Odeur d'élection

Le Québec est au bord d'un deuxième scrutin général en 17 mois. Est-ce qu'on les prend pour des épais? Pensons-y bien. Des projets de plus 2 milliards$ en un mois et demi: comment les paiera-t-on? Un budget bidon. Les candidats sont sélectionnés. Les pancartes sont prêtes, les autobus, décorés. Par surcroît, des bonzes du Parti québécois ne cachent pas qu'un référendum serait possible dans un premier mandat. Les sondages ne sont plus aussi précis qu'avant. Les contribuables ont tendance à dire un peu n'importe quoi.