Les jeunes francophones se disent attachés à la langue parlée localement. En contrepartie, des moins jeunes et des personnes attachées à la langue soignée trouvaient ces mots plutôt gauches.

«Right fiers»: la francophonie en slogans

Personne n’est resté indifférent au slogan que les jeunes francophones ont choisi pour exprimer leur fierté à l’occasion des Jeux de la Francophonie canadienne tenus à Moncton-Dieppe au Nouveau-Brunswick en juillet dernier.

Les jeunes se disaient « right fiers » exprimant leur attachement à la langue parlée localement. En contrepartie, des moins jeunes et des personnes attachées à la langue soignée trouvaient ces mots plutôt gauches.

En Acadie, les positions des uns et des autres étaient bien campées, voire irréconciliables. Les détracteurs semblaient soulagés que l’événement ait pris fin.

Mais voilà que d’autres intervenants de la francophonie canadienne, par l’entremise des réseaux sociaux, ravivent le débat en s’appropriant « right fiers ». Ces mots réapparaissent ça et là. Les uns crient victoire et les autres se crispent davantage.

Pour mieux comprendre, il est important de contextualiser. 

Le rapport à la langue française, pour de jeunes acadiens et francophones en milieu minoritaire, est très complexe. Il s’apparente à une relation d’amour-haine. S’opposent ainsi l’identité culturelle reçue en héritage des parents et la volonté individuelle du jeune d’exprimer sa propre identité comme bon lui semble.

Certains ont du mal à saisir que le slogan est revendicateur. Il est même affirmatif pour des jeunes dont l’identité francophone, contexte fortement minoritaire oblige, est presque minutée. Cette identité s’exprime en public au compte-gouttes et risque de s’aplatir sous la pression d’un milieu anglicisant. Les jeunes s’approprient le français à leur façon, dans une langue qu’ils parlent entre eux. Ces mots expriment même la résilience identitaire de certains milieux.

Par contre, le slogan est source d’inquiétude s’il en vient à déborder l’Acadie du sud-est ou l’affirmation de la jeunesse. Ces mots semblent mal adaptés à représenter toute la diversité, la complexité et la richesse linguistique de la francophonie canadienne. Les francophones peuvent être solidaires des jeunes sans vouloir niveler par le bas ou céder le pas à l’anglais.

Quelque part au milieu

Comment dénouer l’impasse ? Un espace mitoyen se situe quelque part dans l’atténuation des positions de chacun.

D’une part, les opposants du « right fier » doivent savoir que les positions rigides ou autoritaires risquent d’avoir un effet pernicieux : celui de faire fuir les jeunes dont la francophonie a grand besoin. N’y aurait-il pas différentes façons d’exprimer ou de mousser la fierté ? L’ouverture d’esprit à l’égard de ce slogan peut se justifier si elle s’inscrit dans un élan inclusif qui rejoint les jeunes et les invite à raviver la francophonie.

D’autre part, les jeunes doivent comprendre qu’ils sont les produits d’une culture qui les précède et les englobe. Il y a eu des combats générationnels épiques pour préserver la langue et les écoles qu’ils fréquentent. Les jeunes peuvent bien sûr développer un projet à leur image. Cette mouvance doit cependant s’accrocher à celui de l’ensemble de la communauté. Les jeunes n’ont pas intérêt à faire fi du passé ou à renier leur francité.

Les projets d’affirmation identitaire requièrent de solides assises linguistiques. Les francophones veulent créer des espaces de vie en français et contrer l’assimilation. En pareille circonstance, ne pourrait-on pas se dire : franco fiers, franchement fiers ou franco-frénétiques ?

D’autres slogans pourraient tout aussi bien exprimer la fierté française en Atlantique : l’Acadie insulaire d’aller ; em-Brayons ; c’est Clare comme l’eau de roche. Ailleurs au Canada on pourrait se rallier en disant : Franco-Ténois et vous font nous ; Franco-Manitobain : de Riel à aujourd’hui ; gardons le franco-fil des idées.

Quel slogan adopterait votre communauté ?

L'auteur est Ricky G. Richard, Collaboration spéciale