«Le Regroupement provincial des comités des usagers s’explique mal les raisons qui rendent aussi complexe l’accueil des proches aidants en CHSLD», écrit Patricia M. Gagné, directrice générale du Regroupement provincial des comités des usagers.
«Le Regroupement provincial des comités des usagers s’explique mal les raisons qui rendent aussi complexe l’accueil des proches aidants en CHSLD», écrit Patricia M. Gagné, directrice générale du Regroupement provincial des comités des usagers.

Pourquoi est-ce compliqué d’accueillir les proches aidants en CHSLD?

POINT DE VUE / Le Regroupement provincial des comités des usagers (RPCU) s’explique mal les raisons qui rendent aussi complexe l’accueil des proches aidants en CHSLD. Alors que des établissements ont commencé à accueillir, informer, former et accompagner les proches aidants qui désirent soutenir un résident vivant en CHSLD, d’autres semblent démunis face à l’arrivée de ceux-ci. Pourtant, l’assouplissement des directives ministérielles est connu depuis un certain temps. On peut croire que tous les établissements pouvaient anticiper l’éventuel retour des proches aidants dans les milieux de vie de type CHSLD, RPA, RI, etc.

Encore plus surprenant, le RPCU constate que le ministère de la Santé a choisi de ne pas inclure d’assouplissement permettant aux proches aidants de personnes vivant avec un handicap ou ayant des besoins particuliers visant à accompagner celles-ci lors de rendez-vous médicaux, de suivis à l’hôpital ou lors de leur convalescence après une chirurgie. Pourtant, le droit d’être accompagné et d’être assisté est reconnu par la Loi sur les services de santé et les services sociaux (LSSSS) du Québec.

Pensons aussi aux personnes malentendantes qui comptent sur un accompagnateur pour «traduire» les propos d’un médecin, aux jeunes vivants avec une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme qui doivent être accompagnés d’un proche pour des diagnostics ou des traitements, aux personnes ayant des troubles de la communication les empêchant d’exprimer seules leurs symptômes et leur problème de santé au personnel médical, ou encore aux personnes ayant une déficience visuelle qui nécessitent un accompagnement pour les guider à l’intérieur des installations et les aider quand vient le temps de signer des formulaires et des consentements et finalement aux personnes en convalescence qui sont clouées au lit à la suite d’une chirurgie. Les exemples où le soutien des proches facilite les traitements et la guérison sont nombreux. Il est important de reconnaître leur apport et de leur permettre de jouer leur rôle de soutien auprès des usagers du réseau de la santé et des services sociaux qui comptent sur eux.

Des services de santé justes et équitables pour tous, voilà ce que souhaite le Regroupement provincial des comités des usagers. Les usagers du réseau de la santé et des services sociaux ont des droits, il faut s’en rappeler et les appliquer.

Le RPCU, les comités des usagers et de résidents sont de tout cœur avec les usagers, les résidents et leurs proches en cette période de crise. Nous voulons également remercier le personnel des établissements de santé et de services sociaux pour leur engagement indéfectible envers les usagers et leurs proches sans oublier les nombreuses personnes qui ont décidé de venir prêter main-forte à ce défi humanitaire au bénéfice des personnes les plus vulnérables de notre société.

Continuons à être solidaires pour que la vie reprenne son cours.