L'été dernier, le premier ministre du moment, Stephen Harper, avait conclu un accord de libre-échange avec son homologue de l'Ukraine, Arseni Iatseniouk.

Personne n'est allé...

À l'annonce d'un accord de libre-échange Canada-Ukraine, Stephen Harper invite les cameramen, pas les journalistes. Des sourires et déclarations précuites devant les micros, un communiqué, aucun reporter sur sa pelouse pour le questionner, ainsi trône le roi à sa résidence d'été du lac Meech. Il prétend défendre l'Ukraine contre Vladimir Poutine, il se comporte comme lui en traitant les journalistes comme des facteurs, non comme des acteurs. Bravo aux médias qui par leur silence sur cette mise en scène de propagande lui ont fait un pied de nez en lui renvoyant sa lettre avec l'estampille «mauvaise adresse».