Pontiac dit oui aux GPS, non aux parcs

En mai, plusieurs résidents ont demandé au conseil municipal de Pontiac d'aménager les parcs prévus au budget 2014. Le maire a répondu que l'argent n'était plus disponible et que les projets ne pourraient être réalisés dans un avenir rapproché.
À la même séance, la dépense non budgétisée pour l'installation de GPS dans les véhicules de la municipalité a été imputée au fonds de roulement. La somme s'élève à 26100$ pour une location de trois ans. La municipalité croit qu'elle réalisera des gains de productivité supérieurs à l'investissement.
Faut-il conclure que l'investissement dans les aires de jeux pour les enfants, les garderies en milieu familial et les familles n'offrent aucun retour intéressant aux yeux des élus?
Le 8 juillet, les résidents du projet Bellevue ont déposé une pétition redemandant que leur parc soit aménagé. Le coût est estimé à 21000$. Au moins 90 enfants de 6 ans et moins vivent dans le projet et ils ne devraient pas faire les frais d'une erreur administrative.
La réponse du maire a une fois de plus été sans équivoque: pas question avant que les sommes soient disponibles dans le fonds prévu à cette fin. Il refuse aussi de les réaliser dans l'éventualité d'un surplus budgétaire.
Nul ne peut prédire quand ces parcs verront le jour. Un fait est certain, les résidents devront s'armer de patience... ou d'impatience.
Les 45000$ pour l'aménagement des trois parcs sont un investissement, pas une dépense. Ceci équivaut à 0,0066% des revenus anticipés du budget 2014. Le centre communautaire du quartier six est grand comme un mouchoir de poche. Le budget 2014 est de 340$, ce qui est peu, mais à la hauteur de sa dimension et des possibilités d'utilisation qu'il offre. Le budget pour les centres communautaires du village de Quyon est de 33349$ et de 31598$ pour celui de Lusk-ville.
Le développement domiciliaire des dernières années s'est principalement fait dans le quartier six et a attiré plusieurs jeunes familles. La demande pour l'aménagement de ces parcs n'est pas exagérée ni infondée. Il ne s'agit pas ici de réclamer la parité mais simplement l'équité!