Jusqu’au 31 mai, l’Association francophone pour le savoir (ACFAS) tient son 87e congrès à l’Université du Québec en Outaouais.

Une première : l’ACFAS à l’UQO!

OPINION / Jusqu’au 31 mai, l’Association francophone pour le savoir (ACFAS) tient son 87e congrès à l’Université du Québec en Outaouais. Ce congrès est considéré comme le plus grand rassemblement scientifique de la francophonie. Près de 5 000 chercheurs et étudiants présenteront les résultats de leur recherche et de leur réflexion sous le thème «Engager le dialogue savoirs-société».

Depuis son origine, la mission de l’ACFAS a été de promouvoir la recherche et de stimuler la diffusion des connaissances. À cette fin, l’association a tenu son congrès annuel dans différentes universités. Depuis l’avènement de l’Université du Québec, le nombre d’universités éligibles s’est élargi. Ainsi, pour la première fois de son histoire, l’Université du Québec en Outaouais accueille cette année le congrès de l’ACFAS.

Les universités qui désirent recevoir le Congrès doivent démontrer qu’elles sont en mesure d’accueillir les chercheurs et de gérer les activités en vue de garantir son succès. Elles doivent surtout établir qu’elles peuvent en assurer la direction scientifique.

Pour cette raison, le comité scientifique est le cœur du congrès. Formé de chercheurs reconnus dans leur domaine, il est garant de la qualité de sa programmation scientifique. En suivant un processus rigoureux, le comité évalue les propositions de colloques et des communications libres tout en veillant à assurer une programmation riche et représentative de tous les secteurs de la recherche.

L’ACFAS offre une formule adaptée aux nouveaux chercheurs. Souvent, ce sera le premier exposé scientifique que les nouveaux chercheurs présenteront. L’ACFAS devient ainsi une occasion de formation visant à développer de façon pratique les habiletés de communication scientifique en vue d’une présentation formelle de travaux de recherche soutenue par l’utilisation de divers moyens techniques.

L’université hôte du congrès acquiert un rayonnement important. C’est l’occasion pour les chercheurs de se faire connaître, de mettre en valeur leurs recherches et leurs centres de recherche. Les chercheurs de l’Université du Québec en Outaouais y verront une occasion unique de faire rayonner leur université.

On estime que 10 % des congressistes proviendront d’une trentaine de pays francophones et francophiles. En plus des échanges et des discussions que cette rencontre scientifique permettra, les chercheurs auront aussi l’opportunité de tisser des liens en vue de collaboration future. Au-delà d’une simple diffusion du savoir, le congrès offre l’occasion de stimuler la circulation des savoirs au bénéfice de toutes les sociétés.

Le public a accès à des communications libres et orales offertes gratuitement qui couvrent les domaines les plus variés et dignes d’intérêt. En plus des quelque 200 colloques portant sur des sujets spécifiques, les organisateurs estiment que plus de 2500 communications seront présentées, et 100 panels de discussion organisés.

L’Université du Québec en Outaouais est l’hôte d’un événement scientifique d’importance auquel tout le monde est invité à participer : chercheurs, professeurs, étudiants, sans oublier le public en général. À nous tous d’en profiter! Bienvenue aux participantes et participants du 87e Congrès de l’ACFAS à l’UQO.

Ce texte est signé par l'Association des retraitées et retraités de l’UQO.