Lors de l’adoption du budget 2019 de la Ville de Gatineau, le 11 décembre dernier, la conseillère Louise Boudrias a tenté de susciter une réflexion sur la masse salariale.

Se comparer aux meilleurs

OPINION / Lors de l’adoption du budget 2019 de la Ville de Gatineau en séance du conseil municipal tenue mardi le 11 décembre dernier, j’ai tenté de susciter une réflexion sur la masse salariale. Nous devons entreprendre une réflexion éclairée sur la part qu’occupe la masse salariale sur le budget global de la ville de Gatineau.

Cette part occupe plus de 47 % du budget municipal. Les villes de Montréal et Québec ont fait un travail important afin de réduire leur masse salariale.   

Lorsque je fais des comparables, je me compare toujours aux meilleurs. Les chiffres que j’ai utilisés pour faire valoir mon point sont exacts, ils sont présentés sur les différents sites Internet des villes de la même façon que Gatineau présente son budget sous l’onglet masse salariale.

Je suis vraiment déçue de constater qu’il est de plus en plus difficile de susciter des réflexions et des débats sous l’administration Pedneaud-Jobin.  

Depuis plusieurs années, à chaque fois que j’ai voulu obtenir de l’information sur la masse salariale, la réponse a été qu’il n’était pas possible de faire ce type de comparable.  Et voilà que le messager du maire reçoit de l’information, non pas pour la partager à l’ensemble du conseil, mais pour tenter d’attaquer ma crédibilité.  Il a de plus le culot de faire une référence à une étude du HEC, sans encore une fois la présenter au conseil municipal, tout cela sous l’approbation du maire.  Eh bien, cette étude fait référence au budget de 2014 et non à celui de 2016 et qu’au niveau de la masse salariale, on s’attarde au salaire moyen et non au pourcentage de la masse salariale.  Dans cette étude, on y apprend également que la ville de Gatineau se situe au 8e rang sur 10 des municipalités de 100 000 personnes ou plus au Québec pour le coût moyen des services offerts aux citoyens.  

En espérant que le conseil municipal aura la sagesse de débattre de ce point important en public au cours des prochains mois.

L'auteure du texte est Louise Boudrias, conseillère municipale à la Ville de Gatineau