Gilles LeVasseur

Trudeau et les minorités linguistiques

L'élection du gouvernement libéral inaugure une nouvelle vague d'espoir pour l'épanouissement des minorités de langues officielles au Canada. Le Parti libéral a historiquement maintenu une relation privilégiée auprès de ces derniers, car ils représentent un idéal d'un Canada bilingue où la dualité linguistique est une norme fondamentale de l'identité canadienne.
Les francophones hors Québec ont des attentes élevées face au nouveau gouvernement, mais celles-ci ne pourront être comblées aussi rapidement que désiré. Au départ, il est nécessaire d'afficher une volonté d'écoute et d'espoir. La mise en oeuvre de la Feuille de route est la première étape dans l'établissement de relations fructueuses entre les deux parties.
Il est aussi nécessaire de mieux définir la politique d'immigration du Canada, dont les niveaux de nouveaux arrivants pouvant s'exprimer en français afin d'assurer une vitalité à long terme aux communautés minoritaires. La dualité linguistique peut seulement exister que s'il y a un minimum d'individus partageant le français au quotidien. L'égalité des deux communautés linguistiques est un idéal qui est toujours en construction à travers le Canada et nous ne devons pas y renoncer malgré les difficultés et les embûches.
De plus, il faut encourager les relations privilégiées entre le fédéral et les provinces afin d'accentuer la coordination entre les ordres de gouvernement. L'adhésion de l'Ontario à la Francophonie est un exemple où le fédéral doit appuyer les démarches provinciales.
Un jour, le fédéral et l'Ontario discuteront de l'enchâssement des droits des Franco-ontariens, un geste essentiel à la promotion de l'identité canadienne et du respect de nos valeurs fondamentales.