Olympiques

Les Olympiques rentrent à Gatineau en retard 0-2

La logique a été respectée dans les deux premiers matches de la série de première ronde de la LHJMQ entre les Olympiques de Gatineau (15e place) et les Voltigeurs de Drummondville (2e place).

L’équipe numéro trois au Canada a réussi à gagner les deux premiers matches et va s’amener au centre Robert-Guertin mardi et mercredi avec l’objectif de compléter leur balayage des Gatinois sur leur propre patinoire.

Après une victoire de 4-0 en lever de rideau vendredi, les Voltigeurs se sont imposés par la marque de 4-1 devant plus de 3000 spectateurs au centre Marcel-Dionne samedi soir. Vendredi, Joe Veleno avait inscrit un tour du chapeau. Samedi, les Olympiques ont limité l’espoir des Red Wings de Détroit à une passe, mais c’est Maxime Comtois, l’espoir des Ducks d’Anaheim, qui a pris la relève en comptant trois buts. Deux de ceux-ci ont été préparés par Xavier Simoneau, la fierté de St-André-Avellin.

Comme dans le premier duel, le gardien Rémi Poirier a eu à se signaler plus souvent qu’à son tour. Les locaux ont dominé le match 39-14 au chapitre des tirs. Gregor MacLeod a été l’autre Voltigeur à pouvoir tromper sa vigilance.

Mathieu Bizier a assuré la réplique des Olympiques contre Anthony Morrone. Après deux matches, il a été le seul Olympique à toucher le fond du filet, mais son but avait permis aux Gatinois se s’accrocher à leurs espoirs. Après deux périodes, les puissants Voltigeurs menaient seulement 2-1.

«On aurait pu prendre les devants dans la deuxième période. Nous avons eu quatre échappées, mais nous n’avons jamais pu marquer. Nous avons frappé deux barres horizontales, nous avons frappé l’épaule du gardien une fois et l’autre fois, nous n’avons même pas pu lancer. Ça aurait pu changer l’allure du match», a indiqué l’entraîneur-chef Éric Landry, fier de ses équipiers malgré la défaite.

Canadien

Max Domi accumule trois points et le Canadien vient à bout des Sabres, 7-4

MONTRÉAL — Après une première période difficile, Max Domi a pris les choses en main pour le Canadien, qui a finalement été en mesure d'obtenir deux précieux points en venant à bout des Sabres de Buffalo par la marque de 7-4, samedi.

Domi a été défié par son entraîneur après le premier vingt et l'attaquant a été au centre de l'action pendant le reste de la rencontre. Domi a récolté un but et deux aides et le Tricolore a été en mesure de l'emporter même s'il a vu les Sabres ouvrir la marque, puis combler un retard de deux buts.

«Je n'avais pas trouvé que Max avait joué une très bonne première période. Je lui ai mentionné que nous avions besoin de lui. Il mérite beaucoup de crédit et je le lui ai dit après le match, a raconté Claude Julien. La façon qu'il a répondu en deuxième période, c'est le genre de joueur sur lequel vous voulez compter.»

Le Canadien a donc évité l'affront de voir les Sabres gagner tous leurs duels lors d'une même saison pour la deuxième fois dans leur histoire. Les Sabres avaient réussi le coup lors de la campagne 1983-84 (8-0-0).

«Nous avons eu des difficultés face aux Sabres cette saison en raison de leur système 1-3-1 et leur jeu hermétique en zone neutre, a expliqué Julien. Même quand vous réussissez à pousser le disque, il y a un joueur pour aller le récupérer et le sortir. Ce n'est pas facile pour l'attaque et l'échec-avant de se mettre en marche.

«Je crois que nous avons mieux patiné et placé la rondelle dans des meilleurs endroits. Quand nous avons commencé à le faire en deuxième période, ce n'était pas juste une question de gagner les batailles, mais aussi de compter sur un deuxième joueur pour récupérer les rondelles libres et prolonger le temps en zone offensive.»

Grâce à cette victoire, le Canadien a consolidé son emprise sur le deuxième laissez-passer supplémentaire donnant accès aux séries éliminatoires dans l'Association de l'Est. Il détient une avance de trois points sur les Blue Jackets de Columbus, qui étaient en congé samedi et qui ont maintenant un match en main.

Le Tricolore a aussi suivi la cadence imposée par les Hurricanes de la Caroline, qui ont battu le Wild du Minnesota 5-1. Les Hurricanes ont un coussin de deux points sur le Canadien au septième rang dans l'Est, avec un match de plus à jouer d'ici la fin de la saison.

Brendan Gallagher a réussi un doublé en plus d'obtenir une aide, Tomas Tatar a aussi accumulé un but et deux aides, Andrew Shaw a récolté un but et une aide, tandis que Paul Byron et Artturi Lehkonen ont aussi touché la cible pour le Canadien (40-28-7), qui a gagné un troisième match de suite. Phillip Danault a été crédité de deux aides et Carey Price a stoppé 23 tirs.

Jack Eichel a amassé un but et une aide, alors que Sam Reinhart, Alexander Nylander et Marco Scandella ont aussi marqué pour les Sabres (31-34-9), qui ont été officiellement éliminés de la course aux séries. Carter Hutton a repoussé 37 lancers.

Après un début de match plutôt terne, le Tricolore a fait preuve de plus de cohésion au retour de l'entracte. Domi a mis la table pour les buts de Lehkonen et Shaw, atteignant en cours de chemin le plateau des 200 points en carrière dans la LNH.

Entre-temps, Gallagher bénéficiait d'un bel effort de Danault pour donner les devants au Canadien après 9:12 de jeu. Il s'agissait pour Gallagher d'un 32e but cette saison, un sommet personnel.

Alors que le Canadien semblait en contrôle, les Sabres ont ramené tout le monde à la case départ grâce aux réussites de Nylander et Scandella dans un intervalle de 75 secondes.

Byron a toutefois relancé le Canadien avant la fin de l'engagement, marquant accidentellement avec son patin à la suite d'une descente à deux contre un avec Jordan Weal.

Gallagher a marqué son deuxième but du match après 8:35 de jeu en troisième période. Ce but s'est avéré important puisque Eichel a répliqué avec 6:47 à jouer, quelques secondes après que le Canadien eut écoulé deux punitions mineures écopées par Shaw.

Domi a finalement donné le coup de grâce en faisant bouger les cordages en avantage numérique avec 4:30 à écouler au cadran. Tatar a complété la marque dans un filet désert.

Shaw a retraité au vestiaire plus tôt que le reste de ses coéquipiers. Julien a indiqué que la décision avait été prise par mesures préventives en raison de son historique concernant les commotions cérébrales. Shaw avait reçu un coup de coude à la tête avant d'écoper ses quatre minutes de punition.

Le Canadien rendra visite aux Hurricanes, dimanche. Julien n'a pas voulu confirmer si Price allait jouer, mais a laissé entendre qu'il y avait de bonnes chances qu'il défende le filet du Canadien.

Échos de vestiaire

Phillip Danault est d'accord pour dire que Max Domi joue son meilleur hockey quand il est impliqué dans des batailles verbales avec des rivaux :

«Oui, il a les émotions dans le tapis, mais il faut qu'il fasse attention des fois. Je pense quand même que 'Domes' est à son meilleur quand il joue avec émotion.»

Max Domi a rappelé que le Canadien ne pouvait pas prendre les Sabres à la légère :

«Nous nous sommes éloignés un peu de notre jeu, mais [les Sabres] représentent une bonne équipe de hockey. Ils ont plusieurs armes à l'attaque, une bonne défensive et de bons gardiens. Ils n'allaient pas abandonner, nous le savions. Nous avons trouvé le moyen de ne pas lâcher.»

Paul Byron a fait l'éloge de Brendan Gallagher :

«Il a marqué 30 buts en allant dans les zones dangereuses et en payant le prix. Il est un joueur exceptionnel. Aucun joueur ne devrait penser qu'il ne peut pas atteindre la LNH. Vous devez simplement avoir le coeur et la détermination nécessaires pour y arriver.»

Sénateurs

Tkachuk coule les Oilers en prolongation

Dans un duel entre deux franchises canadiennes qui en arrachent à plus d’un niveau présentement, les Sénateurs d’Ottawa ont planté un autre clou dans le cercueil des Oilers d’Edmonton samedi après-midi.

Le deuxième but du match de Brady Tkachuk en prolongation a procuré un gain de 4-3 aux visiteurs devant 18 347 amateurs au Rogers Place, permettant au gardien Craig Anderson de mettre du même coup un terme à sa séquence personnelle de 14 défaites consécutives, un nouveau record d’équipe.

«Ça faisait longtemps que j’attendais ça. Personnellement, ça a été une période difficile et c’est une bonne sensation après être passé proche souvent. Dieu merci, on a réussi à aller chercher ce but cette fois, on va pouvoir enterrer le gorille qui était sur mes épaules à quelque part... Si ça n’arrivait pas ici, où j’ai eu plusieurs bons matches en carrière (incluant un gain émotif il y a deux ans et demi), il aurait fallu que j’abandonne le hockey», a lancé Anderson après sa première victoire depuis le 17 décembre dernier.

Anderson a obtenu une passe sur le but de la victoire, ayant harponné une rondelle que Rudolfs Balcers a ensuite refilé à Tkachuk en zone neutre. «Je vais peut-être devoir compter des buts à l’avenir... Non, c’était un bond favorable, c’est tout. Heureusement, (Connor) McDavid n’a pas pu saisir la rondelle sinon il aurait compté», a ajouté Anderson, qui a fait face à 29 lancers.

Tkachuk, qui avait ouvert le pointage en avantage numérique au premier tiers, s’est amené à deux contre un avec Balcers et il a choisi de lancer, son tir se faufilant à travers le gardien des Oilers Mikko Koskinen.

«Quand j’ai reçu la rondelle, j’ai vu McDavid et (Leon) Draisaitl derrière moi, je ne sais pas ce qui est arrivé, mais je suis descendu à deux contre un et le défenseur trichait vers ‘Rudy’, donc j’ai pris un lancer et j’ai été chanceux. Je vais le prendre, c’est une grosse victoire d’équipe», a indiqué Tkachuk, dont c’était le premier but gagnant en prolongation en carrière.

«C’est son 19e but à 19 ans, ce qui est pas mal bon, a souligné l’entraîneur-chef Marc Crawford. C’est une victoire satisfaisante, ça prend du succès pour que les gars demeurent concentrés à faire les bonnes choses. C’était un des matches les plus complets que nous avons joués. On a fait quelques erreurs de couverture, mais on n’en a pas fait plusieurs de suite sur les mêmes jeux... Le retour de Thomas Chabot a fait une grosse différence pour notre brigade défensive.»

Chabot a obtenu une passe sur le but de Bobby Ryan en avantage numérique au premier tiers, empochant du même coup son 50e point de la saison. Il est seulement le quatrième défenseur de l’histoire des Sénateurs à atteindre ce plateau, après Erik Karlsson (six fois), Norm Maciver et Wade Redden.

Brian Gibbons a réussi l’autre but des Sénateurs en milieu de troisième tiers pour lancer son club en avant 3-2, mais Colby Cave a répliqué 56 secondes plus tard pour envoyer le match en prolongation. L’ex-Sénateur Alex Chiasson et McDavid ont compté les autres filets des Oilers (33-34-8), qui sont six points et six équipes derrière la dernière place de meilleur deuxième dans l’Ouest.

«C’était bien de pouvoir jouer avec un alignement presque complet après un voyage où on avait plusieurs gars malades ou blessés, a souligné Chabot. C’était une bonne bataille, on connaissait leur situation, ils voulaient vraiment gagner pour participer aux séries... Je me sentais bien, j’étais capable de patiner à mon aise. J’étais unm peu rouillé en première période, mais c’est revenu assez vite. C’était gros d’en gagner une pour Craig, il a fait face à tellement de tirs cette saison, réalisé tellement de gros arrêts pour nous.»

Les Sénateurs (26-43-6) ont récupéré les services de Chabot, Chris Tierney et Colin White, tandis que Zack Smith a dû s’absenter en raison de maux de dos. Le défenseur recrue Erik Brännström a été cédé au club-école de Belleville en raison du retour au jeu de Chabot.

Il ne reste plus que sept matches à la saison régulière des Sénateurs, qui recevront maintenant les Sabres de Buffalo mardi soir au Centre Canadian Tire.

Ski de fond

Alex Harvey 2e et envahi par l'émotion sur les Plaines [PHOTOS]

Devant des centaines de partisans qui l’ont encouragé tout au long de la course, Alex Harvey a su se transcender pour aller chercher la deuxième place du 15 km classique en départ de groupe des finales de la Coupe du monde de ski de fond, sur les plaines d’Abraham. L’émotion était tellement forte à l’arrivée qu’il a fondu en larmes.

«La foule m’a aidé beaucoup. Ça fait du bien, ça a été une saison difficile, mentalement surtout […] Je me disais cette semaine : ¢si je réussis à faire un podium, ça va être difficile de retenir les larmes”», a confié le skieur de Saint-Ferréol-les-Neiges, qui n’avait jamais vécu une telle émotion, même en 2017 où il avait gagné le sprint. 

Selon Alex Harvey, le scénario était différent cette année-là alors qu’il était champion du monde du 50 km, et troisième au classement cumulatif de la Coupe du monde. Mais malgré une saison en dents de scie, il n’a jamais abandonné l’espoir de faire un autre podium après sa troisième place au sprint à Lillehammer en novembre. «Il y a eu beaucoup de travail mental dans la chambre hier soir [vendredi] et jeudi soir aussi avant le sprint pour chasser les mauvaises pensées et me focusser sur la tâche qui était à faire, et me donner les meilleures chances d’essayer de jouer le podium», a-t-il révélé. 

Cette attitude positive a été payante pour lui, puisqu’il a su éviter les pièges et rester dans le peloton de tête tout au long de la course pour terminer second (36:11.7). «J’ai regardé la course des filles à la télévision, j’ai vu beaucoup de chutes, je savais qu’il fallait rester à l’avant du peloton, j’ai évité trois chutes au milieu de la course. [Frederico] Pellegrino, qui est venu presque me pousser dans l’arbre, [Johannes Hoesflot] Klaebo qui est tombé devant moi et une autre chute un peu avant. J’ai réussi à rester sur mes skis et à ne pas casser d’équipements», a-t-il relaté. 

«Quinze km c’est assez court chez les gars pour un master, ça joue des coudes, il faut être vraiment agressif. J’ai réussi à tirer mon épingle du jeu et à rester en dehors du trouble», a-t-il poursuivi.

Intrépide

L’Intrépide refuse de mourir

Un Intrépide n’a pas peur d’être poussé au bord de la falaise.

Pour la troisième fois des séries éliminatoires de la Ligue de hockey midget AAA du Québec, l’équipe gatinoise a résisté à un match sans lendemain en prenant la mesure des Cantonniers de Magog par la marque de 1-0.

67's

Les 67's s'amusent aux dépens des Bulldogs

Si on se fie uniquement au score final, on peut facilement s’imaginer que les 67’s d’Ottawa ont complètement dominé les Bulldogs de Hamilton, dans le premier match des séries éliminatoires.

Une victoire de 9-3, c’est une victoire de 9-3.

Olympiques

Rémi Poirier excelle dans un revers de 4-0 à Drummondville

Les séries éliminatoires des Olympiques de Gatineau étaient bien mal amorcées à Drummondville vendredi soir.

Après 11 minutes, les Voltigeurs menaient déjà 3-0 devant plus de 3100 spectateurs au centre Marcel-Dionne. Mais le gardien recrue Rémi Poirier, de Farnham, a empêché les locaux de gonfler le pointage. Poivré de 44 tirs, il en a repoussé 40 pour permettre aux Gatinois de limiter les dégâts à un revers de 4-0.

À l’autre bout de la patinoire, Anthony Morrone a effectué 17 arrêts pour signer le jeu blanc. Le gardien numéro un Olivier Rodrigue traîne une blessure qui lui a fait rater les derniers matches de la saison, mais ce n’est pas une situation urgente pour les Voltigeurs. Morrone a été le gardien par excellence du mois de mars dans la LHJMQ.

Finalement, c’est Joe Veleno, choix de première ronde des Red Wings de Détroit, qui a pris les choses en main pour les vainqueurs en inscrivant un tour du chapeau. Félix Lauzon a été l’autre marqueur des Voltigeurs. Xavier Simoneau a récolté une passe.

L’équipe #3 au Canada prend donc les devants 1-0 dans cette série de première ronde de la LHJMQ. Le deuxième match aura lieu au même endroit samedi soir et l’entraîneur-chef Éric Landry sent que son équipe a eu la démonstration qu’elle pouvait suivre les Voltigeurs sur leur patinoire.

« Plus de la moitié de nos joueurs disputaient un premier match des séries ce soir. On pouvait sentir la fébrilité ce matin. Ils étaient nerveux aussi, ce qui n’est pas le cas de l’équipe expérimentée de l’autre côté. Leurs joueurs sont déjà passés par là », a-t-il raconté après la première défaite.

Landry trouve que son club a mis une période avant de comprendre certaines choses essentielles aux succès en séries.

« J’ai aimé nos deux dernières périodes. Nous avons continué à travailler fort malgré le pointage. Nous avons tiré des leçons de la première ronde. Nous avons mis plus d’ardeur au travail. On s’est investi dans les batailles. Plus ça allait, plus on pouvait suivre la cadence de la première période des Voltigeurs. Rémi (Poirier) a été excellent. Nous avons eu de bonnes occasions de marquer,  mais ça n’a rien donné. »

Tennis

Omnium de Miami: Andreescu et Auger-Aliassime poursuivent l’aventure

MIAMI — La Canadienne Bianca Andreescu a prolongé sa séquence de succès en défaisant l’Américaine Sofia Kenin 6-3 et 6-3 en deuxième ronde à l’Omnium de Miami, vendredi.

Son compatriote Félix Auger-Aliassime est passé au troisième tour lui aussi, battant le Hongrois Marton Fucsovics 6-4, 4-6 et 6-0.

Moins de 24 heures après une spectaculaire victoire contre la Roumaine Irina-Camelia Begu, en 2 h 33 minutes, Andreescu, 24e joueuse mondiale, s’est avérée beaucoup plus expéditive.

Il lui a fallu une heure de moins pour vaincre Kenin, 32e à la WTA et dernière joueuse à lui infliger un revers, il y a environ trois semaines, en demi-finale du tournoi d’Acapulco.

Pour Andreescu, il s’agit d’une 30e victoire en 33 matchs en 2019 et d’une neuvième consécutive après les sept matchs qu’elle a remportés à Indian Wells.

Contre Kenin, Andreescu a réussi trois bris de service à chaque manche.

Samedi soir, elle affrontera l’Allemande Angelique Kerber, classée huitième. Celle-ci a battu la Tchèque Karolina Muchova 3-6, 6-3 et 6-3.

Ce sera un match retour, les deux joueuses ayant offert une spectaculaire finale à Indian Wells, dimanche dernier, remportée en trois manches par Andreescu.

Du côté masculin, Auger-Aliassime, de L’Ancienne-Lorette, a prévalu 6-3 pour les bris et 6-0 pour les as. Il a triomphé à sa deuxième balle de match, sur un coup droit trop long de son adversaire.

Auger-Aliassime aura comme prochain rival Hubert Hurkacz, qui a surpris en gagnant 6-4 et 6-4 face à Dominic Thiem, la troisième tête de série. Ce sera leur premier affrontement.

Plus tôt en journée, le Canadien Milos Raonic s’est qualifié pour la troisième ronde sans même jouer un seul point.

Raonic, 12e tête de série, a accédé au tour suivant lorsque l’Allemand Maximilian Marterer a déclaré forfait avant que le match ne commence.

L’athlète de Thornhill, en Ontario, avait déjà bénéficié d’un laissez-passer jusqu’en deuxième ronde à titre de tête de série. En troisième ronde, il croisera le fer avec le Britannique Kyle Edmund, qui a facilement battu le Bélarusse Ilya Ivashka, du Bélarus, 6-3, 6-2.

Le Canadien Denis Shapovalov, 20e tête de série, doit se mesurer au Britannique Daniel Evans en deuxième ronde, samedi.

Djokovic en 76 minutes

Par ailleurs, Le favori Novak Djokovic a battu l’Australien Bernard Tomic 7-6 (2) et 6-2, vendredi, accédant ainsi au troisième tour de l’Omnium de Miami.

Le Serbe n’a eu besoin que d’une heure et 16 minutes, grâce notamment à trois bris en quatre occasions.

Djokovic trouvera sur son chemin Federico Delbonis, de l’Argentine.

Plus tôt vendredi,le Serbe Dusan Lajovic a causé une grande surprise en prenant la mesure du Japonais Kei Nishikori en deuxième ronde de l’Omnium de tennis de Miami vendredi après-midi.

Après avoir concédé la première manche au sixième joueur mondial, le Serbe de 28 ans a fait tourner le vent et a vaincu Nishikori 2-6, 6-2, 6-3, en 1 h 55 minutes.

C’est la première fois que Lajovic vient à bout de Nishikori après des revers lors des deux rendez-vous précédents.

Incapable de s’imposer au service de Nishikori lors de la première manche, Lajovic a trouvé une solution à partir de la deuxième manche. Il a d’abord réalisé trois bris en six tentatives lors du deuxième manche, et en a ajouté deux en trois opportunités lors de la manche décisive.

Au troisième tour, Lajovic affrontera le vainqueur du duel entre l’Australien Nick Kyrgios, 27e tête de série, et le Kazakh Alexander Bublik.

Dans d’autres matchs du volet masculin, le Géorgien Nikoloz Basilashvili, 17e tête de série, a vaincu l’Allemand Mischa Zverev 6-3, 6-2, tandis que le Français Jérémy Chardy a surpris son compatriote Gilles Simon (24e), 6-4, 6-2.

Chez les dames, la Japonaise Naomi Osaka, favorite du tournoi, a eu besoin de trois manches pour vaincre l’Allemande Yanina Wickmaier 6-0, 6-7 (3), 6-1.

LNH

Braden Holtby n’accompagnera pas les Capitals à la Maison-Blanche

ARLINGTON, Va. - La gardien des Capitals de Washington Braden Holtby a déclaré vendredi qu'il n'accompagnera pas ses coéquipiers à la Maison-Blanche, la semaine prochaine, quand l'équipe sera reçue pour commémorer sa conquête de la coupe Stanley.

Holtby est le deuxième jouer à décliner l'invitation, après son compatriote canadien Brett Connolly.

«C'est l'une des choses à laquelle on doit réfléchir, mais j'estime qu'on se doit de ne pas nier nos valeurs, alors j'ai respectueusement décliné l'invitation, a déclaré Holtby. C'est personnel. Je crois en ce que je crois et afin de respecter ces valeurs, je crois que je dois faire ce que j'estime être la bonne chose. Ça ne change rien à la décision de tout le monde.»

Le président américain Donald Trump s'est parfois embrouillé avec des personnalités sportives, que ce soit les joueurs de la NFL qui protestent contre les iinégalités sociales pendant l'hymne national ou les joueurs de la NBA, dont LeBron James et Stephen Curry.

Les champions en titre de la coupe Stanley seront reçus à la Maison-Blanche lundi. Il ne s'agit pas d'une cérémonie publique.

Le capitaine, le Russe Alexander Ovechkin, les Américains John Carlson et T.J. Oshie, ainsi que l'entraîneur-chef, Todd Reirden, ont tous confirmé leur présence.

Canadien

En une semaine, le Canadien a redressé la barre

MONTRÉAL — Le naufrage semblait inévitable en début de semaine, mais le Canadien a redressé la barre, rappelant à quel point tout peut changer rapidement à ce temps-ci de la saison dans la LNH.

Après une défaite de 2-0 face aux Blackhawks de Chicago, samedi, la formation montréalaise accusait un retard de trois points sur les Blue Jackets de Columbus et le dernier rang donnant accès aux séries. Vendredi matin, les joueurs du Tricolore se sont réveillés avec une avance d’un point sur les Blue Jackets et de retour dans le portrait des séries.

«Ça peut changer rapidement. Tout a fonctionné pour nous lors des deux derniers matchs et nous avons trouvé le moyen de revenir dans le portrait des séries. Nous avons aussi eu un peu d’aide, a mentionné Brendan Gallagher, vendredi. D’un autre côté, nous savons à quel point ça peut aller vite dans l’autre direction.

«Je crois que lors des derniers matchs, nous avons repris plaisir à participer à la course plutôt que de laisser la nervosité nous saisir en nous préoccupant de ce qui se passe à travers la ligue.»

Pendant que le Canadien battait les Flyers de Philadelphie et les Islanders de New York, les Blue Jackets ont perdu les deux premiers matchs de leur voyage de trois dans l’Ouest canadien, s’inclinant face aux Flames de Calgary et aux Oilers d’Edmonton.

«Beaucoup de membres de ma famille vivent dans l’Ouest canadien. Je n’aurai pas à les taquiner avec ça», a répondu Gallagher en riant un peu quand il a été questionné à savoir si le Canadien avait bénéficié d’un peu de solidarité entre les équipes canadiennes.

Deux belles performances

Le Canadien a offert deux de ses plus belles performances des dernières semaines pour venir à bout des Flyers et des Islanders. Le temps de jeu a été bien réparti entre les joueurs, ce qui est attribuable à la qualité du jeu de chacun, selon l’entraîneur Claude Julien.

«Lors des deux derniers matchs, le groupe a bien joué dans l’ensemble et je n’ai pas eu de raisons de couper le temps de glace à une personne, a indiqué Julien. Ça aide beaucoup, surtout dans une situation de trois matchs en quatre soirs.

«Je l’ai dit tout au long de la saison, tout le monde doit contribuer pour que nous ayons du succès. Nous n’avons pas une équipe qui peut se fier seulement à trois ou quatre joueurs. Et ça ne veut pas dire que notre équipe n’est pas bonne ou que nos joueurs ne sont pas bons.»

En vertu des circonstances, les joueurs avaient peut-être le sourire un peu plus facile lors de la prise de la photo d’équipe au Centre Bell, vendredi midi.

La saison dernière, cette tradition avait permis de noter les nombreux changements effectués pendant une campagne difficile, en comparant la photo prise en octobre et celle en mars. Cette fois-ci, plusieurs visages se retrouvent sous d’autres cieux — notamment Tomas Plekanec, David Schlemko et Nikita Scherbak —, mais le noyau demeure le même.

«Je crois qu’il y a moins de changements quand les choses vont bien», a souligné Gallagher.

Le renouvellement au niveau de l’attitude a fait couler beaucoup d’encre cette saison. Reste à savoir si la bonne humeur est le résultat ou la conséquence des succès du Canadien cet hiver.

«Les choses vont mieux que la saison dernière, l’ambiance est donc meilleure, a noté Julien. Nous comptons sur un bon groupe de joueurs qui croient en eux, qui jouent ensemble et travaillent fort en tant que groupe. Quand vous travaillez bien, vous avez un peu plus de succès.

«Nous sommes dans la course aux séries. À la même époque la saison dernière, nous étions probablement éliminés. Il y a beaucoup de facteurs qui peuvent expliquer pourquoi l’ambiance est meilleure cette saison.»

Jonathan Drouin et Jesperi Kotkaniemi ont accompagné les joueurs qui n’ont pas affronté les Islanders sur la patinoire lors d’un entraînement optionnel vendredi.

Julien a confirmé que Carey Price allait affronter les Sabres de Buffalo samedi, mais a refusé de spéculer sur la présence de son gardien étoile devant le filet dimanche, quand le Tricolore rendra visite aux Hurricanes de la Caroline.