Le centre-ville d'Ottawa

Ottawa bilingue est une nécessité

OPINION / La ville d'Ottawa se trouve à la frontière du Québec et de l'Ontario. C'est l'une des villes les plus peuplées et diverses au Canada. Elle est aussi la ville capitale du grand pays du nord et accueille de nombreux touristes et visiteurs. Cette année, le Canada fête les 150 ans de sa Confédération. Plusieurs personnes d'un océan à l'autre se sont rendues dans la capitale pour célébrer la fête du Canada.
Je vais vous dire quelque chose que vous ne savez peut-être pas par rapport à la ville d'Ottawa... Et assurez-vous de ne pas rendre votre surprise trop évidente ! La ville d'Ottawa, la capitale de notre beau, gros pays bilingue, n'est PAS désignée officiellement bilingue sous la loi municipale. C'est surprenant, je sais ! 
Depuis l'an passé, plusieurs organismes francophones, dont la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne, ont pris l'initiative de se mobiliser. L'initiative #OttawaBilingue propose de modifier la loi constitutive afin de reconnaître explicitement l'égalité des langues française et anglaise au sein de la Ville d'Ottawa.
Le maire Jim Watson dit que sa politique est efficace, et elle l'est, mais une version mise à jour doit être imposée en permanence en mandatant plutôt un règlement contraignant et non une politique.
La communauté francophone est l'une des communautés fondatrices du Canada. Notre présence date de plus de 400 ans. Le Canada, c'est notre place. Alors demandez-vous : pourquoi ne pouvons-nous pas apprécier et reconnaître la place qu'a le français dans le développement et dans la culture de notre pays ? Pourquoi ne pouvons-nous pas remercier la communauté francophone pour leurs contributions au pays en désignant la capitale officiellement bilingue ? La seule réponse que j'ai à ces deux questions n'a qu'un seul mot : ignorance.
Le 31 mai est un jour historique pour le mouvement OttawaBilingue. La jeunesse ottavienne, francophone et anglophone, a guidé une foule dans les rues du centre-ville pour une grande manifestation et s'est rendue jusqu'à l'hôtel de ville pour revendiquer ses droits. Cette marche a été organisée par et pour la jeunesse. Par et pour les jeunes. Cela démontre à quel point les jeunes sont sur la ligne de front du mouvement OttawaBilingue.
La municipalité de Moncton a démontré du vrai leadership en 2002 en désignant la ville officiellement bilingue. Moncton est la première ville canadienne à devenir officiellement bilingue. Quinze ans plus tard, la ville d'Ottawa n'est pas encore au niveau de la belle ville de Moncton.
Ceci n'est pas une lutte de francophones contre anglophones. Ceci n'est pas une compétition pour qui peut avoir les meilleurs emplois à la municipalité ; qui est meilleur. Le mouvement OttawaBilingue cherche à concrétiser la politique existante sur les services en français dans la Ville d'Ottawa, et affirmer que la francophonie a autant de place que l'anglais au Canada.
Venant de Hamilton, une ville où la langue française est la langue minoritaire, je suis très loin de voir le jour où ma ville deviendra officiellement bilingue. Mais bien que je suis Hamiltonienne, une partie de mon identité est ancrée dans la ville d'Ottawa. Je veux voir le jour où ma deuxième maison aura le bilinguisme officiel. Je veux pouvoir raconter à mes enfants et mes petits-enfants que j'ai fait partie de la lutte pour OttawaBilingue à l'âge de 16 ou 17 ans et leur montrer que ça ne prend pas un Nelson Mandela ou un Mahatma Gandhi pour voir du changement se réaliser. Je veux leur dire que oui, c'est possible de mener la lutte, même si vous êtes madame ou monsieur tout le monde. Il faut agir là où c'est nécessaire et selon moi, OttawaBilingue est une nécessité.
Koubra Haggar,
Étudiante de l'École secondaire Georges-P.-Vanier, à Hamilton
Koubra Haggar a remporté le concours d'art oratoire des Jeux de la Francophonie canadienne, le week-end dernier, à Moncton-Dieppe, au Nouveau-Brunswick. Voici des extraits de son discours.