin et ils ont compté là-dessus... On n’a pas sorti la rondelle aussi bien que lors des deux matches précédents.»

L’absence de Dylan DeMelo à la ligne bleue s’est probablement fait sentir un peu, lui qui a joué plus de 18 minutes à sa façon peu spectaculaire mais efficace à sa première sortie avec les Jets. Il a bloqué trois tirs, notamment, devant Brossoit, qui n’a effectué que peu d’arrêts difficiles tout en ayant l’aide de deux poteaux au premier tiers.

«Scheifele a été excellent pour eux sur le jeu de puissance, on doit trouver le moyen d’arrêter les meilleurs joueurs adverses, a souligné le centre Colin White. C’était un peu bizarre de voir DeMelo dans un autre uniforme. Il y a eu un bel hommage (à l’écran géant) et il a bien joué lui aussi. On va lui souhaiter la meilleure des chances.»

Kyle Connor (son 30e de la saison) et Nikolaj Ehlers ont aussi déjoué le gardien recrue Marcus Högberg, mis à l’épreuve à 34 reprises.

Drake Batherson a bien tenté de faire tourner le vent après les deux premiers buts en avantage numérique de Scheifele au premier tiers, lâchant les gants contre Jansen Harkins à la mise au jeu suivant le second filet pour son premier combat dans la LNH (deuxième chez les pros).

«C’était un match similaire au dernier contre eux, ils avaient compté trois buts en avantage numérique, ils en ont eu trois encore ce soir. On jouait bien en première période jusqu’à ce qu’on écope d’une punition et que la rondelle se retrouve au fond du filet, et la même chose après la punition suivante (au nouveau-venu Jayce Hawryluk). Ça a ruiné la période pour nous... C’était un peu un match bizarre», a analysé l’entraîneur-chef D.J. Smith après coup.

Ça l’a été en fin de rencontre surtout quand Scott Sabourin, Jean-Gabriel Pageau et Brady Tkachuk ont tous écopé de punitions de 10 minutes d’inconduite, les deux derniers lors d’une mêlée où Mason Appleton et Tucker Poolman ont aussi été envoyé aux douches.

>> Sommaire du match

Jeux olympiques

Si les JO avaient lieu en février, alors ils seraient annulés, dit un virologue

TOKYO - Un virologue japonais réputé a déclaré mercredi que si les Jeux olympiques de Tokyo commençaient demain, alors ils seraient probablement annulés en raison de la vitesse de propagation du virus provenant de Wuhan, en Chine.

«Nous devons trouver la meilleure façon de présenter des JO sécuritaires, a expliqué le Dr Hitoshi Oshitani, dans le cadre d’une rencontre du Club des correspondants étrangers du Japon. En ce moment, nous n’avons pas de stratégie efficace, et je crois que ce serait difficile de présenter des JO (en ce moment). Mais à la fin du mois de juillet, la situation pourrait être différente.»

Le Comité organisateur des JO de Tokyo et le Comité international olympique ont répété maintes fois au cours des dernières semaines qu’ils suivaient les recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), et que les JO auraient lieu tel que prévu.

Mais, chaque jour qui passe, l’impact du virus semble grandissant, ainsi que ses conséquences: les épreuves de qualifications olympiques sont annulées ou remises, les voyages sont difficiles, et les athlètes, ainsi que leurs proches, sont inquiets. Sans parler des commanditaires et de réseaux de télédiffusion qui ont investi des milliards de dollars dans l’aventure.

Les Jeux olympiques modernes, qui sont nés en 1896, ont été annulés uniquement à cause de la guerre, et ceux de 1980 et 1984 ont été assombris par le boycottage.

Oshitani, un ex-conseiller de l’OMS qui l’éclosion du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) il y a 20 ans, est optimiste, mais a tout de même été prudent quant à la tenue des JO du 24 juillet au 9 août.

«J’ignore quelle sera la situation au Japon à la fin du mois de juillet, a-t-il répondu, en anglais. Mais la vitesse de propagation devrait être beaucoup moins rapide au Japon en juillet.»

Oshitani a mentionné qu’il est surtout préoccupé par la possibilité que la propagation du virus «à la Wuhan» soit similaire en Afrique et ailleurs en Asie, et que des cas soient importés au Japon. Il a ajouté que si une telle situation se produit, «alors ce serait difficile» de présenter les Jeux olympiques. Il a toutefois rappelé que le Japon a les connaissances et le bagage requis pour gérer la crise.

«En conséquence, ce qu’il faut faire dès maintenant, c’est éviter qu’une telle situation se produise», a-t-il ajouté, en précisant que le gouvernement japonais devrait soutenir les autres pays afin d’éviter la propagation.

Le virus a jusqu’ici atteint plus de 75 000 personnes sur la planète. La Chine a rapporté 2004 décès parmi les 74 185 cas déclarés en Chine continentale, essentiellement dans la province centrale d’Hubei. Seul un décès a été attribué au virus au Japon.

Plus tôt cette semaine, Shigeru Omi, un ex-directeur régional de l’OMS et un expert en maladies infectieuses du Japon, a aussi admis qu’il était difficile d’être certain que les JO auront lieu comme prévu.

«Le virus lui-même, l’effort collectif et l’implication de la communauté internationale auront tous un rôle à jouer afin de déterminer si la propagation se poursuivra jusqu’à la cérémonie d’ouverture ou non, a-t-il dit en conférence de presse. Personne ne peut prédire si nous serons en mesure de contenir sa propagation, ou encore de la freiner d’ici le début des JO. Tout le défi est là.»

Il a ajouté que ce n’est pas «un gros point d’interrogation, mais il y en a tout de même un».

Sénateurs

DeMelo déjà de retour

La soirée en l’honneur de Chris Phillips a jeté de l’ombre sur l’échange de Dylan DeMelo, passé aux Jets de Winnipeg mardi en retour d’un choix de troisième ronde en juin prochain.

La transaction demeure d’actualité cependant alors que le fiable défenseur acquis des Sharks de San Jose dans le cadre de l’échange d’Erik Karlsson aura droit dès jeudi soir à une vidéo soulignant son retour dans la capitale pour affronter les Sénateurs. Comme il n’a pas amassé beaucoup de points avec son ancien club, il risque d’y avoir plus de faits saillants de ses interactions avec ses coéquipiers en tant que réalisateur des vidéos cocasses produits par l’équipe, mais quand même.

Patinage de vitesse

Ivanie Blondin, une championne revigorée

Ivanie Blondin se remet de ses émotions, trois jours après avoir été couronnée championne du monde du départ groupé.

Il s’agissait d’un deuxième titre en carrière pour la patineuse de vitesse originaire d’Ottawa. Sa première conquête à cette épreuve remontait déjà à 2016.

Victoire des Sens 7-4

Formule 1

Le Grand Prix du Vietnam maintenu malgré le coronavirus

HANOÏ - Le Grand Prix de Formule 1 du Vietnam, organisé pour la première fois dans ce pays, se tiendra comme prévu le 5 avril à Hanoï, malgré l'épidémie de coronavirus, ont annoncé mardi à l'AFP les organisateurs de la course.

"Il aura lieu comme prévu", a indiqué Le Ngoc Chi, directeur du GP du Vietnam, précisant "surveiller de près la situation".

Jeux olympiques

L'OMS juge qu'il est trop tôt pour dire si les Jeux de Tokyo sont menacés

GENÈVE, Suisse - Malgré l'épidémie du coronavirus qui s'est propagée depuis la Chine, un haut responsable de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a affirmé, mardi, qu'il était beaucoup trop tôt pour dire si les Jeux olympiques de Tokyo risquent d'être annulés ou reportés.

Le comité organisateur de Tokyo 2020 et le Comité international olympique (CIO) ont répété à plusieurs reprises qu'ils n'ont élaboré aucun plan d'urgence en vue des Jeux d'été prévus du 24 juillet au 9 août depuis que l'OMS a déclaré une urgence sanitaire mondiale le mois dernier.

NFL

Duvernay-Tardif: un grand champion au cœur tendre  [VIDÉO]

On l’a vu pleurer de joie, après sa victoire au Super Bowl, à Miami, il y a deux semaines. Mardi, au parlement de Québec, Laurent Duvernay-Tardif s’est encore montré ému. Pas tant par la médaille qu’on lui a décernée, dont il s’est quand même dit très fier, mais par la présence de ceux qui lui ont «appris à rêver», ses parents.

Guylaine Duvernay et François Tardif étaient parmi la centaine de personnes réunies dans la nouvelle rotonde toute blanche du parlement, en fin de journée. Leur fiston et premier Québécois à gagner la grande finale annuelle de football de la NFL y recevait la Médaille d’honneur de l’Assemblée nationale.

«Il y en a beaucoup qui disent à quel point ça va bien, ma vie est belle et les accomplissements s’accumulent. Mais c’est grâce à l’éducation que j’ai reçue de mes parents et qui ont toujours été des gens de projets. Qui ont toujours foncé, peu importe», a-t-il déclaré, avec un nœud dans la gorge.

«Mon père était professeur de cégep et tout d’un coup, le rêve, c’est d’aller en voilier pour un an. Y’en a pas, de problème! On va prendre une année sabbatique en famille et on va partir sur un voilier de 30 pieds à cinq personnes. Je ne sais pas si vous savez c’est quoi, 30 pieds...

«On est partis pendant un an, on a fait l’école sur le bateau. C’est des expériences comme ça qui m’ont forgé en tant que jeune homme et qui m’ont permis de rencontrer différentes cultures et d’être exposé à différents modes de vie», a-t-il raconté.

Le premier ministre François Legault a quand même souligné que Duvernay-Tardif, athlète professionnel, diplômé de médecine et philanthrope, n’est peut-être pas aussi parfait qu’on le croit.

«Moi, j’ai vu deux pénalités [écopées par le garde Duvernay-Tardif] et un sac du quart!» pendant le match du Super Bowl, conclu sur une victoire de 31-20 des Chiefs de Kansas City contre les 49ers de San Francisco, le 2 février.

Toujours avec le mot pour rire, M. Legault a souligné qu’«à voir la carrure de Laurent Duvernay-Tardif», colosse de 6’ 5” et 321 lb, «il n’y a personne qui peut nier qu’on est quelque chose comme un grand peuple».

Cyclisme

Canuel se rapproche de la retraite

Karol-Ann Canuel ignore si elle s’apprête à donner ses derniers coups de pédale en carrière.

La cycliste de Gatineau disputera sa première course de 2020 dans les prochains jours. Plus précisément dès jeudi lors du Tour de Valence, qui se déroulera sur quatre étapes en Espagne.

Sénateurs

Les Sénateurs envoient DeMelo à Winnipeg

Les Sénateurs ont profité de toute l’attention tournée vers Chris Phillips pour échanger un défenseur qui aurait pu faire partie de leur avenir, s’ils avaient pu s’entendre pour une prolongation de contrat avec lui.

Comme ce n’était dans les cartes, ils ont refilé Dylan DeMelo aux Jets de Winnipeg mardi après-midi en retour d’un choix de troisième ronde au repêchage de juin prochain.

« Au nom de l’organisation, nous aimerions remercier Dylan DeMelo pour ses deux saisons à Ottawa. Dylan est un individu avec beaucoup de caractère et un défenseur fiable à qui nous souhaitons la meilleure des chances à Winnipeg », a déclaré le DG Pierre Dorion par l’entremise du compte Twitter de l’équipe.

Obtenu dans l’échange d’Erik Karlsson avec les Sharks de San Jose en septembre 2018, DeMelo s’est effectivement avéré un défenseur fiable, jumelé souvent la saison dernière à Thomas Chabot. Cette saison, il avait récolté 10 passes en 49 parties, avec un différentiel de plus-3. Il n’aura pas besoin d’attendre longtemps avant d’affronter son ancien club puisque les Jets seront à Ottawa jeudi soir au Centre Canadian Tire.

« J’ai été un peu surpris par le moment choisi pour effectuer l’échange, alors que je me préparais pour un match en soirée, a-t-il dit lors d’une conférence téléphonique avec les médias de Winnipeg. L’échange comme tel ne m’a pas vraiment surpris parce que comme les négociations [pour une prolongation de contrat] étaient plutôt lentes, plus la date limite des transactions approchait [lundi prochain], plus je m’attendais à être échangé. »

Comme les Jets avaient un match contre Los Angeles mardi soir, DeMelo est resté à son domicile d’Ottawa (il loue la maison de Kyle Turris) pour attendre sa nouvelle équipe. « C’est un peu drôle. Je ne sais pas si je dois aller chercher mon équipement ou s’il va juste être expédié au vestiaire des visiteurs. Il faut que ça arrive, un premier match contre une ancienne équipe, aussi bien que ce soit le premier match [avec les Jets] », a souligné DeMelo.

Un des 10 joueurs autonomes sans compensation potentiels des Sénateurs, DeMelo leur procure un deuxième choix de troisième ronde en 2020, pour aller avec leurs deux premiers choix et trois choix de 2e tour.

« Il [DeMelo] est un joueur que nous avions regardé quand il jouait dans l’Ouest, et on a suivi son développement quand il a été échangé à Ottawa et qu’il a obtenu un rôle plus important. On voulait voir comment il allait se comporter avec des responsabilités accrues et il a bien fait. Nous étions sur le marché pour trouver un défenseur, surtout avec [Luca] Sbisa qui s’est blessé lors de notre dernier match », a expliqué le DG des Jets Kevin Cheveldayoff.

Ce dernier a indiqué que DeMelo est un simple « joueur de location » pour son club, qui serait cependant ouvert à la possibilité de lui offrir un contrat l’été prochain.

Selon Pierre LeBrun, informateur de TSN et RDS, les Sénateurs n’ont pas fait d’offre de contrat officielle dans leurs discussions avec l’agent de DeMelo, Brian MacDonald.

Hawryluk arrive

Le départ de DeMelo a damé le pion à l’arrivée de l’attaquant Jayce Hawryluk dans la capitale, qui a été laissé de côté lors du match contre les Sabres alors qu’il est débarqué à Ottawa tard dans la nuit de lundi à mardi. 

L’ancien des Panthers de la Floride n’a pas été surpris d’être sélectionné au ballottage.

« Mon agent m’a laissé entendre que plusieurs équipes avaient manifesté de l’intérêt. J’ai été surpris que ce soit Ottawa parce que ça aurait pu être n’importe quelle équipe. C’est une belle opportunité pour moi de montrer ce que je peux faire. Tout est nouveau pour moi, je ne connais que Cap [Jack Capuano, l’entraîneur adjoint] et Thomas Chabot, avec qui j’ai joué avec Équipe Canada junior... J’ai eu une bonne conversation avec D.J. [Smith] et j’ai hâte de saisir la chance qui s’offre à moi », a souligné le natif de la Saskatchewan qui a cependant grandi au Manitoba.

Sénateurs

Les Sénateurs vont rendre hommage à Chris Phillips

Les Sénateurs d’Ottawa vont accrocher le numéro 4 de Chris Phillips dans les hauteurs du Centre Canadian Tire pour l’éternité mardi soir lors de la visite des Sabres de Buffalo.

Le hasard faisant drôlement les choses, il ne reste que quatre joueurs qui ont endossé les couleurs de la formation de la capitale en même temps que lui, alors qu’il disputait la 17e et dernière saison de sa carrière, en 2014-2015 : ce sont le gardien Craig Anderson, le défenseur Mark Borowiecki, le centre Jean-Gabriel Pageau et l’attaquant Bobby Ryan.

Soccer

Après une longue attente, l'Impact voit arriver un premier match test

SAN JOSE, Costa Rica — Plus de quatre mois après son dernier «vrai» match, et environ cinq semaines après le début d'un camp d'entraînement qui a semblé long et peu spectaculaire, les joueurs de l'Impact de Montréal voient enfin arriver le début d'une nouvelle saison. Toutefois, les circonstances sont fort particulières, puisqu'elle prendra son envol avec un tournoi éliminatoire dont la première étape sera terminée après seulement une semaine.

Voilà, sans doute, le prix à payer pour avoir remporté le Championnat canadien et mérité un billet pour le tournoi de la Ligue des Champions de la Concacaf.

Ski de fond

Stewart-Jones accélère au Ski Tour 2020

Tantôt il pleuvait. Tantôt il neigeait. Ça n’a pas semblé déranger Katherine Stewart-Jones qui a connu sa meilleure journée en carrière dans un peloton international.

Ça se passait dimanche à Östersund, en Suède, lors de la deuxième des six étapes du Ski Tour 2020.

67's

Revers pas trop douloureux pour les 67's

Sur papier, c’est une petite tache au dossier presque parfait des 67’s d’Ottawa.

Dans un aréna rempli d’enfants, en ce Jour de la Famille, ils ont été battus 4-2 par les Knights de London, lundi.

Marathon

Marathon de Tokyo: Seuls les coureurs de l’élite participeront

TOKYO — Les organisateurs du marathon de Tokyo ont considérablement réduit le nombre de participants à la course de cette année, par crainte de la propagation du virus en provenance de Chine.

Le grand public ne pourra pas participer à la course du 1er mars. Elle sera désormais limitée à quelques centaines de participants de l’élite, ont annoncé les organisateurs dans un bref communiqué.

Water-polo

S’inspirer des femmes en water-polo

Aleksa Gardijan a vu ses amies de l’équipe féminine canadienne de water-polo se qualifier en vue des Jeux olympiques, l’été dernier. Huit mois plus tard, ses coéquipiers et lui de la formation masculine tenteront de dupliquer l’exploit.

Le centre-arrière gatinois prendra la direction des Pays-Bas, dans une vingtaine de jours. Au terme d’un camp d’entraînement, là-bas, les joueurs participeront au tournoi de la dernière chance à Rotterdam du 22 au 29 mars.

Sénateurs

Hawryluk, du renfort obtenu au ballottage

Le directeur général des Sénateurs Pierre Dorion pourrait bien avoir déplacé un premier pion en vue du match d’échec qu’il va jouer d’ici la date limite des échanges de la LNH quand il a obtenu le centre Jayce Hawryluk au ballottage lundi.

Les Panthers de la Floride tentaient de rétrograder cet attaquant de 24 ans, un choix de deuxième ronde en 2014, à leur club-école de Springfield, dans la Ligue américaine de hockey, mais celui-ci devra plutôt se rapporter à Ottawa mardi.

Défaite des 67's en photos

Hockey

Les souvenirs de Mike Bossy

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le passage de Mike Bossy au Tournoi international de hockey pee-wee de Québec a rappelé des souvenirs à l’ex-vedette des Islanders de New York. Certains bien précis, d’autres beaucoup moins...

«Je me souviens d’avoir joué au Tournoi pee-wee de Québec. Je jouais pour le CGMS de Montréal... On avait disputé des matchs à Sainte-Foy et on avait perdu notre troisième match contre Winnipeg au Forum de Montréal! Je ne me souviens pas pourquoi on avait joué là. J’ai une photo dans un scrapbook où je pleurais après avoir perdu», racontait Bossy avant de faire la mise en jeu protocolaire du match des petits Nordiques contre les Sharks Jr de San Jose.

Pardon? Des matchs du Tournoi pee-wee de Québec à Sainte-Foy et à... Montréal? Tant le directeur général du Tournoi, Patrick Dom, que Ghislain Bérubé, qui y a œuvré comme bénévole depuis 60 ans, assurent que jamais un match du Tournoi international de hockey pee-wee de Québec n’a été joué à Sainte-Foy, encore moins au Forum de Montréal.

La mémoire de Mike Bossy faisait probablement défaut. On lui pardonne, puisque sa présence au Tournoi pee-wee, en 1969, remonte tout de même à plus de 50 ans.

Par contre, là où la mémoire de Bossy ne fléchit pas, c’est quand il est question de ses exploits dans la Ligue nationale de hockey. Le collègue Stéphane Turcot de TVA Sports l’aura appris à ses dépens.

Un but historique

Dans une entrevue avec Bossy, Turcot lui demandait s’il se souvenait que c’était contre les Nordiques de Québec qu’il était devenu le premier joueur de la LNH à marquer 50 buts en 50 parties depuis Maurice Richard. Il lui a ensuite demandé s’il se souvenait qui était devant le filet.

Sans hésiter, Bossy a lancé le nom de Ron Grahame, qui n’avait disputé que huit parties avec les Nordiques en 1980-1981. Convaincu que l’ancien numéro 22 des Islanders se trompait, Turcot a rétorqué qu’il s’agissait plutôt de Göran Högosta, oubliant que le Suédois évoluait alors dans son pays natal pour le Västra Frölunda Idrottsförening de Göteborg.

Il aura fallu que Bossy, sourire en coin, répète à trois reprises qu’il s’agissait bel et bien de Grahame et que des vérifications sur Wikipédia viennent confirmer ses dires pour que le collègue Turcot concède enfin que c’est sa mémoire à lui qui l’avait trompé dans ce dossier.

Pour la petite histoire, Bossy a ajouté qu’il était plutôt nerveux en cette journée du 24 janvier 1981, alors qu’il lui manquait deux buts pour accomplir l’exploit à son cinquantième match de la saison.

Non seulement avait-il été tenu en échec durant presque tout le match, mais les Nordiques menaient 4 à 3 en début de troisième période. Steve Tambellini a égalé le pointage, mais la marque était toujours de 4 à 4 avec un peu plus de quatre minutes à jouer et Bossy n’avait toujours pas marqué!

Le numéro 22 a finalement inscrit son 49e filet en avantage numérique à 15:50 de la troisième avant d’ajouter son 50e à 18:31 sur des aides de ses complices Bryan Trottier et John Tonelli. Les Islanders l’ont finalement emporté 7 à 4.

«Avec le pointage de 5 à 4 et moins de deux minutes à faire, j’avais vraiment peur de marquer mon 50e but dans un filet désert. Comme c’était un exploit de Maurice Richard, je savais à quel point ce serait critiqué au Québec si ça avait été le cas», se souvient-il.

Un seul combat

Bossy, reconnu comme un pacifiste sur la patinoire, se souviens aussi très bien de son unique combat dans la LNH, le 6 janvier 1979. «Je ne me suis battu qu’une seule fois et ce n’est pas parce que je voulais!» a lancé celui qui a effectué la mise en jeu protocolaire aux côtés de l’ex-dur à cuire Dave Morissette.

«Je n’ai pas eu le choix. C’est [le défenseur des Flyers de Philadelphie] Behn Wilson qui est venu me chercher», explique Bossy au sujet de cet événement qui avait finalement dégénéré en bagarre générale.

Tennis

Auger-Aliassime s'incline en finale du tournoi de Rotterdam

ROTTERDAM — Félix Auger-Aliassime devra encore patienter avant de savourer la conquête d'un premier titre en carrière. Il s'est incliné 6-2, 6-4 devant le Français Gaël Monfils en finale du tournoi de Rotterdam, dimanche.

Le Québécois, qui était affaibli par un virus, tentait d'obtenir un premier trophée de l'ATP, à sa quatrième finale en carrière. Sa disette s'est plutôt poursuivie, cette fois-ci sur la surface dure.

«C'est difficile pour moi, vous savez, car ça fait quatre défaites en quatre finales», a d'abord évoqué Auger-Aliassime en entrevue d'après-match sur le terrain.

Auger-Aliassime, le plus jeune finaliste du tournoi — il a battu de neuf jours la marque qui appartenait jusqu'ici à un certain Roger Federer —, a cependant été consolé par Monfils, qui a obtenu un 10e titre en carrière sur le circuit de l'ATP.

«J'aimerais féliciter Félix; tu es rapide, tu es jeune et tu progresses rapidement, a noté Monfils, à son tour. Je suis certain que ce n'est qu'une question de temps avant que tu gagnes ce tournoi, ou n'importe quel tournoi. Continue comme ça, et félicitations à ton équipe et toi. Ç'a été un véritable plaisir d'être avec toi sur le terrain aujourd'hui.»

Monfils a mis un terme au duel en une heure et 26 minutes, et il a du même coup défendu son titre avec succès à Rotterdam.

«J'ai été passif pendant la rencontre, a évoqué Monfils. J'ai joué de manière plus défensive... Je savais que, physiquement, ce serait difficile pour lui de me déjouer. J'ai bien fait... en fin de compte, j'étais très satisfait de mon service.»

La neuvième raquette mondiale a disposé d'un Canadien en finale d'un tournoi pour une deuxième semaine consécutive, après avoir battu le Vancouvérois Vasek Pospisil 7-5, 6-3 dimanche dernier à l'Omnium Sud de France, à Montpellier.

«Nous venons de vivre deux semaines incroyables, a souligné le Français âgé de 33 ans. J'espère que c'est le début de quelque chose de gros (en 2020), donc merci à toute mon équipe.»

Auger-Aliassime, qui pointait au 21e échelon mondial avant le début du tournoi, aurait pu dépasser son compatriote Denis Shapovalov au classement s'il l'avait emporté. Il serait alors devenu le tennisman canadien le mieux classé au monde. Ce sera partie remise.

Malgré cela, le principal intéressé a dressé un bilan positif de son début de saison.

«Ç'a bien été cette semaine; c'est encourageant, a confié Auger-Aliassime. Ce n'est que le deuxième mois de la saison. C'est encourageant pour les prochains mois, mais je dois continuer de travailler, d'apporter les ajustements nécessaires et continuer d'y croire. Il faut que je continue de pousser, pour obtenir d'autres opportunités de disputer des matchs comme celui-ci.»

D'autre part, le parcours de Shapovalov avec son partenaire de jeu Rohan Bopanna s'est arrêté samedi soir, après qu'ils aient plié l'échine 7-5, 2-6 et 10-8 en demi-finales du double masculin devant le Finlandais Henri Kontinen et l'Allemand Jan-Lennard Struff.

Kontinen et Struff ont cependant baissé pavillon 7-6 (5), 4-6 et 10-7 en finale du double devant les Français Nicolas Mahut et Pierre-Hugues Herbert, dimanche.

F1

Lewis Hamilton considère que ses adversaires font preuve «de faiblesse»

Le champion de Formule Un Lewis Hamilton considère que ses adversaires font preuve de «faiblesse» lorsqu'ils doutent de sa capacité à composer avec la pression.

Le pilote de l'équipe Mercedes convoitera un septième championnat en F1, ce qui lui permettrait de rejoindre Michael Schumacher à ce chapitre, et n'est plus qu'à sept victoires d'égaler un autre record de la série, à 91. La saison dernière, Hamilton a décroché un troisième championnat consécutif avec une avance de 87 points sur son coéquipier Valtteri Bottas, qui était en tête en début de saison avant de lentement s'effacer.

Le pilote Red Bull Max Verstappen a abouti au troisième rang, après une autre bonne campagne. Le Hollandais âgé de 22 ans a gagné trois courses et livré quelques belles batailles à Hamilton, notamment à Monaco et en Hongrie. Verstappen a déclaré la semaine dernière qu'il pourrait vaincre le Britannique avec la bonne voiture.

Hamilton a été interrogé vendredi à Silverstone - où Mercedes teste sa nouvelle voiture, la W11 - sur les propos de ses principaux adversaires.

«Je trouve ça amusant. J'ai toujours préféré faire parler mes performances en piste, a commenté Hamilton dans une vidéoconférence diffusée de l'usine de Mercedes. Je considère ça (ce genre de propos) comme étant un signe de faiblesse.»

Le double champion du monde Fernando Alonso a déjà déclaré que ses adversaires n'exploitaient pas les faiblesses de Hamilton, sans préciser celles-ci.

Si on lui offre une bonne voiture, alors Verstappen a dit qu'il serait très confiant de pouvoir menacer Hamilton pendant une saison complète, plutôt que pendant certaines courses uniquement.

«Lewis est très fort. Il est de toute évidence l'un des meilleurs, mais il n'est pas Dieu, a mentionné Verstappen la semaine dernière. Quand tu peux appliquer de la pression, alors ça devient beaucoup plus difficile pour le gars en tête... Si tu n'es jamais menacé, alors tu peux pousser à 97 ou 98 % et éviter les erreurs, ou peut-être saboter un week-end sur une saison qui en compte 21 ou 22.»

Questionné à savoir s'il pouvait vaincre Hamilton, Verstappen a simplement répondu : «Oui». Il a toutefois rappelé que ça dépendait en bonne partie «de la qualité de la voiture».

Les premières réponses viendront dès la semaine prochaine, à l'occasion du premier bloc d'essais hivernaux de F1 à Barcelone.

«L'an dernier, mes j'ai entamé les essais en étant plein d'eau et je pesais autour de 78 kg, a écrit Hamilton sur son compte Twitter officiel. Cette année, le pèse-personne oscille à 73 kg. Je dois encore brûler du gras et ajouter du muscle sur ma charpente, mais je vais dans la bonne direction.»

La saison se mettra en branle avec la présentation du Grand Prix d'Australie, à Melbourne, le 15 mars.

Jeux olympiques

Tokyo 2020: que fait-on des Chinois ? 

TOKYO — Les organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo et le Comité international olympique ont déclaré vendredi qu’il n’y a pas de plan « B » pour les Jeux d’été de 2020, qui se mettront en branle dans un peu plus de cinq mois et qui sont présentement affectés par l’éclosion du coronavirus dans le pays voisin, en Chine.

Le coronavirus a affligé plus de 64 000 personnes sur la planète et fait près de 1400 victimes en Chine, mais une seule au Japon — où la crainte est grandissante en raison de l’ampleur de la couverture médiatique déployée sur cet enjeu médical.

« Le conseil que nous avons reçu de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), c’est qu’il n’est pas nécessaire de développer un plan de contingence, d’annuler les JO ou encore de les déplacer », a commenté John Coates, qui a dirigé l’équipe d’inspection du CIO, en conclusion d’une visite de deux jours qui a été essentiellement ternie par le coronavirus.

Coates et le comité organisateur ont répondu à 11 questions lors d’une conférence de presse vendredi. Les 11 ont porté sur le virus, la présence des athlètes chinois lors des 19 prochaines épreuves-tests qui se dérouleront au Japon, ou encore sur celle des spectateurs chinois. Plusieurs journalistes ont également demandé, à répétition, si les JO auront lieu tel que prévu.

Un journaliste japonais a demandé au président du comité organisateur, Yoshiro Mori, si, étant donné que les JO vont de l’avant tel que prévu, certaines « modifications organisationnelles » devront être apportées au niveau de la gestion de l’événement.

« Non, pas en ce moment, non. Nous ne songeons pas à cette perspective », a évoqué Mori, un ex-premier ministre japonais.

Mori, Coates et le président et directeur des opérations Toshiro Muto semblaient tous las de répondre essentiellement à la même question, sans relâche.

« Nous pouvons confirmer que les JO de Tokyo 2020 auront lieu tel que prévu », a martelé Coates en lever de rideau de la conférence de presse.

Le principal intéressé a également tenté d’éviter les frictions lorsqu’on lui a demandé s’il avait l’intention de surveiller les athlètes chinois, et il a tenté de faire preuve d’optimisme quant à leur présence à Tokyo, puisqu’ils présenteront probablement une délégation de 600 athlètes — l’une des plus imposantes des JO.

« Nous gardons un œil là-dessus, surtout sur les Chinois qui viendront ici, a évoqué Coates. Mais il faut comprendre que la plupart des équipes chinoises s’entraînent à l’extérieur de la Chine. On parle des athlètes et des dirigeants. »

Il n’a toutefois pas fourni de chiffre précis à ce sujet.

Par ailleurs, la requête de l’AP afin d’obtenir un entretien avec le Dr Richard Budgett, le directeur scientifique et médical du CIO qui a participé à la visite de deux jours à Tokyo, a été refusée.

Sports

Auger-Aliassime accède au carré d’as au tournoi de Rotterdam

ROTTERDAM, Pays-Bas — Félix Auger-Aliassime a défait le Slovène Aljaz Bedene 6-4, 7-6 (6) en quarts de finale du tournoi de tennis de Rotterdam, aux Pays-Bas, vendredi, ce qui signifie qu’il a accédé au carré d’as d’un tournoi de l’ATP pour la deuxième fois en 2020.

Auger-Aliassime, qui occupe présentement le 21e échelon au classement mondial de l'ATP, a disposé de Bedene, 52e, en une heure et 51 minutes. Il participera aux demi-finales d'un tournoi pour la deuxième fois depuis le début de l'année, après avoir atteint le même stade d'une compétition au tournoi international d'Adélaïde en janvier.

Le Québécois âgé de 19 ans, 21e raquette mondiale, et son adversaire, classé 52e, se sont talonnés pendant les neuf premiers jeux de la première manche. Un premier bris inscrit par Auger-Aliassime au 10e jeu lui a permis de prendre les devants 1-0.

Auger-Aliassime a remporté les trois premiers jeux de la deuxième manche avant de voir Bedene remporter les trois suivants pour ramener les deux tennismen à égalité. Les deux joueurs n'ont plus cédé de bris, forçant la tenue du bris d'égalité.

Bedene a pris les devants 3-1, 4-2 et 6-5 dans ce bris, mais a été incapable de fermer les livres dans ce deuxième set. Auger-Aliassime a remporté les deux derniers échanges, dont celui sur balle de match à l'aide d'un coup droit gagnant qui est tombé sur la ligne, du côté droit du court.

«Au deuxième set, j'étais un peu frustré envers moi-même pour la façon dont j'ai réagi, et j'ai donné trop de points, a noté Auger-Aliassime. J'avais l'impression qu'il jouait de mieux en mieux, et j'ai dû relever le défi. Le bris d'égalité aurait pu aller d'un côté comme de l'autre, mais je suis satisfait de la manière dont je me suis battu.»

Il a ainsi mis la table pour un duel dans le carré d'as contre l'Espagnol Pablo Carreno Busta, qui a difficilement vaincu l'Italien Jannik Sinner 7-5, 3-6, 7-6 (6) un peu plus tôt vendredi.

Auger-Aliassime est le dernier tennisman canadien encore en lice à Rotterdam, à la suite de l'élimination du Vancouvérois Vasek Pospisil la veille.

Dans les autres rencontres, Gaël Monfils, troisième tête de série, a aussi atteint le carré d'as en défaisant le Britannique Daniel Evans 7-6 (5), 6-2.

Il affrontera le Serbe Filip Krajinovic, tombeur du Russe Andrey Rublev, 7-6 (2), 6-4.

Sport universitaire

Les Gee Gees en séries

C’est fin d’un cycle pour la majorité des joueurs qui composent la formation masculine de hockey des Gee Gees de l’Université d’Ottawa.

L’entraîneur-chef Patrick Grandmaître a identifié 20 joueurs dont la carrière universitaire prendra fin après quatre ans d’études à l’institution bilingue. Trois ou quatre joueurs pourraient disputer une cinquième saison en complétant une maîtrise, mais pour la plupart de ses protégés, les séries éliminatoires 2020 seront leurs dernières avec les Gee Gees (17-7-4).