Sénateurs

Les Sénateurs en tournée

Les Sénateurs d’Ottawa ont annoncé vendredi les dates des différents arrêts de leur tournée annuelle de la région de la capitale nationale.

Celle-ci se mettra en branle le mardi 27 août au magasin Canadian Tire de Nepean (chemin Merivale), de 16 h à 19 h. Ce partenaire de l’équipe sera ensuite mis à profit lors des arrêts à Aylmer le lendemain, à Rockland le jeudi 29 août, à Arnprior le mardi 3 septembre, à Gloucester (chemin Ogilvie) le mercredi 4 septembre et à Perth le jeudi 5 septembre, aux mêmes heures.

Sylvain St-Laurent

Tout ce qu’on ne savait pas sur Ceci

CHRONIQUE / Cody Ceci n’a pas toujours bien composé avec la pression qui vient avec son métier. Le rôle de hockeyeur d’élite, représentant sa ville natale, semblait parfois lourd à porter.

Il avait déjà des problèmes, à l’époque où il portait les couleurs des 67’s d’Ottawa.

La direction du club s’était éventuellement résignée à l’échanger à l’Attack d’Owen Sound, pour lui permettre de respirer plus à l’aise.

Hockey

Thomas Chabot emballé par l’arrivée de D.J. Smith

À 22 ans, il est déjà l’un des piliers de la défensive des Sénateurs d’Ottawa. À l’approche de sa troisième saison dans la LNH, le défenseur Thomas Chabot voit d’un bon œil l’arrivée du nouvel entraîneur-chef D.J. Smith à la barre de l’équipe ayant terminé au tour dernier rang du classement général.

«J’ai entendu des choses extraordinaires à propos de lui. On dit qu’il est très bon avec les jeunes joueurs, et nous aurons une jeune équipe, alors c’est certain que ce sera positif pour nous, c’est un nouveau départ», disait l’arrière beauceron natif de Sainte-Marie, mercredi, en point de presse au PEPS de l’Université Laval.

Il a eu l’occasion de lui parler brièvement lors de sa nomination au moment où il se trouvait en Europe pour participer au Championnat du monde. «Dans le prochain mois, on va s'asseoir pour regarder ça. Ce sera excitant pour nous d’arriver au camp et de recommencer avec un nouvel entraîneur.»

Chabot était l’un des représentants des 60 joueurs qui participeront au Boot Camp, un tournoi de hockey regroupement uniquement des joueurs professionnels qui aura lieu les 9 et 10 août, à l’aréna du PEPS.

Mais l’occasion était trop belle pour ne pas jaser de la saison qui s’en vient, sa dernière sous l’actuel contrat qui le lie à l’organisation. Et Chabot ne perd pas le sommeil à propos de son avenir à moyen terme.

«Honnêtement, je ne me concentre pas nécessairement là-dessus. J’ai parlé avec mon agent [Dominic DeBlois], et présentement, il n’y a rien qui se passe. Mon but est d’abord de profiter de l’été pour me préparer afin d’arriver au camp fin prêt à entamer la saison et pour jouer du mieux que je peux», disait-il aux médias qui s’informaient de sa situation contractuelle.

À l’idée qu’on lui offre un pacte de transition de quelques saisons ou qu’on lui en propose un à plus long terme, Chabot ne bronchait pas.

«Je suis ouvert à n’importe quoi, mais je n’ai pas encore eu de discussion là-dessus. J’imagine que le jour où l’on sera proche d’une décision, on va s’asseoir et en jaser. Pour l’instant, il reste encore une année à mon contrat, et la seule chose sur laquelle je me concentre c’est d’arriver à Ottawa pour aider l’équipe à avoir du succès. Tout ce qui entoure mon contrat, mon agent va s’en occuper, c’est entre ses mains.»

Troisième marqueur

À sa deuxième campagne dans la LNH, Chabot a brillé de tous ses feux. Il a inscrit 14 buts et amassé 55 points, pour finir troisième marqueur de l’équipe. «Premier, si l’on considère les échanges», disait-il en riant pendant la conférence du Boot Camp, lorsque l’organisateur lui demandait à quel rang il avait terminé…

Partis à Las Vegas et à Columbus (puis à Nashville comme joueur autonome), Mark Stone et Matt Duchene l’avaient devancé aux points chez les Sénateurs. Chabot a aussi profité du départ d’Erik Karlsson pour obtenir un rôle plus accru. Il est déjà un leader après seulement deux saisons derrière la cravate, ce qui l’étonne un peu.

«Oui, ça arrive plus vite que prévu. Le fait qu’Erik parte, ça m’a donné un rôle beaucoup plus gros qu’on aurait pensé pour un gars de mon âge. En même temps, j’ai essayé de profiter du temps de glace que j’avais. L’an passé, on savait qu’Erik ne serait peut-être pas de retour [il a été échangé à San Jose], et j’avais ça derrière la tête tout l’été. Quand la nouvelle est arrivée, j’étais prêt. Oui, j’ai fait des erreurs, et je vais continuer d’en faire, mais ça fait grandir comme joueur», indiquait le défenseur de six pieds et deux pouces.

Il sera encore prêt, dans quelques semaines, lorsqu’il se pointera au camp des Sénateurs. Il voit l’avenir d’un bon œil avec tous les jeunes qui pointent à l’horizon.

«Ça va être excitant d’arriver au camp et de voir tous les gars qui se battront pour un poste. On n’a pas eu la saison qu’on avait espéré, mais on regarde devant nous. Il y a du talent dans notre chambre, la prochaine saison sera intéressante. Je serais fou de dire que je ne voudrais pas que mon équipe ne fasse pas les séries», ajoutait-il en sachant que la réalisation de cet exploit sera difficile. 

Sénateurs

Condon échangé contre Callahan: un échange économique

Pierre Dorion a coché plusieurs cases en faisant l’acquisition d’un joueur blessé à long terme du Lighning de Tampa Bay mardi.

Souffrant d’une maladie dégénérative du dos qui l’a forcé à mettre un terme à sa carrière cet été, Ryan Callahan débarque dans l’organisation des Sénateurs avec un gros contrat qui va permettre à Pierre Dorion d’atteindre le plancher salarial exigé par la convention collective des joueurs de la LNH sans casser la tirelire du propriétaire Eugene Melnyk.

Comme le joueur de 34 ans a été placé sur la liste des blessés à long terme, l’équipe n’aura qu’à débourser 940 000 $ US de son salaire de 4,7 millions $ US pour la saison 2019-20. Les assurances vont s’occuper du reste.

Et comme le salaire moyen de son contrat de six ans est de 5,8 millions $ US, c’est ce chiffre qui sera retenu pour comptabiliser la masse salariale des Sénateurs cette saison. Ce contrat arrivera à échéance à la fin de la saison.

Dans cette transaction, les Sénateurs ont aussi trouvé le moyen de décongestionner leur position de gardien de but puisque Mike Condon a été passé au Lightning avec son salaire de 3 millions $ US en 2019-20 même s’il comptera pour 2,4 millions $ US dans la masse salariale du Lightning. En gros, les Sénateurs vont économiser 2,06 millions $ US en salaires avec cette transaction.

Dernier élément, les Sénateurs ont obtenu un choix de cinquième ronde dans la transaction où ils ont aussi envoyé un choix de sixième ronde au Lightning.

« Cette transaction a été facile à faire de notre côté, car elle répond à plusieurs besoins en même temps », a dit Dorion à The Team 1200 alors qu’il était au Michigan en prévision d’un tournoi junior qui regroupera quatre pays.

« Je ne cacherai pas qu’elle va nous permettre d’économiser de l’argent. Je suis un directeur général populaire depuis quelques mois parce que nous avons beaucoup d’espace sous le plafond salarial. Nous aurons plus de flexibilité pour construire notre équipe maintenant. Nos prochaines transactions devraient servir à améliorer l’équipe à moyen ou long terme. »

Dorion a aussi affirmé que Craig Anderson et Anders Nillson seraient les gardiens du club dans la LNH la saison prochaine. Le départ de Condon règle la question du numéro trois.

« Nous avons de jeunes gardiens dans la Ligue américaine. Nous voudrions que Marcus Hogberg et Filip Gustavsen soient nos gardiens dans la Ligue américaine avec Joey Daccord qui vient de signer un contrat. Restera à savoir si nous les garderons tous les trois à Belleville. »

Le choix de cinquième ronde était un autre élément important dans le marché selon Dorion.

« Nous n’avions pas de choix de cinquième ronde en 2020. Nous en avons un maintenant. Il pourrait servir à aller chercher un joueur ciblé. »

Quant à Ryan Callahan, il ne faudrait pas s’attendre à le voir dans l’entourage des Sénateurs cette saison. Il a été opéré au dos cet été et il a annoncé sa retraite après 878 matches dans la LNH.

« Nous savons que Ryan aurait pu aider nos jeunes joueurs s’il avait été en santé, mais il faut être réaliste. Sa carrière est terminée. »

Selon le site CapFriendly qui comptabilise les contrats de toutes les équipes de la LNH, les Sénateurs verseront 47,5 millions $ US en salaires l’an prochain, mais avec les contrats de Clarke MacArthur, Marian Gaborik et Ryan Callahan, ils arrivent à 65,9 millions $ US. Le plancher des équipes de la LNH a été fixé à 60,2 millions $ US.

Sénateurs

Alex Dubeau croit en son potentiel

Alex Dubeau entreprendra une première saison dans le hockey professionnel, cet automne, à l’âge de 25 ans. Le gardien issu des rangs universitaires canadiens avait quelques options. Il a choisi l’organisation des Sénateurs d’Ottawa, pour une raison en particulier.

Ailleurs, on lui offrait des contrats à sens unique pour jouer dans la Ligue East Coast (ECHL).

Sénateurs

La vie changée de Véronneau

Gros après-midi pour Max Véronneau. En tant qu’invité d’honneur au camp de jour du Sensplex de Kanata, il a signé plusieurs dizaines d’autographes et souri pour d’innombrables selfies.

« C’est cool de se retrouver de l’autre côté de la clôture », dit-il.

Baseball

Pas de match à Montréal pour les Blue Jays en 2020

TORONTO — Les Blue Jays ne disputeront pas de match au Stade olympique de Montréal en 2020, a révélé l’organisation torontoise lors du dévoilement de son calendrier préparatoire pour la saison prochaine.

 Ainsi, pour la première fois en six ans, le seul club canadien des Ligues majeures de baseball ne fera pas escale dans la métropole avant d’entamer sa saison régulière. 

La formation torontoise a cependant indiqué qu’elle étudiait la possibilité de disputer une autre série préparatoire à Montréal l’an prochain. 

Les Blue Jays disposent de deux journées de congé à la fin de leur camp d’entraînement, les 23 et 24 mars, alors qu’ils disputent habituellement deux matchs au Stade olympique. Leur calendrier préparatoire, qui est composé de 31 matchs, a été dévoilé lundi. 

Ils l’entameront contre les Braves d’Atlanta au stade Dunedin, qui vient d’être rénové. 

Sénateurs

Les Sénateurs font l'acquisition d'Anisimov

Zack Smith s’attendait à quitter Ottawa. Depuis très longtemps, même. Il a quand même subi un petit choc, mardi matin, quand il a reçu un coup de fil de son agent.

Ce dernier lui disait que les Sénateurs étaient sur le point de conclure un pacte avec les Blackhawks de Chicago. 

Tout s’est réglé quelques heures plus tard. En retour de Smith, les Sénateurs ont mis la main sur le centre russe Artem Anisimov.

« Au début de la dernière saison, je me suis fait à l’idée. Je savais que je pouvais être impliqué dans une transaction à n’importe quel moment », a expliqué Smith, dans une conférence téléphonique organisée par les Blackhawks.

L’attaquant trentenaire faisait ici référence aux 24 heures passées au ballottage, au terme du dernier camp d’entraînement.

Il n’a pas été réclamé, à ce moment-là. Ses coéquipiers et ses entraîneurs étaient bien heureux de pouvoir, à nouveau, compter sur lui.

Smith sentait cependant que la direction ne savait plus trop quoi faire de lui.

Les reporters américains ont consulté ses chiffres et ont voulu comprendre ce qui s’est produit.

Il a connu la meilleure saison de sa carrière en 2015-16. Cette année-là, il a marqué pas moins de 25 buts.

La saison suivante, il en a marqué seulement 16.

En 2017-18, il en a inscrit tout juste cinq.

Smith a répondu à cette question de manière franche et directe.

« L’année où j’ai marqué 25 buts, la recette du succès n’était pas bien compliquée. Je jouais avec Mark Stone. »

« Jouer avec Stone, c’était génial. Nous avions Jean-Gabriel Pageau, aussi, avec nous. La complicité était très forte. Dans les années qui ont suivi, j’ai été blessé. J’ai souffert de problèmes de confiance. Tous les joueurs vous le diront. Dans le sport, la confiance, c’est extrêmement important », a-t-il ajouté.

Smith dit qu’il a changé sa façon de penser, depuis.

« Au cours des deux dernières années, j’ai été utilisé dans un rôle strictement défensif et ça me convient parfaitement. Je sais que je suis utile à mon équipe, même quand je ne marque pas. Et j’ai l’impression d’avoir progressé au cours des deux dernières années. »

Les Hawks ont raté les séries de peu, l’an dernier. Ils ont tôt fait d’identifier leur talon d’Achille. Ils ont conservé la pire moyenne de buts alloués de toute l’Association Ouest. Ils ont donc fait de la défensive leur priorité.

Économie

Les Sénateurs, eux, auraient fait un bon coup sur le plan financier en complétant cette transaction.

Selon les données amassées par le site spécialisé CapFriendly.com, Anisimov a touché un boni de signature de deux millions $ US, ces derniers jours. Cette note a été réglée par les Hawks.

Cette transaction pourrait donc permettre aux Sénateurs d’économiser 1,5 million $ US en argent réel.

Pierre Dorion estime qu’Anisimov pourra quand même aider son équipe.

« Il sera un de nos quatre centres. Il sera capable de nous aider dans les unités spéciales, tant en supériorité numérique qu’en infériorité numérique. Il a prouvé qu’il est capable de marquer 20 buts par saison. Il l’a fait à quatre occasions depuis le début de sa carrière. Il est surtout complet. Il est capable de jouer sur 200 pieds », déclare-t-il.

Anisimov sera le deuxième plus haut salarié parmi les attaquants d’Ottawa, derrière Bobby Ryan. Il est sous contrat jusqu’en 2021.

« Nous ne pouvons pas aligner que des jeunes joueurs, insiste Dorion. Nous avons besoin de bons vétérans qui peuvent encadrer les jeunes. »

Athlétisme

Un changement payant pour Jacques

Quand elle s’est levée lundi en Finlande, Farah Jacques s’est rappelé où elle se trouvait il y a trois ans. L’athlète de Gatineau participait à la finale du relais 4x100 m aux Jeux olympiques, à Rio.

Ça se passait le 19 août 2016. Ses coéquipières et elle avaient terminé septièmes.

Sénateurs

Les Sénateurs mettent Lassi Thomson sous contrat

Il faut croire que Lassi Thomson a fait bonne impression, au début du mois, lors du camp de perfectionnement estival des Sénateurs d’Ottawa.

Le premier choix de l’équipe au dernier repêchage est rentré chez lui, pour l’été. Ses agents et la direction de l’équipe ont quand même poursuivi les discussions.

Sénateurs

Hubert Labrie chez les Sénateurs

Ancien capitaine des Olympiques de Gatineau, Hubert Labrie reviendra dans la région, en quelque sorte, la saison prochaine après avoir signé un contrat d’un an avec le club-école des Sénateurs d’Ottawa.

Champion de la coupe du Président en 2008 et finaliste en 2011, Labrie aura 28 ans vendredi. Pour la première fois de sa carrière, il a songé à la retraite après sa dernière saison à Syracuse où il avait retrouvé l’entraîneur-chef Benoît Groulx. Un appel téléphonique l’a toutefois convaincu de poursuivre sa carrière professionnelle dans une huitième organisation en neuf saisons.

Tennis

Auger-Aliassime se hisse au 19e rang mondial

MONTRÉAL — Félix Auger-Aliassime a percé le top-20 mondial et se retrouve maintenant au 19e échelon, à la suite de la mise à jour du classement de l'ATP lundi.

Auger-Aliassime, qui est âgé de seulement 19 ans, est ainsi devenu le tennisman canadien le mieux classé au monde, puisque l'Ontarien Milos Raonic a reculé de quelques rangs et se trouve maintenant en 22e position. Raonic n'a pas disputé de rencontre depuis qu'il a abandonné au troisième tour de la Coupe Rogers de Montréal en raison d'une blessure au dos, contre Auger-Aliassime.

Le Québécois est donc devenu le deuxième joueur canadien le mieux classé de l'histoire du classement mondial — soit depuis 1973 — derrière Raonic, qui avait brièvement été la troisième raquette mondiale en 2016.

Pour sa part, l'Ontarien Denis Shapovalov occupe la 38e place au monde. Shapovalov participera cette semaine à l'Omnium de Winston-Salem, contrairement à Auger-Aliassime et Raonic. Il s'agit du dernier tournoi préparatoire avant les Internationaux des États-Unis, qui se mettront en branle à Flushing Meadows à compter du 26 août.

Brayden Schnur, de Pickering, en Ontario, est le seul autre tennisman à faire partie du top-100 mondial. Il pointe maintenant au 92e échelon.

Le Serbe Novak Djokovic, l'Espagnol Rafael Nadal, le Suisse Roger Federer et l'Autrichien Dominic Thiem sont demeurés les quatre premiers joueurs au monde, dans l'ordre. Pour sa part, le Russe Daniil Medvedev, qui s'est incliné devant Nadal en finale de la Coupe Rogers de Montréal plus tôt ce mois-ci, a grimpé de trois places pour compléter le top-5.

Du côté des dames, la championne de la Coupe Rogers de Toronto, l'Ontarienne Bianca Andreescu, a glissé d'un rang et est maintenant 15e au monde. Elle a notamment décidé de ne pas participer au Masters de Cincinnati, afin de se reposer.

La Japonaise Naomi Osaka, l'Australienne Ashleigh Barty, la Tchèque Karolina Pliskova, la Roumaine Simona Halep et l'Ukrainienne Elina Svitolina monopolisent les cinq premières places au classement mondial de la WTA.

La Québécoise Eugenie Bouchard a reculé de cinq places et est 119e, tandis que Rebecca Marino, de Vancouver, pointe au 191e échelon.

Sénateurs

Zaitsev effectue une visite éclair à Ottawa

Nikita Zaitsev n’est pas particulièrement doué quand vient le temps de vendre sa salade.

Le nouveau défenseur des Sénateurs a rencontré les journalistes d’Ottawa pour la première fois, lundi matin. On lui a tout naturellement demandé de nous parler de ses forces, sur la patinoire.

Sports

Laurence Vincent-Lapointe échoue à un test antidopage: «Je suis complètement dévastée»

TROIS-RIVIÈRES — Une véritable bombe a secoué le monde du canoë-kayak de vitesse et du sport amateur, lundi matin, alors que la championne du monde de canoë féminin Laurence Vincent-Lapointe a été suspendue jusqu’à nouvel ordre par la Fédération internationale de canoë après avoir échoué à un test antidopage.

La Trifluvienne de 27 ans ne pourra donc prendre part aux Championnats du monde qui s’amorceront mercredi à Szeged, en Hongrie. Cette compétition devait servir de qualifications en vue des Jeux olympiques de Tokyo, à l’été 2020.

Utilisation «involontaire»

Selon les informations disponibles, il semblerait que la substance trouvée dans l’échantillon de la championne du monde, lors de tests effectués à la fin du mois de juillet, a fait l’objet de récents cas de suppléments contaminés. L’agence qui représente la canoéiste a indiqué que le produit qui serait à l’origine de la suspension serait le Ligandrol, un agent anabolisant selon l’Agence mondiale antidopage. Canoë Kayak Canada a d’ailleurs martelé qu’à la lumière des premières constatations, cette situation découlerait d’une utilisation «involontaire et inconsciente d’une substance interdite».

Pour la porte-couleurs du Club de canoë-kayak de Trois-Rivières, il s’agit d’un véritable cauchemar, à un an de la présentation des Jeux olympiques de Tokyo. Pour la première fois de l’histoire, la grand-messe du sport amateur d’été avait décidé d’intégrer le canoë féminin à sa programmation et Vincent-Lapointe devait évidemment faire partie des têtes d’affiche en sol japonais.

Fortement ébranlée depuis l’annonce des résultats de ses tests – elle a été informée le 13 août – Vincent-Lapointe assure ne jamais avoir transgressé les règles. «Je suis encore sous le choc et complètement dévastée par la situation parce que j’ai absolument rien fait de mal et parce que je n’ai rien à cacher. Je suis une personne intègre. La tricherie sous toutes ses formes me répugne. Je crois en un sport propre et c’est ce que j’applique comme principe dans ma vie d’athlète. Je n’aurais jamais mis à risque mon nom, ma réputation, ma carrière pour améliorer mes performances et creuser l’écart avec mes adversaires», a-t-elle déclaré, par voie de communiqué.

Au cours des prochains jours, la figure du proue du CKTR s’affairera à prouver son innocence à la Fédération internationale de canoë, qui devra éventuellement rendre une décision finale dans ce dossier. «Je me sens comme dans un cauchemar. Je n’arrive toujours pas à croire ce qui m’arrive. Depuis que j’ai appris que mon test était positif, il y a quelques jours à peine, j’ai tout mis en œuvre, avec le support de CKC, et dans un court laps de temps, pour trouver d’où provient cette substance interdite trouvée dans mon test et prouver que je suis innocente, honnête et une athlète propre», a-t-elle ajouté, toujours par voie de communiqué.

Laurence Vincent-Lapointe doit faire le point sur sa situation lors d’un point de presse, mardi.

Un rêve en péril

La suspension de la reine du canoë féminin pourrait également entraîner des lourdes conséquences pour Canoë Kayak Canada. Les Mondiaux 2019 devaient servir de qualifications en vue des Jeux olympiques de Tokyo 2020, tant pour l’épreuve de C1 200 m que celle de C2 500 m qu’elle pratique en compagnie de sa coéquipière Katie Vincent.

Par voie de communiqué, le chef de direction de CKC, Casey Wade, a néanmoins tenu à apporter son soutien à Vincent-Lapointe. «Canoë Kayak Canada soutient pleinement Laurence dans cette situation extrêmement difficile et malheureuse et nous ferons tout en notre pouvoir pour l’aider à prouver son innocence.»

D’ailleurs, le grand patron de CKC doute que la prolifique rameuse trifluvienne ait volontairement contrevenu à la réglementation sur le dopage. «Canoë Kayak Canada croit fermement en un sport propre, mais nous avons de fortes raisons de croire que Laurence a pris toutes les précautions nécessaires à l’égard des règles et des procédures liées à l’antidopage et qu’elle n’a pas intentionnellement pris de substance interdite. Nous continuerons de l’aider afin de déterminer comment cette situation malheureuse a pu se produire.»

En 2018, aux Championnats du monde présentés au Portugal, Vincent-Lapointe avait remporté ses 11e, 12e et 13e titres de championne mondiale en s’imposant en C1 200 m, C2 500 m et C1 5000 m.


Tennis

Les meilleures raquettes canadiennes à Gatineau

Moins d’un mois après la tenue du Challenger de Gatineau, le parc de l’Île accueille un autre important rendez-vous de tennis.

Les championnats canadiens Rogers des moins de 16 ans ont commencé lundi matin, peu de temps après le passage de la pluie. Plus de 80 joueurs participent au rendez-vous.

Sénateurs

La députée de Nepean Lisa MacLeod s’excuse auprès de Melnyk

Une ministre ontarienne qui aurait publiquement insulté le propriétaire des Sénateurs d’Ottawa lors d’un récent concert des Rolling Stones soutient qu’elle lui a depuis présenté ses excuses.

Lisa MacLeod a indiqué sur Twitter qu’elle n’avait voulu que donner son avis à Eugene Melnyk sur la tenue des Sénateurs d’Ottawa, son « équipe bien-aimée », qui la préoccupe beaucoup.

Sénateurs

Spezza a songé revenir à Ottawa

Jason Spezza a considéré l’option de revenir à Ottawa avant de s’entendre avec le club de son patelin, les Maple Leafs de Toronto, lundi dernier.

Le centre qui a passé les 12 premières années de sa carrière dans l’organisation des Sénateurs, dont il avait été le deuxième choix au total au repêchage de 2001 a accordé une entrevue à son ancien coéquipier Marc Méthot jeudi alors qu’il travaillait comme co-animateur d’une émission de la station TSN 1200 lorsqu’il a fait cette révélation.

Baseball

Les Tyrans se couvrent d’argent au Championnat canadien

Les Tyrans de Gatineau visaient le podium du Championnat canadien de baseball U21 dont ils étaient les hôtes en fin de semaine au parc Sanscartier et ils peuvent dire mission accomplie.

Une victoire de 1-0 contre les Guerriers de Granby, représentants la province de Québec, dimanche matin en demi-finale leur a permis d’accéder à la grande finale contre l’équipe de l’Ontario 2. Jonathan Lamarche a produit l’unique point de cette rencontre en septième et dernière manche tandis que Jonathan Landry a lancé deux manches parfaites en relève pour mériter la victoire, alors que le partant Hector Romero avait été solide lui aussi (trois coups sûrs alloués).

Rendue là, la formation locale a rencontré son Waterloo tard dimanche soir, puisqu’après avoir pris les devants 5-1, elle s’est inclinée 9-6 pour se mériter la médaille d’argent.

La troupe du gérant Mathieu Joly, renforcée de quelques joueurs recrutés à travers la Ligue baseball junior Élite du Québec, s’est forgé une avance grâce notamment aux deux points produits du premier frappeur Félix Robertson, et à celui du neuvième frappeur Antoine Gervais.

Le partant Étienne Le Roy-Audy a menotté les frappeurs ontariens lors des trois premières manches, mais ceux-ci ont orchestré une poussée de quatre points en quatrième reprise pour revenir dans la rencontre. L’Ontario a ensuite pris les devants à la manche suivante avec une autre poussée de trois points cette fois, aux dépens des releveurs Jonathan Landry et Sébastien Simard. 

Aaron Sprague a mérité la victoire pour les champions en relève alors qu’il n’a donné qu’un point aux Gatinois lors des trois dernières manches. Ils ont rempli les buts avec aucun retrait en fin de septième manche, mais les Tyrans n’ont marqué qu’un point lors de cette tardive tentative de remontée. Quin McLane a mené l’attaque ontarienne avec trois coups sûrs et quatre points produits.

En finale pour le bronze, Granby a remporté un gain facile de 14-1 en cinq manches contre l’Ontario 1, qui s’était incliné 3-0 contre l’autre formation ontarienne dans l’autre demi-finale. Le Nouveau-Brunswick a remporté le match pour la cinquième place 4-2 contre la Saskatchewan.

Les journées de samedi et dimanche ont été ponctuées d’orages qui ont perturbé l’horaire et forcé les préposés au terrain à faire du temps supplémentaire, mais ils ont finalement réussi à compléter le championnat, qui sera de retour à Gatineau en 2020.

Tennis

Medvedev s'offre son premier titre en Masters 1000 à Cincinnati

CINCINNATI — Le Russe Daniil Medvedev a remporté son premier titre en Masters 1000, dimanche, en s'imposant en finale du tournoi ATP de Cincinnati devant le Belge David Goffin.

À 23 ans, il décroche le titre le plus important de sa jeune carrière en deux sets 7-6 (7/3), 6-4 et moins de deux heures.

«C'est difficile de trouver les mots», a-t-il confié après sa victoire.

Il succède au palmarès au N.1 mondial serbe Novak Djokovic, qu'il avait battu en demi-finales 3-6, 6-3, 6-3.

Medvedev, après deux défaites en finale à Washington (battu par Nick Kyrgios) et de Montréal (battu par Rafael Nadal), grimpera lundi à la cinquième place mondiale, le meilleur classement de sa carrière.

«C'est tout le dur travail qui est récompensé. Je n'aurais pas aimé perdre trois finales consécutives», a-t-il ajouté. «J'ai commencé à avoir des crampes à 5-3, c'est la première fois que j'ai des crampes à trois semaines. Mais il n'a pas réussi à renvoyer quatre de mes services, c'était incroyable.»

Outre Djokovic, pour arriver en finale, Medvedev a successivement battu le Britannique Kyle Edmund (6-2, 7-5), le Français Benoît Paire (7-6, 6-1), l'Allemand Jan-Lennard Struff (6-2, 6-1) et son compatriote Andrey Rublev (6-2, 6-3).

L'actuel N.8 mondial est le cinquième Russe à remporter un Masters 1000 après Marat Safin, Nikolay Davydenko, Andrei Chesnokov et Karen Kachanov.

Sénateurs

Dorion doit-il craindre les offres hostiles ?

Pierre Dorion n’a probablement pas trop aimé l’idée de son homologue du Canadien de Montréal Marc Bergevin de faire une offre hostile au joueur autonome avec restriction Sebastian Aho.

Le directeur général des Sénateurs d’Ottawa doit espérer que la tactique ne deviendra pas populaire à travers la LNH, surtout alors que les Hurricanes de la Caroline ont déjà annoncé leur intention d’égaler l’offre du Tricolore qui comportait d’importantes primes à la signature devant être payées dès la première année du pacte de cinq ans.

Soccer

L’Impact en quête de réponses

On ne sait trop si Rémi Garde possède en lui des notions de psychologie, mais si jamais c’est le cas, il aura besoin de toutes ses connaissances en la matière pour relancer ses joueurs après le décevant verdict nul de 3-3 contre le FC Dallas samedi au stade Saputo.

Ceux qui se sont présentés aux journalistes, une vingtaine de minutes après le coup de sifflet final, semblaient encore sonnés par la remontée de trois buts de leurs adversaires. La bonne nouvelle, c’est qu’ils ont une semaine complète pour s’en remettre et retrouver leurs esprits à temps pour l’important duel contre le Toronto FC, samedi prochain dans la Ville Reine.

Sénateurs

Ceci part, Zaitsev et Hainsey s’amènent

Pierre Dorion et Kyle Dubas ont profité de la fête du Canada pour s’échanger des cadeaux empoisonnés.

Les directeurs généraux des Sénateurs d’Ottawa et des Maple Leafs de Toronto ont ignoré le fait que leurs clubs entretiennent des rivalités de longue date et ils ont réalisé une transaction pour se refiler des problèmes, les défenseurs Cody Ceci et Nikita Zaitsev.

Sénateurs

Cody Ceci passe aux Maple Leafs

Cody Ceci était l’hôte d’un party de la fête du Canada à son chalet du nord de l’Outaouais en fin de semaine. La célébration à laquelle assistait son bon ami Jean-Gabriel Pageau a pris une toute autre tournure quand il a appris qu’il allait changer de camp dans la Bataille de l’Ontario, passant de l’équipe de son patelin dont il était un partisan en grandissant à des Maple Leafs qui sont des rivaux de longue date.

«En me réveillant sur mon bateau lundi matin, j’avais 60 messages-textes sur mon téléphone. L’échange était discuté depuis une couple de jours, mais là, c’était fait et il a fallu que je le réalise assez vite alors que j’avais plusieurs appels à retourner», a-t-il raconté lors d’un appel-conférence avec des journalistes d’Ottawa et Toronto lundi après-midi.

«C’est un peu fou. À un moment donné, des échanges entre Ottawa et Toronto, ça n’arrivait pas. Mais quand Dion Phaneuf s’est amené avec nous (en 2016), on dirait que ça a ouvert les valves. Ça va être un peu bizarre, mais je suis content d’obtenir une chance de jouer pour une excellente organisation qui veut gagner, et qui compte certains des meilleurs joueurs au monde», a ajouté Ceci, qui avait été le partenaire régulier de Phaneuf pendant son passage dans la capitale, avant d’être cédé aux Kings de Los Angeles il y a deux ans (son contrat a été racheté la semaine dernière par ces derniers).

L’ancien choix de première ronde (15e au total) des Sénateurs en 2012, qui avait aussi joué la majorité de son hockey junior avec les 67’s, avait apporté une solide contribution à la formation qui s’était rendue en finale de l’Est en 2017, mais il était devenu une cible de critiques au cours des deux dernières désastreuses campagnes alors qu’il a présenté un différentiel accumulé de moins-49 lors des deux dernières saisons.

À LIRE AUSSI: Zaitsev, Brown et Hainsey s’amènent

«Je suis heureux d’avoir la chance de possiblement retourner en séries éliminatoires, et avoir l’occasion d’aller aussi loin qu’on s’était rendu il y a deux ans», note Ceci.

Avec les Leafs, son numéro 5 a été retiré en l’honneur de Bill Barilko et Ceci pensait revenir à son numéro chez les juniors, le 83.

Le hasard du calendrier fait qu’il disputera son premier match régulier dans l’uniforme des Maple Leafs lorsque les Sénateurs seront les visiteurs pour leur match inaugural à domicile, le 2 octobre prochain.

Lui et Ben Harpur, impliqué dans l’échange également, devront attendre jusqu’au 15 février avant d’effectuer son premier retour au Centre Canadian Tire.

«Les matches contre les Leafs étaient toujours spéciaux, ils ont des partisans partout. Même quand on jouait contre la Floride, il pouvait y avoir un gars portant un chandail de Toronto. Ça va être différent d’être de ce côté-là de la rivalité maintenant», a-t-il souligné.

Les négociations pour une entente à long terme avec les Sénateurs n’ayant pas abouti, ce qui a mené à cette transaction, Ceci a accepté une entente pour un contrat d’un an pour 4,5 millions $ avec les Leafs, après laquelle il pourrait devenir joueur autonome sans compensation.

«C’est un choc d’être échangé pour la première fois, et c’est aussi un choc de passer à Toronto», a ajouté Ceci, qui a pu parler au DG Kyle Dubas et à l’entraîneur Mike Babcock lundi.

Les joueurs obtenus par Ottawa dans la transaction n’ont pu être joint lundi, mais l’attaquant Connor Brown, auteur de 20 buts il y a deux ans à sa saison recrue, a commenté en entrevue à TSN qu’il est heureux de suivre l’entraîneur-chef D.J. Smith dans la capitale.

«Je suis excité de jouer pour ‘Smitty’ et par l’opportunité qui se présente à moi. Tout le monde veut jouer le plus possible... Je pense que les gars vont être excités de jouer pour lui (Smith) et nous allons surprendre beaucoup de monde», a-t-il souligné.

Tennis

Madison Keys triomphe à Cincinnati

CINCINNATI — Deux champions inattendus ont soulevé leur premier trophée à Cincinnati dimanche pour conclure une semaine qui a semé plus de doutes qu'autre chose en vue des Internationaux des États-Unis.

Qui sera en mesure de jouer du côté des femmes? Est-ce que les faux pas commis chez les hommes cette semaine pourraient se reproduire à New York?

Et est-ce que Madison Keys et Daniil Medvedev seront capables de capitaliser sur leur momentum pour triompher dans un tournoi du Grand Chelem? Après avoir tous les deux remporté le plus grand tournoi de leur jeune carrière, ont se demande déjà comment ils pourraient être propulsé davantage sur la scène internationale.

Madison Keys a battu Svetlana Kuznetsova 7-5 et 7-6 (5) en finale, méritant ainsi un deuxième titre cette année.

L'Américaine a défait la Russe en une heure et 45 minutes, portant sa fiche contre elle à 4-0 en carrière.

Sa première victoire à Cincinnati s'est voulue une belle surprise pour l'Américaine, qui ne s'attendait pas à signer une importante victoire comme celle-là avant le début des Internationaux des États-Unis.

«Si vous m'aviez dit que je me retrouverais ici aujourd'hui il y a une semaine de ça, je vous aurais ri au nez», a-t-elle lancé à la foule.

Pourtant, voilà qu'elle retrouve le top 10 mondial et se dirige vers New York sur une lancée intéressante.

Keys a notamment réussi trois bris et 13 as. Elle a effacé des retards de 3-5 à chaque set, cheminant vers un cinquième titre en carrière. Il s'agissait de son plus grand titre en carrière.

Sa route en finale a inclus des victoires face à Simona Halep et Garbine Muguruza.

Keys a aussi triomphé lors du tournoi de Charleston, en avril.

Kuznetsova, qui était la plus vieille finaliste à Cincinnati à 34 ans, a compté parmi ses victimes Karoline Pliskova et la favorite du tournoi, Ashleigh Barty.

Keys amorcera les Internationaux des États-Unis avec une confiance à tout casser après avoir connu quelques ennuis lors de ses trois derniers tournois. Le dernier tournoi du Grand Chelem risque toutefois d'amener son lot d'intrigues puisque plusieurs têtes d'affiche sont tombées comme des mouches au cours de la dernière semaine.

Serena Williams a choisi de déclarer forfait après avoir dû abandonner son match de finale face à Bianca Andreescu à la Coupe Rogers, il y a une semaine. Naomi Osaka, championne en titre des Internationaux des États-Unis, a été forcée de quitter son match de demi-finale en raison d'une blessure au genou gauche.

Keys se présentera à New-York en pleine ascension et avantagée, alors qu'elle occupera le 10e rang mondial dès lundi.

Rouge et Noir

Le Rouge et Noir battu et hué chez lui

Les partisans du Rouge et Noir ont passé une partie de l’après-midi à huer leur équipe, samedi, à la Place TD. Plus précisément l’attaque, qui a gaffé encore une fois.

Les finalistes de la coupe Grey ont subi une sixième défaite en neuf sorties en 2019, s’inclinant 21-7 face aux Tiger-Cats de Hamilton. Ils ont été incapables de marquer un touché, bousillant une autre performance impressionnante de leur défensive qui avait provoqué trois revirements.

Antoine Pruneau et Anthony Cioffi avaient notamment réussi chacune des interceptions dans la zone des buts.

Mais leurs coéquipiers à l’offensive n’ont pu en profiter, récoltant que 97 verges lors de la première demie. Le quart-arrière Dominique Davis a souvent raté ses receveurs en plus de choisir de mauvaises cibles.

Ses receveurs ont aussi mal paru, dont Caleb Holley qui a mal réagi après avoir été incapable de capter une passe latérale au dernier quart. Le ballon a été récupéré par les visiteurs.

Davis a complété 20 de 40 passes pour 238 verges. L’entraîneur-chef Rick Campbell a bien tenté de secouer son équipe à la fin de première demie en insérant le réserviste Jonathon Jennings au poste de quart pour une séquence à l’attaque, mais rien n’a changé.

«Évidemment, c’est frustrant, a soutenu Campbell.

«Nous sommes incapables de marquer. Il y a plusieurs bons joueurs ici, de bons coaches et de bonnes personnes qui travaillent fort. Mais en fin de compte, il ne faut pas juste essayer. Il faut gagner.»

Ce revers contre les Tiger-Cats de Hamilton ne fera pas seulement mal à l’ego, mais également au classement de la division Est. Ottawa se retrouve avec une fiche de 3-6 à mi-saison.

Le scénario d’une exclusion des éliminatoires pour seulement une deuxième fois de son histoire semble réaliste.

«Il reste encore une demi-saison à disputer. Nous avons déjà gagné la coupe Grey en jouant du football parfois peu étincelant», a rappelé le plaqueur Ettore Lattanzio en rappelant la conquête de 2016.

Ses coéquipiers et lui avaient seulement gagné huit parties durant le calendrier régulier.

«À ce que je sache, la coupe Grey n’a jamais été remise à une équipe au mois d’août», a soutenu pour sa part Davis.

Reste à voir s’il sera le quart partant de l’équipe encore longtemps.

En plus de perdre ce match, le Rouge et Noir a vu la séquence parfaite du botteur Lewis Ward prendre fin quand ce dernier a raté une tentative de placement de 31 verges tôt en première demie. Il avait réussi 69 placements de suite en saison régulière, 30 de plus que le record précédent de la LCF.

La dernière fois qu’il avait raté la cible remontait à juin 2018.

«Ça prouve que Lewis n’est finalement pas un robot, qu’il est bel et bien un être humain, a commenté Rick Campbell.

«Ce fut une séquence remarquable. Il n’a pas seulement battu la marque précédente. Il l’a anéanti.»

Ward s’est repris plus tard dans la partie en réussissant ses tentatives de 26 et 40 verges.

Le Rouge et Noir affrontera maintenant les Roughriders de la Saskatchewan samedi prochain à Régina.

Sénateurs

MacArthur de retour dans le giron des Sénateurs

Clarke MacArthur est sur la liste de paie des Sénateurs d’Ottawa comme joueur pour une autre saison, et maintenant, il l’est aussi en tant qu’entraîneur à temps partiel au niveau du développement des joueurs.

Alors que Chris Kelly ne sera pas de retour dans son rôle pour donner un coup de main à Shean Donovan à ce niveau, le club a confirmé l’embauche de MacArthur vendredi en même temps que Jesse Winchester était nommé pour occuper un poste dans les mêmes fonctions à temps plein, lui.

Sénateurs

Parker Kelly, la future peste des Sénateurs?

Parker Kelly pense être prêt à faire le saut chez les professionnels.

Pour cet attaquant qui a été nommé récipiendaire du trophée Jonathan-Pitre à titre de joueur le plus travaillant du camp de développement des Sénateurs pour une deuxième année de suite vendredi, il n’est pas question de retourner dans la LHOuest pour une cinquième saison à titre de joueur de 20 ans.

Le hockeyeur natif de Canmore, en Alberta, n’est pas un espoir aussi connu que les Drake Batherson, Logan Brown ou tous ceux acquis dans de gros échanges (Erik Brännström, Josh Norris, Vitalii Abramov, Jonathan Davidsson, etc.), mais il fait partie de l’organisation des Sénateurs depuis qu’il a été mis sous contrat en 2017, à titre de simple joueur invité non-repêché à un camp de développement.

Il a quand même retenu encore une fois l’attention des dirigeants de l’équipe, qui lui ont remis cet honneur – partagé l’an dernier avec Brady Tkachuk – à nouveau, une première à ce camp depuis les sélections successives de Mark Borowiecki en 2011 et 2012.

« Il a établi le standard chaque jour avec son éthique de travail, et il le fait depuis deux ans », a dit le DG Pierre Dorion pour expliquer sa sélection.

Baseball

Les Tyrans ratent leur première chance

Les Tyrans de Gatineau tentaient d’assurer leur place en demi-finale des championnats canadiens de baseball U21, vendredi soir.

Un peu plus et ça fonctionnait.

Ils ont fini par se buter à un adversaire très fort, offensivement.

Ils ont été battus 10-8 par les représentants du sud de l’Ontario, au parc Sanscartier.

« Pour vrai, c’est un des meilleurs matches que j’ai dirigé dans ma vie. Les gars se sont battus jusqu’à la fin. Cette défaite nous sera utile pour la suite. Nous savons ce que nous devons faire dans notre prochain match », explique le gérant gatinois, Mathieu Joly.

Parce que tout n’est quand même pas foutu pour les Tyrans. Ils obtiendront une deuxième opportunité de se qualifier pour le carré d’as. Ça va se décider samedi soir, dans le tout dernier match de la ronde préliminaire. L’équipe hôtesse se mesurera alors à l’équipe de la Saskatchewan.

En attendant, ils pourront se consoler en disant qu’ils ont offert une belle résistance à leurs derniers rivaux.

On dit que les Ontariens sont puissants, à l’attaque, et c’est vrai. Mais les Gatinois n’ont pas à rougir de leur performance.

Ils ont inscrit des points dans quatre de leurs cinq derniers tours au bâton.

Les frappeurs qui occupaient les deuxième, troisième et quatrième rangs de la formation offensive ont contribué six coups sûrs en 12 présences au bâton. Samuel Nadeau a connu une soirée particulièrement productive, avec un double, un triple et deux points produits.

Un des membres de l’équipe ontarienne, Nathan Picchioni, a claqué un coup de circuit bon pour deux points en première manche.

« Nous avons perdu par manque d’opportunisme. Nous avons commis quelques erreurs qui nous ont fait très mal. Nous avons aussi laissé une douzaine de coureurs sur les sentiers », note Joly.

« Mais nous avons affronté une super équipe, aussi. Je ne serais pas surpris de les voir atteindre la finale. »