Un vote stratégique pour une voix plus «solidaire»

Le 31 août 2012, des péquistes comme le candidat dans Hull Gilles Aubé lançaient un «appel aux progressistes de l'Outaouais» afin qu'ils se rallient derrière le Parti québécois.
La culture de leurs militants en Outaouais en est une de partisans assiégés. Ne profitant pas de la faveur de l'électorat depuis des décennies, lorsque le PQ a des chances de gagner, ces gens se lancent dans la bataille têtes baissées. Que dire en 2014 lorsqu'il s'agit de sauver un gouvernement du PQ!
Alors on nous dira qu'il faut maîtriser l'art du « possible ». Du pas « possible » de bloquer la hausse d'électricité, du pas « possible » de geler les frais de scolarité, du pas « possible » de maintenir les garderies à 7$, du pas « possible » d'abolir la taxe santé, du pas « possible » de stopper la fracturation de l'île d'Anticosti... sur la même rengaine de l'indépen«dan$e» héréditaire, par surcroît! Le suicide d'une nation moderne!
Ouvrir la bonne porte
Nous demandons à l'électorat progressiste de l'Outaouais de montrer, dès maintenant, la bonne porte à ouvrir lors du prochain scrutin s'ils maîtrisent « l'art du possible » et sont « réalistes » : un vote stratégique qui nous donnerait une voix plus «solidaire» à Québec.