Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le gouvernement du Québec aussi doit être remercié, lui qui fait de son mieux et qui doit naviguer entre les plus prudents et les plus enthousiastes. 
Le gouvernement du Québec aussi doit être remercié, lui qui fait de son mieux et qui doit naviguer entre les plus prudents et les plus enthousiastes. 

Tellement pas besoin d’une nouvelle chemise

Benoît Mercille
Benoît Mercille
Saint-Augustin-de-Desmaures
Article réservé aux abonnés
POINT DE VUE / Depuis quelques jours, le nombre de personnes infectées par la COVID-19 diminue progressivement au Québec, nous offrant l’espoir d’un avenir plus agréable à moyen terme. Remercions donc les Québécois qui ont respecté les consignes, les équipes assignées à la vaccination ainsi que les scientifiques qui ont développé des vaccins efficaces.

Le gouvernement du Québec aussi doit être remercié, lui qui fait de son mieux et qui doit naviguer entre les plus prudents et les plus enthousiastes. 

Ses prochaines décisions porteront sur les étapes risquées du re-déconfinement. Personnellement, je ne voudrais pas être à sa place, mais j’y vais tout de même d’un conseil de gérant d’estrade.

Mardi, lors de son point de presse, le premier ministre Legault a énoncé que son gouvernement travaillait avec la Santé publique à une séquence de déconfinement. J’espère que dans cette séquence, le besoin de socialisation sera priorisé au détriment du commerce de consommation. J’ai tellement plus besoin de rencontrer mes amis et ma famille que d’aller m’acheter une nouvelle chemise.

Je rêve du moment où il sera possible de recevoir quelques amis ou les membres de ma famille à souper. Et il m’apparaît bien moins risqué de propager un virus en accueillant quelques personnes fiables chez moi (dont probablement 33% seront vaccinés) qu’en me promenant dans un centre d’achats bondé.

Je suis un citoyen moyen ; je ne fais pas partie d’une grande association, d’une chambre de commerce ou d’un syndicat. Cette lettre d’opinion est mon lobbyiste. J’espère que nos décideurs lui accorderont une certaine attention.