Votre opinion

À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Un cafouillage

Je suis consternée du cafouillage de Caroline Mulroney sur les coupures aux Franco-Ontariens. 

Son père Brian Mulroney a tenu tête à l’apartheid en Afrique du sud... elle est incapable de défendre les francophones face à Doug Ford, un tyran ! Une honte ! 

Diane Lajoie, Orléans  


Qu’il parle à sa fille

Je demande une faveur à Brian Mulroney : parlez à votre fille. Je sais que Caroline doit suivre la ligne du parti, mais quand vient la survie du français en Ontario, il y a des limites. Qu’elle traverse l’Assemblée législative là où elle sera bien accueillie. 

Quelqu’un pourrait lui dire : Goodbye Charlie Brown !

Denis Gagnon, Orléans


Ce qu’on fait avec

Comme le répétait le député conservateur d’Orléans Royal Galipeau : « On a parlé français en Ontario avant l’Académie française à Paris en 1634 ! » Voilà plus de 400 ans. On va continuer après Doug Ford.  

Ce qui importe, ce n’est pas ce qui nous arrive, mais ce qu’on fait avec. Les grands projets commencent souvent modestement, se développent dans l’adversité et trouvent des solutions insoupçonnées. Le temps est le plus précieux allié. Cette pause dans l’élaboration de l’université entièrement de langue française offre d’étendre les soutiens et de mobiliser les appuis. 

Yolande Grisé, CM, professeure émérite, Université d’Ottawa, Vancouver 


Toujours dans mon cœur

Je remercie tout le travail de Bernard Grandmaître, Gisèle Lalonde, feu Michel Gratton, Denis Gratton et Madeleine Meilleur. Pourquoi ça recommence avec les conservateurs ? Je vis à Gatineau, mais je suis Franco-Ontarienne. J’ai toujours dans mon cœur ce que les Franco-Ontariens ont vécu. 

J’espère que Doug Ford perde comme Mike Harris.   

Diane Lacroix Marcoux, Gatineau

La caricature de Côté du 19 novembre 2018

La caricature de Côté du 19 novembre 2018

Votre opinion

Les Franco-Ontariens peuvent compter sur l’appui de notre gouvernement

OPINION / Le jeudi 15 novembre restera marqué dans la mémoire des Franco-Ontariens, des francophones et francophiles canadiens. Une journée sombre, alors que le gouvernement conservateur de l’Ontario a annoncé qu’il coupait dans les services aux francophones. Terminé, le projet d’Université de l’Ontario français. Fini, le Commissariat aux services en français.

Si j’écris aujourd’hui, c’est parce qu’en tant qu’élus, en tant que ministre responsable des Langues officielles dans mon cas, il est de notre devoir de prendre la parole lorsque la situation l’exige. C’est le cas ici. Les gestes posés envers la communauté franco-ontarienne sont lourds de sens. Ils sont inacceptables.

Votre opinion

Politique, populisme et Internet

OPINION / Avant tout, je veux remercier tous ceux et celles qui ont appuyé ma désignation comme récipiendaire de ce doctorat honorifique.

C’est vrai qu’au cours de ma carrière, j’ai eu la chance d’occuper des postes prestigieux. J’ai rencontré des personnes importantes. J’ai même reçu d’autres distinctions que celle qui m’est donnée aujourd’hui.