Pas l'âme à fêter

Je n'ai pas l'âme à la fête du Canada. Depuis neuf ans son gouvernement impose le bâillon sur ses projets de loi, dissout les groupes consultatifs, met fin au financement public des partis politiques. Il n'adore que le dieu Privé. Il affiche son dédain envers les employés de l'État. Il prétend réduire les émissions de GES sans toucher à leur cause première: les sables bitumineux. Il centre nos relations internationales sur les seuls gains commerciaux, réduisant à une peau de chagrin l'aide à l'éducation. Il n'écoute pas ses juristes. Il se fait taper sur les doigts par la Cour suprême. Il se fout des Premières Nations en ne faisant rien pour honorer leurs droits. Il dépeint les chômeurs en tricheurs, les artistes en «gras durs», les scientifiques en laquais. Il ferme leurs laboratoires, tripote leurs statistiques, provoque l'exode de leurs cerveaux. Jamais un gouvernement canadien n'a tant mutilé le corps social, jamais n'a-t-il tant défiguré son visage, jamais n'a-t-il tant déchiqueté sa cohésion, jamais n'a-t-il tant dévoyé son intégrité. Non, pas l'âme à la fête!