Denis Tassé, candidat à la mairie de Gatineau.

Une continuité, vers une saine gestion

D’abord, merci au journal Le Droit et à l’éditorialiste Pierre Jury d’avoir reconnu ma contribution importante pour une saine gestion financière de la Ville de Gatineau (« La métamorphose de Denis Tassé », 7 octobre).

Depuis 2009, je suis au centre des grandes orientations de la Ville de Gatineau. J’ai mis en place la réserve cycle de vie de même que la taxe dédiée aux infrastructures. J’ai également été directement impliqué pour le financement du développement du centre-ville et la création de la commission de révisions des dépenses et des services.

Nous avions des sous mais durant le dernier mandat, nous avons été incapables de nous organiser. Seulement 49 % des travaux prévus ont été réalisés en 2017, alors que nous étions à 86 % en 2013. Plus de 20 postes au département d’infrastructure sont vacants. Par exemple, les travaux pour corriger le problème de l’eau jaune sont déjà retardés d’un an.

J’ai annoncé que si j’étais élu maire de Gatineau, je suspendrais la taxe dédiée pour un an, pas que je l’annulais. Celle-ci sera réinjectée lors des deux dernières années du mandat, non pas par une taxe dédiée, mais bien par un montant équivalent provenant des travaux de la commission de révision des dépenses.

En ce qui a trait au pavage des rues de nos quartiers, il s’agit pour moi d’un service de proximité essentiel pour 100 % des Gatinoises et des Gatinois. Ne pas agir, c’est ne pas répondre aux priorités des citoyennes et des citoyens et de repousser le problème à plus tard. Le 108 millions $ pour le pavage des rues de quartier est nécessaire.

Il est important de clarifier que 60 % de nos rues sont des rues de quartiers, ce qui représente 1377 kilomètres. Normalement, une rue est repavée à chaque 25 ans, alors que le changement des égouts et aqueducs se fait idéalement aux 75 ans. Il est donc évident que dans la planification des travaux, cet élément sera considéré.

Je tiens à préciser que tous les budgets et les autres travaux prévus au niveau des collectrices ou des artères, incluant la rue Notre-Dame et le boulevard Saint-Joseph seront maintenus. Il faudra toutefois revoir les échéanciers selon une analyse de l’état de la situation. À noter que la taxe dédiée en 2021 est justement pour ce type de travaux.

Pour connaître le succès que nous n’avons jamais eu, il faut oser faire des choses que nous n’avons jamais faites !

L'auteur est Denis Tassé, candidat à la mairie de Gatineau.