Votre opinion

La francophonie canadienne et le Québec: un avant et un après Doug Ford?

OPINION / Cinquante ans après les États généraux du Canada français et l’adoption de la première Loi sur les langues officielles au Canada, depuis le 15 novembre 2018, nous témoignons d’un renouveau du dialogue entre l’ensemble des francophones du Canada.

En simplifiant, rappelons que dès les débuts de la Confédération, des mouvements de solidarité entre le Québec et les francophones du pays ont marqué l’histoire du pays, que l’on pense à l’époque de Louis Riel, au Règlement 17, à la cause Montfort pour ne nommer que les plus connues. Sur le plan institutionnel, les gouvernements du Québec qui se sont succédé depuis les années 1960 ont aussi adopté des politiques d’appui aux minorités francophones du Canada.

Votre opinion

Jeux de la Francophonie 2021: n’ignorons pas l’importance de la diplomatie

OPINION / Depuis que la nouvelle a éclaté en décembre dernier concernant la montée en flèche des coûts associés à la tenue des Jeux de la Francophonie 2021 à Moncton, l’affaire a fait couler beaucoup d’encre dans les médias francophones du pays. Bien que cette polémique puisse être analysée sous plusieurs angles, la majorité des articles et des textes de réflexion sur le sujet se sont principalement centrés sur des arguments économiques et, dans une moindre mesure, politiques.

Toutefois, une autre perspective aussi importante doit absolument être prise en ligne de compte : celle de la diplomatie.

À l’ère de la mondialisation, la diplomatie est un outil puissant d’échanges sur les plans culturels, sociaux et économiques en plus de pouvoir faire entendre sa voix sur le plan international. L’Acadie ne dispose pas d’outils étatiques en matière de relations internationales.

Par contre, les aspirations acadiennes en matière de diplomatie se sont depuis longtemps manifestées par le biais de la Société nationale de l’Acadie (SNA), qui s’est vue investie de cette mission grâce à son histoire, sa ténacité, et surtout en ayant été reconnue par la France et plus tard la Belgique (ici, on pense notamment aux quatre grands Acadiens accueillis à Paris par le général de Gaulle comme des chefs d’État en 1968).

Quant à la province du Nouveau-Brunswick, elle fait partie de la « Francophonie » depuis 1977, date de son adhésion à l’Agence de coopération culturelle et technique (ACCT).

Cette prise de conscience provinciale était largement influencée par les « relevés de conclusions » signés entre la SNA et l’État français. Cette visite avait provoqué bien des remous à Fredericton et à Ottawa, certes.

Toutefois, elle a catapulté l’Acadie, et par extension la « situation acadienne », sur la scène internationale. L’Acadie, désormais, était invitée dans la cour des grands.Il va sans dire que le Nouveau-Brunswick a été admis à l’ACCT en grande partie grâce à l’influence de l’intelligentsia acadienne.

Ce n’est pas exagéré de croire que le Nouveau-Brunswick en doit beaucoup à l’Acadie, car sans elle, cette dernière n’aurait jamais été acceptée comme membre de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), organisme qui regroupe 88 États et gouvernements représentant plus de 900 millions d’habitants répartis sur les cinq continents.

Il est important de souligner ici que, du côté anglophone, le Nouveau Brunswick n’est pas membre du Commonwealth et que sa candidature serait très certainement jugée utopique.

Mais c’est toute la province qui bénéficie de sa place à l’OIF, car c’est la province et son drapeau qui y sont représentés. Oui, l’Acadie s’est montrée très courageuse, ambitieuse et déterminée en matière de francophonie internationale, et ce depuis des décennies.

Le président Jacques Chirac, lors de sa visite à Memramcook en 1999, a même souligné avec fierté que les Acadiens démontrent une « farouche détermination à demeurer eux-mêmes jusqu’à atteindre le statut de peuple ». Les visionnaires des actions et des initiatives de l’Acadie sur la scène internationale méritent tout notre respect, autant chez les francophones que chez les anglophones, car leur legs est énorme.

Les différentes ententes et échanges établies entre l’Acadie et divers pays de la Francophonie ont permis à des générations de boursiers à profiter d’occasions d’épanouissement professionnel, académique et personnel exceptionnels. Ces boursiers sont devenus, entre autres, nos gens d’affaires, nos médecins, nos leaders politiques.

Francophones et anglophones, peuvent aujourd’hui bénéficier de leur vision, leur engagement et leur contribution économique. La capacité financière du gouvernement du Nouveau-Brunswick limite très certainement nos aspirations internationales et cette réalité est la même pour les deux communautés linguistiques. Mais si le gouvernement du Nouveau-Brunswick se limite à la question financière pour analyser les coûts et les avantages des Jeux, ce sera le début de l’effritement non seulement de la place de l’Acadie sur la scène internationale, mais également de la place du Nouveau-Brunswick, et par extension des provinces atlantiques à l’intérieur de notre fédération canadienne.

Est-ce que notre statut en tant que « province pauvre » signifie que nous ne serons jamais dignes d’accueillir des événements d’envergure internationale sur notre territoire ? Vivons-nous dans un Canada à deux vitesses : un Canada où les provinces fortunées peuvent jouer sur la scène internationale et s’épanouir alors que les provinces dites « pauvres » sont condamnées à une éternelle gestion de décroissance ? En Atlantique, faisons-nous partie d’un Canada périphérique ?

La participation du gouvernement du Nouveau-Brunswick à l’Organisation internationale de la Francophonie est une occasion à ne pas manquer. Il faut la saisir pour l’ensemble des Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises, anglophones comme francophones.

Les Jeux de la Francophonie, s’ils ont lieu, seraient le plus grand évènement sportif et culturel que l’est du Canada ait connu. Demandons à nos gouvernements de voir les réels bénéfices de ces Jeux pour l’Acadie et pour le Nouveau-Brunswick, car c’est une occasion qui ne risque pas de se représenter de sitôt.

Robert Melanson est le président de la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick.

Votre opinion

Élection: la RDC n’est pas sortie du bois

OPINION / Les scrutins présidentiels, législatifs et provinciaux qui se sont tenus en République démocratique du Congo (RDC), le 30 décembre 2018, ont débouché sur l’élection du président de la République Félix Tshisekedi Tshilombo - fils de l’opposant historique, Etienne Tshisekedi, qui a combattu pendant 37 ans, tour à tour les dictatures de Mobutu, et Kabila père et fils.

Donné perdant, le candidat malheureux Martin Fayulu qui s’est classé deuxième, a saisi la Cour constitutionnelle pour contester les résultats des élections présidentielles. La Cour constitutionnelle devra statuer dans les jours à venir sur les contestations qui sont soulevées et autres irrégularités relatives aux élections, conformément à la réglementation en la matière.

Votre opinion

À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Facile! Les retirer!

Comment peut-on rendre les autobus à deux étages plus sécuritaires? Ne plus en acheter et retirer le plus rapidement possible ceux qui circulent en ce moment. 

Claude Robert, Gatineau