François Boileau occupait le poste de commissaire aux services en français de l'Ontario depuis une douzaine d'années avant de voir son poste être aboli par le gouvernement Ford.

Pour une grève du zèle linguistique au fédéral

OPINION / On ne dira jamais assez à quel point l’attaque récente du Gouvernement Ford-Mulroney contre les Franco-Ontariens est scandaleuse. Ce gouvernement annonce la fin du rêve des francophones de l’Ontario d’avoir leur première vraie université explicitement créée par et pour les Franco-Ontariens. La communauté franco-ontarienne s’était réjouie l’an dernier de cette annonce, elle qui luttait depuis plus de 40 ans pour la création de cette institution.

Quelques voix discordantes, la mienne principalement, jugeaient que le projet était dérisoire par rapport aux besoins de la communauté, que le principe du « par et pour » devait être élargi à l’ensemble des institutions universitaires bilingues (université d’Ottawa, université Laurentienne et université de Sudbury, université St-Paul, ainsi que le Collège Dominicain), comme il l’avait été pour les collèges (La Cité à Ottawa et Boréal dans le nord de l’Ontario). 

En d’autres termes, ce que vient de tuer dans l’œuf le gouvernement Ford, ce n’était pas la création d’une McGill française à Toronto, mais un minuscule campus pour 300 étudiants.

Il faut savoir que le gouvernement Ford-Mulroney a aussi éliminé le poste de commissaire aux services en français. Cette décision est absolument odieuse, pour deux raisons. 

D’abord, François Boileau, celui qui occupait le poste de commissaire depuis une douzaine d’années, était l’incarnation même du bon-ententisme pragmatique, au sens le plus noble et exact de ce terme. Pour un maigre 3 millions $ par année, sa petite équipe intervenait ici et là, parlait à un sous-ministre, trouvait les moyens d’améliorer l’accessibilité aux services en français pour madame Chose ou monsieur Untel. Avez-vous entendu parler d’une crise linguistique en Ontario depuis une quinzaine d’années? Non? Vous pensez que c’est un hasard? Le prix de la paix linguistique en Ontario, c’était «dirt cheap».

Ni Doug Ford, ni Andrew Scheer (qui joue aujourd’hui exactement le même rôle que Borden pendant la crise du règlement 17 en refusant d’intervenir dans les affaires d’un État provincial), ne se trompent : il est toujours payant politiquement au Canada de se comporter en « mange-canayen ». Pendant que les francophones se déchirent la chemise d’indignation, le reste du pays n’est même pas au courant qu’il se passe quelque chose dans la tribu franco. Sauf peut-être, évidemment, pour la base du parti conservateur, qui, sauf pour une courte période pendant les années 1980, n’a jamais renié son passé orangiste, et qui applaudit aujourd’hui à l’annonce de cette mesure inique sur tous les forums de discussion cybernétiques. 

Alors que faire? 

Aller devant les tribunaux? Est-ce là notre seule option? 

Et si on se mettait plutôt à exercer nos droits linguistiques en solidarité avec nos frères franco-ontariens et nos sœurs franco-ontariennes? Les ponts de la région de l’Outaouais apportent chaque jour vers la capitale canadienne des dizaines de milliers de fonctionnaires francophones qui n’exercent pratiquement jamais leur droit de parler français au travail. Pourquoi? Essentiellement parce qu’à peu près tous les employés fédéraux de langue maternelle française parlent aussi l’anglais, un bilinguisme qui n’est pas aussi répandu chez nos amis du Canada anglais. Tous les fonctionnaires francophones du pays connaissent cette blague : comment appelle-t-on un anglophone et dix francophones dans une salle de réunion : dix anglophones. Si, plutôt que de laisser nos droits linguistiques à la maison, on les apportait au bureau, peut-être que les membres de la majorité linguistique du pays apprendraient ainsi que nous existons. 

À partir de maintenant, faisons la grève du zèle linguistique : avec nos supérieurs, dans nos communications écrites, dans la préparation de documents, de mémoire, avec nos collègues, dans les salles de réunion : ça se passe uniquement en français. Peut-être qu’ainsi, les plus hauts échelons de l’appareil fédéral comprendront qu’ils ont intérêt à faire comprendre à Rob Ford que le français au Canada, ça ne se réduit pas à apprendre à chanter « gentille Allouette » en troisième année du primaire.

L'auteur est François Charbonneau, professeur à l'École d’études politiques de l'Université d’Ottawa.

*Cette lettre a été publiée dans l’Encyclopédie de l’Agora.