Maryse Gaudreault aurait déclaré qu’elle n’a « pas eu à travailler très, très fort » pour convaincre sa collègue au Tourisme, Julie Boulet, d’accorder un financement à la toute première édition de cet événement.

Pour les Mosaïvernales, c’est facile !

OPINION / Les Mosaïvernales de Gatineau obtiendront une aide financière de 335 000 $ du gouvernement du Québec (« Un coup de pouce pour les Mosaïvernales », Le Droit, 20 janvier). Selon l’article de la journaliste Justine Mercier, la députée de Hull Maryse Gaudreault aurait déclaré qu’elle n’a « pas eu à travailler très, très fort » pour convaincre sa collègue au Tourisme, Julie Boulet, d’accorder un financement à la toute première édition de cet événement.

Sans remettre en question l’importance de cette contribution pour le développement touristique de l’Outaouais, Logemen’occupe trouve scandaleux que des organismes de défense collective des droits, dédiés à l’amélioration des conditions de vie des citoyens démunis, ne puissent pas obtenir si facilement et rapidement un financement aussi important. 

Rappelons que ces organismes n’ont jamais vu leur financement bonifié depuis 15 ans, et ce, malgré les nombreuses demandes adressées à l’ensemble des députés libéraux de l’Outaouais. En fait, ce financement n’a à peu près pas bougé depuis l’adoption de la politique gouvernementale sur l’action communautaire de 2001.

La moyenne de financement des organismes en défense collective des droits se situe autour de 55 000 $ et l’un d’eux ne reçoit que 30 000 $ de subvention. Les impacts du sous-financement engendrent de l’insécurité et l’absence de fonds de pension pour les employés, de la surcharge de travail, des coupures d’heures travaillées, de l’insécurité pour les personnes qui font appel à nos services, la perte d’expertise dans les organismes qui en plus, empêche d’assurer une présence continue et crédible dans le milieu, des fermetures temporaires d’organismes comme a dû surmonter récemment la Table ronde des organismes volontaires d’éducation populaire de l’Outaouais (TROVEPO).

La politique gouvernementale de l’action communautaire affirme que « les organismes de défense collective des droits jouent un rôle de chien de garde des droits et leur fonction de critique se trouve ainsi protégée.». En créant le programme de soutien aux organismes de défense des droits, le gouvernement reconnaissait leurs rôles et s’engageait à assurer leur pérennité.

Depuis les 20 dernières années, le travail acharné de Logemen’occupe a contribué à la mise sur pied de plusieurs OSBL d’habitation tels que Mon Chez Nous, les Œuvres Isidore Ostiguy, les Habitation Unies-Vers-Toît. Il a également été l’instigateur du Regroupement des OSBL d’habitation et d’hébergement avec soutien communautaire en Outaouais (ROHSCO). Logemen’occupe a aussi été l’instigateur du Collectif régional de lutte à l’itinérance en Outaouais (CRIO) et un acteur majeur dans la lutte à l’itinérance qui a permis la création en Outaouais de l’enveloppe régionale de la Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance (SPLI), un programme fédéral visant à prévenir et à contrer l’itinérance.

Logemen’occupe a également contribué de façon importante à la mise sur pied de la Commission permanente sur l’habitation de la Ville de Gatineau, de sa Politique d’habitation, de sa Politique de la salubrité, de sa Politique de développement social et communautaire, de sa Politique de cueillette des biens mis sur le carreau, des mesures d’urgence pour les ménages à la rue, et du Fonds de développement du logement social à Gatineau. 

Il a été un des rares acteurs ayant contribué au fait que Gatineau soit reconnue comme mandataire de la Société d’habitation du Québec afin d’accélérer la livraison des projets de logement social et communautaire. 

Logemen’occupe offre également des services d’information juridique et de l’accompagnement auprès des locataires qui éprouvent des problèmes avec leur propriétaire. Nous offrons 12 logements permanents meublés avec soutien communautaire à des personnes seules et fragilisées. Et nous gérons aussi six unités de dépannage meublées et équipées pour des familles et des jeunes sans-logis. 

Daniel Dutton, chercheur post-doctorant spécialisé en politiques publiques et en économie à l’Université de Calgary, a estimé dans le Journal de l’Association médicale canadienne, que cet apport concerté des groupes en défense collective des droits a un plus grand impact sur la santé que les dépenses dans les systèmes de santé eux-mêmes. Chaque augmentation de 1 % des dépenses sociales fait reculer de 0,1 % la mortalité prématurée et fait augmenter de 0,01 % l’espérance de vie.

Considérant cet apport aussi important de ces organismes œuvrant en Outaouais, celui-ci ne mériterait-il pas une contribution financière aussi significative et urgente que celle dédiée aussi rapidement à la toute première édition de ces Mosaïvernales ?


François Roy,

Coordonnateur de Logemen’occupe