Vous avez été plusieurs à nous témoigner de votre soutien.

Une déferlante d'amour pour Le Droit

OPINION / Vous avez été plusieurs à nous témoigner de votre soutien. Voici quelques-uns des bons mots que nous avons reçu de votre part.

Je n’ai jamais eu de doute quant à l’attachement de la population de la grande région de la capitale au quotidien Le Droit. Mais depuis le début de la semaine, j’en ai une autre démonstration éclatante.

Vous êtes en effet des centaines à avoir pris le temps de m’écrire et un nombre incalculable d’autres à l’avoir fait auprès de mes collègues et à vous être exprimé par l’entremise des médias sociaux pour nous dire essentiellement que nous sommes incontournables dans votre journée et que vous ne pouvez imaginer une vie sociale, politique, culturelle, économique et sportive sans votre Droit.

En passant, excusez-nous, on ne fournit tout simplement pas à vous répondre et à vous remercier.

Nous en sommes convaincus, il y a un avenir pour Le Droit et pour l’ensemble des quotidiens rassemblés dans Groupe Capitales Médias. Le travail est déjà amorcé pour élaborer une solution durable.

Merci du fond du cœur à toutes celles et ceux qui ont pris le temps de nous écrire. Merci aux 108 personnes qui ont acheté un abonnement pour la première fois au cours des quatre derniers jours avec l’objectif de poser un geste concret pour nous aider.  Et à toutes celles et ceux qui nous ont demandé de leur offrir un moyen de contribuer sans recevoir une copie papier dont ils ne veulent pas parce qu’ils préfèrent nous lire par l’entremise d’Internet, nous aurons une réponse parfaite pour vous en début de semaine.

Pour l’instant, toute l’équipe du Droit puise de l’énergie dans cette grande vague d’amour que nous souhaitons voir se poursuivre pour démontrer à d’éventuels acquéreurs que la population est bel et bien derrière nous. Vous trouverez dans ces deux pages quelques exemples de ces témoignages. 

Continuer donc à nous transmettre vos messages via les médias sociaux #ledroitcontinue et à m’écrire : pnoreau@ledroit.com 

Pierre-Paul Noreau, Président et Éditeur, Le Droit

+

J’ai Le Droit de tatouer sur le cœur ! Vous êtes les « chiens de garde » de notre communauté. 

Vous défendez nos droits à l’information.

Vous faites un travail remarquable et indispensable!

Diane Céré, Gatineau

+

La région et le Québec ne peuvent se passer d’un journal aussi important que Le Droit. C’est un véhicule essentiel à notre démocratie. Nous devons être informés par des sources diverses et le Droit compte parmi les plus crédibles.

Je vous souhaite tout le succès que vous méritez, il faut collectivement sauver ce journal.

Denis Harrisson, recteur de l’Université du Québec en Outaouais

+

Je suis abonnée à votre journal.  Je crois beaucoup à la recherche sérieuse que vos journalistes font pour nous livrer des articles basés sur des faits véridiques.  

J’espère de tout cœur que les médias écrits continueront leur bon travail dans ce monde où l’instantané prend beaucoup de place parfois au détriment de la vérité. 

Bonne chance pour la suite.

Sylvie Arseneault

+

N'hésitez pas à utiliser le mot-clic #ledroitcontinue sur les réseaux sociaux.

Je souhaite vivement que le journal Le Droit continue sa mission longuement.  Je suis abonnée au journal imprimé de longue date et je suis d’avis que Le Droit est un outil essentiel pour la communauté francophone de la région d’Ottawa, de l’Est ontarien et de l’Outaouais québécois. 

Longue vie au Droit !

Diane Coudé, Ottawa

+

Je lis Le Droit tous les matins depuis 34 ans. J’ai commencé sur le papier et maintenant, je le lis sur ma tablette, partout dans le monde. 

Il me permet d’apprendre une nouvelle ou encore de l’approfondir. Il me permet de rester en contact avec ma ville, ma région, les humains que je côtoie, ma vie culturelle et sportive. 

J’en apprécie tous les journalistes, éditeurs, photographes et ... il faut trouver la façon non seulement de survivre, mais de rayonner. Je suis de tout cœur avec vous.

Louise Poirier, Présidente de la Fondation Santé Gatineau et ancienne conseillère municipale

+

Les médias de langue française font partie intégrante de notre identité comme francophones. Le Droit, plus particulièrement, est un pilier identitaire pour la région d’Ottawa-Gatineau et pour la francophonie ontarienne en général. 

Si nous devions en venir à perdre Le Droit, nous perdrions un merveilleux outil de développement de notre collectivité. Mais je demeure optimiste. 

Après tout, l’avenir n’appartient-il pas à ceux et celles qui luttent ?

Benoît Pelletier, professeur à la Faculté de droit civil de l’Université d’Ottawa et ancien ministre

+

Je vous appuie : C’est notre quotidien que j’ai hâte de lire chaque matin en prenant mon café! J’aime le papier journal car je peux relire les infos sans ouvrir mon ordi. 

J’encourage nos journalistes à ne pas lâcher comme ils l’ont fait pour SOS Montfort, le bilinguisme officiel à la Ville d’Ottawa, SOS Vanier etc. La survie de la Francophonie en dépend partout au Canada. 

Longue vie au Groupe Capitales Médias. Le Droit fermé, jamais !

Denise Beauchamp, Franco-Ontarienne, militante pour le respect des communautés francophones en démocratie. 

+

Plus qu’un moyen de communication, Le Droit est essentiel en Outaouais car les enjeux ici sont importants et complexes.

L’Outaouais est beaucoup plus que la banlieue de la Capitale du Canada. Région du Québec éloignée de sa Capitale, l’Outaouais est riche de ses talents, mais pauvre en infrastructures. 

Le Droit est important pour permettre à l’Outaouais de développer ses services en éducation, en santé, en transport, en tourisme et dans le secteur culturel.

On compte sur Le Droit et Le Droit doit pouvoir compter sur l’Outaouais. Un déménagement en Outaouais permettrait peut-être le renforcement d’un lien organique plus fort et une baisse importante de vos coûts de fonctionnement ?

Bonne réflexion et bon vent.

Denis Carrier

+

J’appuie votre journal Le Droit, chaque matin avec mon café, j’ouvre mes courriels pour trouver le journal Le Droit. Merci ! J’adore la version courriel. 

Ginette Delisle

+

Depuis plus de quarante ans, nous sommes abonnés au journal Le Droit. Pour nous sa survie est plus qu’importante. 

S’il venait qu’à disparaître où aurions-nous accès aux nouvelles régionales ? Bonne chance !

Claire Genesse

+

Nous pensons à vous ici! Voir notre clin d’œil à votre équipe sur la photo en pièce jointe. 

Bonne chance pour la suite !

Nadine Miron, Technologue en architecture, LaVérendrye Construction

+

Le Droit a non seulement le droit, mais le devoir d’exister. Comme des milliers de lecteurs et lectrices assidus(es), je ne peux concevoir la disparition de notre institution. 

Mes grands-parents étaient abonnés au Droit, tout comme mes parents et j’y suis rattachée depuis près de cinquante ans. 

Notre journal est une source unique pour l’information régionale, nationale et internationale, ainsi que pour les reportages sur la culture de notre milieu et les sports d’ici et d’ailleurs.  

Je crois fermement que Le Droit est le plus sûr garant de la sauvegarde de notre patrimoine et de notre langue.

Michelle Groulx Doepner