Québécois, Montréalais...

Très décevant qu'en aucun temps, les thèmes de la francophonie canadienne et de la vitalité linguistique n'ont été abordés au cours du débat en français. Pire, les chefs ne s'adressaient qu'aux «Québécois», «Montréalais» et «au Québec». Pour un débat produit par Radio-Canada et diffusé d'un océan à l'autre, ils ont manqué leur chance de démontrer l'importance de la francophonie canadienne. Quoi qu'il aurait peut-être fallu également une question à ce sujet... Des gens qui prétendent à la fonction de premier ministre du Canada devraient contribuer à l'essor du français au pays, l'une des deux langues officielles.