Des élus réclament la participation financière du gouvernement fédéral dans projet de boucle ferroviaire.
Des élus réclament la participation financière du gouvernement fédéral dans projet de boucle ferroviaire.

Un projet de tramway pas comme les autres, au coeur de la capitale

À vous la parole
À vous la parole
La semaine dernière, le député gouvernemental fédéral d’Hull-Aylmer s’est fait le porte-voix d’un projet de boucle ferroviaire dans la région de la capitale fédérale. Si ce projet ne correspond pas exactement à ce que la Ville a proposé jusqu’ici, il n’est pas en contradiction. Il partage les mêmes objectifs.

Nous saluons l’ambition et la vision dont fait preuve le député, qui a déclaré que « la vision, c’est que le fédéral assumerait entièrement les coûts de construction de la boucle et que, par la suite, il y aurait une entente avec la Société de transport de l’Outaouais (STO) pour qu’elle exploite l’infrastructure. La boucle représenterait la portion transport interprovincial du projet de tramway de Gatineau et le transport interprovincial, c’est une compétence entièrement fédérale qui doit donc être financée par le fédéral. » Au sujet de la portion québécoise, il a appelé son gouvernement à payer sa part du projet tout en réitérant qu’il doit aussi financer « complètement les travaux de la boucle ».

Nous partageons tout à fait l’avis du député gouvernemental.

En plus de son caractère interprovincial, le projet de tramway se déploiera au cœur de la capitale du Canada, et une part importante des utilisateurs de ce corridor sera constituée des employés de la fonction publique fédérale. Ils forment une grande partie des utilisateurs qui attendent aujourd’hui dans des autobus faisant la queue sur le pont du Portage et sur la rue Wellington, à Ottawa, matin et soir. Avec ce projet, ils verront leur qualité de vie améliorée. Pour ces raisons, le gouvernement fédéral doit non seulement s’engager financièrement dans ce projet, mais il doit s’y engager de façon plus importante pour assurer sa réalisation.

C’est précisément le problème à l’heure actuelle. Ce qui menace la réalisation même du projet, c’est l’absence d’engagement de la part du gouvernement fédéral, qui ne rend disponibles que 173 millions $ pour un projet de plus de 2 milliards $. C’est insuffisant.

Alors que la Ville d’Ottawa se prononcera sous peu sur la portion du projet qui passera sur son territoire, il est urgent que la volonté du député d’Hull-Aylmer d’élargir la portée du projet et de voir son gouvernement jouer un rôle décisif en matière de financement se transforme en engagements concrets de la part de son équipe, en particulier de la ministre des Infrastructures et des Collectivités, qui connaît bien l’importance du transport collectif dans la lutte aux changements climatiques.

Le gouvernement du Québec et la Ville de Gatineau vous le disent aujourd’hui : l’Outaouais et la région de la capitale du Canada méritent ce projet.

Et l’Outaouais et la capitale fédérale méritent que le gouvernement du Canada, qui a fait de l’environnement et du développement durable une priorité, prenne des engagements pour le réaliser.

François Bonnardel, ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie

Mathieu Lacombe, ministre de la Famille et ministre responsable de la région de l’Outaouais

Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau