Canadien

Kotkaniemi a fait des pas de géant

Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver un joueur du Canadien de Montréal choisi à titre de première étoile d’un match sans même obtenir un point ni même un tir au but? C’est peut-être ça, l’effet Jesperi Kotkaniemi.

Face aux Sénateurs d’Ottawa samedi soir, le Finlandais de 18 ans a continué d’ajouter de bonnes notes à son bulletin. De bonnes notes qui s’additionnent à un rythme impressionnant et que l’on n’aurait jamais soupçonnées au début de septembre.

Fury

En infériorité numérique face aux champions en titre...

Les joueurs du Fury d’Ottawa savaient qu’il ne serait pas facile de résister aux attaques du puissant Louisville City FC, samedi soir.

À forces égales, ils avaient une petite chance.

À 10 contre 11, ça devenait plus compliqué.

À neuf contre 11, c’était mission impossible.

L’arbitre a sorti deux fois le carton rouge de sa poche, sur le terrain du Louisville Slugger Field. Dans la 39e minute de jeu, il a expulsé l’expérimenté défenseur du Fury Nana Attakora.

En deuxième demie, c’est l’attaquant capverdien Kévin Oliveira qui a écopé.

Privé de deux joueurs, le Fury s’est fait piétiner. L’équipe a fini par encaisser un revers de 4-0.

Le score, au fond, n’est pas si important.

Le Louisville City FC est quand même le champion en titre de la United Soccer League (USL). Il est fort capable de profiter d’un adversaire qui se retrouve en position vulnérable.

Les joueurs de Nikola Popovic seront surtout déçus de quitter l’État du Kentucky bredouille. En plein cœur d’une course aux séries éliminatoires, alors qu’il reste trois semaines à écouler à la saison régulière, tous les points au classement sont importants.

La pression sera encore plus forte, durant la prochaine semaine. Le Fury sera appelé à disputer deux matches en cinq jours. Il se rendra d’abord dans la Ville-Reine afin d’affronter le club de réserve du Toronto FC, mercredi. Il retrouvera ensuite la Place TD. Il accueillera le Bethlehem Steel FC, dimanche.

Popovic s’efforce déjà de faire rouler au maximum ses effectifs. 

Samedi, il avait donné la chance à deux attaquants réservistes — Oliveira et le Lavallois Jimmy-Shammar Sanon — de percer la formation débutante.

Maxime Crépeau a fait quelques miracles dans la première portion de la partie. Il s’est notamment démarqué dans la 18e minute de jeu en réalisant un gros arrêt au dépens du meilleur buteur de toute la USL, l’Anglais Cameron Lancaster.

Ce dernier a eu le dernier mot, toutefois. Il a inscrit un premier but dans les arrêts de jeu, juste avant la mi-temps. Il en a inscrit un autre vers la toute fin de la rencontre.

Les deux autres buts du match ont été inscrits par le milieu de terrain George Davis IV et par le défenseur français Alexis Souahy.

Olympiques

Bérubé se dresse face aux Huskies

Les Olympiques de Gatineau sont jeunes, c’est vrai. Mais ils ne manquent pas d’expérience à toutes les positions.

Ils ont réussi un petit exploit, lors du week-end d’ouverture de la saison régulière dans la LHJMQ. Ils ont récolté les quatre points qui étaient à l’enjeu lors de leur court voyage en Abitibi-Témiscamingue.

Ils peuvent remercier leur gardien de 19 ans, Tristan Bérubé, qui a réussi pas moins de 48 arrêts, samedi soir, dans une victoire de 3-1 contre les Huskies de Rouyn-Noranda.

« Un de nos joueurs s’est blessé, vendredi soir, à Val-d’Or. On devait déjà composer avec une suspension. Ça fait qu’on a terminé la fin de semaine avec seulement 11 attaquants », explique l’entraîneur-chef Éric Landry, au bout du fil.

« Notre niveau d’énergie était assez bon, quand nous avons commencé le match à Rouyn, mais il a baissé très rapidement. On sait qu’on peut compter sur un gardien d’expérience comme Bérou, qui peut aller chercher le gros arrêt au gros moment. »

Bérubé s’est surtout démarqué dans la deuxième portion du match contre les Huskies. Il n’avait pas l’air de trop ressentir les effets de la fatigue, même s’il jouait aussi un deuxième match en autant de soirs.

Pier-Olivier Roy, Giordano Finoro et Shawn Boudrias ont marqué les buts contre les Huskies. Le défenseur de 20 ans Gabriel Bilodeau a récolté deux mentions d’aide. 

« Nos joueurs d’expérience, de façon générale, ont connu un bon week-end », d’affirmer Landry.

Les 67’s perdent

Les 67’s d’Ottawa, eux, ont encaissé leur première défaite de la saison. Même s’ils ont dominé les Petes de Peterborough 40-25 au chapitre des tirs au but, ils ont été battus 7-3, dimanche, à la Place TD. 

Le gardien Cédrick Andrée a été retiré du match après avoir accordé cinq buts en 26 minutes. En relève, le jeune Will Cranley n’a pas été très occupé.

Austen Keating, Matthew Maggio et Graeme Clarke ont marqué dans la défaite. 

Intrépide

L’Intrépide gagne et gagne encore

Comme tous les entraîneurs qui se retrouvent dans cette position, Martin Lafleur se montre prudent.

« Il y a des hauts, il y a des bas. C’est toujours comme ça en début de saison », déclare-t-il.

Sénateurs

Jaros toujours dans la course

Une troisième période difficile samedi soir à Montréal n’a pas été trop coûteuse pour le jeune défenseur Christian Jaros.

Le Slovaque de 22 ans a survécu à la ronde de coupes de la fin de semaine, demeurant dans la course pour les derniers postes à la ligne bleue avec son partenaire de samedi, Maxime Lajoie, de même que Christian Wolanin et Ben Harpur. Les cinq autres arrières (Cody Ceci, Thomas Chabot, Mark Borowiecki, Chris Wideman et Dylan DeMelo) sont déjà assurés de leurs postes, à moins de blessures d’ici le match inaugural du 4 octobre.

Jaros a obtenu une passe sur le but de Brady Tkachuk dans la défaite de 3-2 contre le Canadien, sa deuxième en deux parties hors-concours. Mais il a vu Paul Byron se servir de lui comme écran pour marquer son but égalisateur du début de troisième période, après quoi il a aussi écopé de deux punitions mineures qui ne se sont pas avérées coûteuses cependant.

« La vérité, c’est qu’il a été vraiment constant depuis le début du camp. Il a été impressionnant même. Le but de Tkachuk part avec sa passe en transition, et il y en a eu deux ou trois autres comme ça... Dans son cas à lui, il a eu tout un camp », a commenté l’entraîneur-chef Guy Boucher samedi après le match.

Pour Jaros, qui a joué deux matches en fin de saison l’an dernier à la fin de sa première campagne en Amérique du Nord, l’objectif est évidemment de se tailler un poste à Ottawa. 

« Je ne pense pas avoir connu un mauvais match, mais je ne peux certainement pas aller au banc des pénalités deux fois dans les 10 dernières minutes de jeu. Je vais devoir faire attention à ça, a-t-il confié au Droit après le match. Je suis prêt à tout faire pour rester avec la grosse équipe. On va voir si je vais rester ici. »

Le choix de cinquième ronde en 2015, qui a récolté 3 buts et 16 points en 43 parties dans la Ligue américaine l’an dernier, lutte avec Lajoie pour un des derniers postes disponibles, alors qu’ils sont de bons amis.

« On a joué un bon match ensemble et nous étions des partenaires l’an passé à Belleville, donc on se connaît bien. On se parle beaucoup dans notre zone, ça aide », a-t-il ajouté.

Un mot sur Lajoie, il s’est encore bien débrouillé samedi, étant utilisé plus de 21 minutes par Boucher, incluant à la dernière minute de jeu avec le gardien retiré à la faveur d’un sixième attaquant. 

+

LES SÉNATEURS EN BREF

Aide aux victimes de la tornade

Leur communauté ayant été secouée par les tornades qui se sont abattues à Ottawa et Gatineau vendredi soir, la Fondation des Sénateurs a décidé de s’impliquer en organisant une campagne de sociofinancement pour venir en aide aux sinistrés.

L’objectif de 25 000 $ fixé samedi a déjà été atteint dimanche (plus de 31 000 $ avaient été amassés en après-midi, incluant une contribution initiale de 5000 $ de l’équipe), montant que la Fondation a promis d’égaler.

Cet engagement sera ajusté à mesure que la situation va progresser, a indiqué la Fondation dans un communiqué.

Golf

Tiger renoue enfin avec la victoire

ATLANTA — L’Américain Tiger Woods a mis fin dimanche à une période de plus de cinq années sans titre, en remportant à 42 ans le Championnat du tour de la PGA, dernière épreuve de la saison sur le circuit professionnel américain de golf.

Woods qui sera l’une des têtes d’affiche de la Coupe Ryder à partir de vendredi près de Paris, a décroché le 80e titre PGA de sa carrière, le premier depuis août 2013, dans une ambiance frisant l’hystérie collective, avec des milliers de spectateurs jouant des coudes pour assister à un événement historique autour du vert du trou no 18 et hurlant leur joie.

«Il a fallu se battre toute la journée, mais j’ai adoré cette journée. C’était un sacré défi en début d’année de penser que je pourrais regagner, mais au fil des compétitions, j’ai vu que cela serait possible», a-t-il expliqué, visiblement ému.

Il ne lui manque plus que deux succès pour égaler le record de son compatriote Sam Snead qui a remporté 82 titres PGA entre 1936 et 1965.

En tête depuis le premier tour sur le parcours d’East Lake, près d’Atlanta, l’ancien roi incontesté du golf s’est imposé avec deux coups d’avance sur son premier poursuivant, son compatriote Billy Horschel (271, - 9).

Il a rendu une dernière carte de 71 (+ 1) pour un total de 269 (- 11), non sans une petite frayeur en fin de journée avec trois bogeys sur les neuf derniers trous.

Le numéro un mondial, l’Anglais Justin Rose, termine à la quatrième place (274, - 6), mais se console avec le chèque de 10 millions de dollars remis au vainqueur de la FedEx Cup, le classement annuel du circuit PGA.

5 oiselets de suite 

Woods avait écœuré ses rivaux la veille lors du troisième tour où, comme à ses plus belles heures, il avait enchaîné cinq oiselets de suite, avant de rendre une nouvelle carte de 65 (- 5).

Depuis son retour sur les verts en janvier 2018, l’ancien no 1 mondial avait flirté avec la victoire en mars lors du Valspar Championship (2e), en juillet en prenant les commandes de l'Omium britannique lors du quatrième tour avant de terminer 6e ou encore en août en échouant à deux coups de son compatriote Brooks Koepka dans le Championnat PGA (2e).

Avec ce succès, Woods referme définitivement le chapitre le plus sombre de sa carrière sportive.

Entre 2014 et 2017, celui qui est présenté comme le meilleur golfeur de l’histoire a enchaîné les saisons désastreuses et a été éloigné des parcours de golf à plusieurs reprises pendant de longs mois après avoir subi quatre opérations du dos.

Déprimé, classé au-delà de la 1000e place au classement mondial, il avait même envisagé en 2016 de mettre un terme à sa carrière alors qu’il ne pouvait plus marcher.

Woods a également fait de nouveau parler de lui pour ses déboires personnels en 2017, huit ans après les révélations de ses innombrables infidélités qui avaient sensiblement écorné son image.

Il avait été arrêté, endormi au volant de sa voiture sous l’emprise d’un cocktail de médicaments et d’antidépresseurs, et les images de son arrestation avaient fait le tour du monde.

Rouge et Noir

Le Rouge et Noir envoie un message fort

Est-ce que l’histoire se répétera pour le Rouge et Noir ?

L’équipe se pointe à sa dernière semaine de relâche du calendrier régulier avec une fiche de 8-5. Le même dossier qu’elle possédait en 2015, année à laquelle elle avait participé une première fois au match de la coupe Grey.

Rouge et Noir

Victoire dédiée aux sinistrés

Il a été un des acteurs de la victoire du Rouge et Noir, samedi après-midi, contre les Eskimos d’Edmonton. Mais Greg Ellingson préférait parler des vrais héros ces jours-ci dans la capitale nationale.

Ses coéquipiers et lui ont dédié leur match aux sinistrés des deux tornades ayant frappé Ottawa-Gatineau, de même qu’aux premiers répondants qui ont travaillé sans relâche depuis deux jours et demi. « Je suis natif de la Floride. Je sais à quel point la nature peut se déchaîner et venir bouleverser le quotidien des familles, a raconté le receveur américain après le gain de 28-15 des siens.

Sénateurs

Le couperet tombe sur Logan Brown

Au lendemain d’un quatrième revers en autant de sorties du calendrier préparatoire, 3-2 contre le Canadien à Montréal samedi, le couperet est tombé au camp des Sénateurs d’Ottawa.

Quinze joueurs, dont le premier choix de 2016 Logan Brown de même que le gardien Filip Gustavsson et les attaquants Drake Batherson et Rudolfs Balcers (acquis dans l’échange d’Erik Karlsson), ont été cédés au club-école de Belleville, qui amorcera son propre camp d’entraînement lundi.

Canadien

Paul Byron quatre saisons de plus avec le Canadien

MONTRÉAL — L’attaquant Paul Byron a accepté une prolongation de contrat de quatre saisons avec le Canadien de Montréal, dimanche.

La valeur moyenne annuelle de l’entente est 3,4 millions $. Le pacte s’étend jusqu’à la fin de la saison 2022-2023.

«Nous sommes très heureux d’en être venus à une entente de plusieurs saisons avec Paul Byron, a dit par communiqué le directeur général du Canadien, Marc Bergevin. Paul est un fier compétiteur, et un exemple de courage et de détermination. De par sa rapidité, son jeu dans les deux sens de la patinoire et ses habiletés, il représente un élément très important de notre équipe.»

Byron a fourni 20 buts et 35 points la saison dernière, disputant tous les matches du Tricolore.

«Je suis extrêmement content et fier, a dit Byron sur Instagram dimanche, suite à l’annonce de cette prolongation de contrat. Merci à ma famille, mes amis, mes coéquipiers, aux entraîneurs et aux dirigeants qui m’ont aidé et soutenu. Merci beaucoup au Canadien de prendre une chance avec moi et de me donner cette opportunité. J’ai très hâte au début de la saison.»

Byron a raté une seule rencontre lors de la saison 2016-17, inscrivant 22 filets et 43 points.

L’Ontarien de 29 ans a été un choix de sixième tour des Sabres de Buffalo, en 2007. Le CH l’a réclamé au ballottage le 6 octobre 2015, des Flames de Calgary.

Le Canadien va disputer son prochain match préparatoire lundi, à Toronto. Le groupe de Claude Julien montre une fiche de 3-1-0.