La famille Gagné demande des excuses publiques et la rétractation des propos du maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin.

« Nous demandons des excuses publiques »

À Maxime Pedneaud-Jobin, Maire de Gatineau,
En campagne électorale, on entend beaucoup de choses : des petites promesses, des grandes promesses, certaines seront tenues, d'autres pas. La population laisse même passer certaines demi-vérités. Ça fait partie du jeu. Les adversaires politiques attaquent et contre-attaquent. C'est de bonne guerre ! 
Mais rarement on entend un élu discréditer de simples citoyens afin de sauver la face. Sauver la face parce qu'un dossier a magistralement dérapé, pendant trois ans, en raison d'une machine défaillante et du manque de leadership à sa tête. 
À la suite de l'entrevue donnée sur les ondes de la radio 104,7 FM, alors que nous avons clairement exprimé notre insatisfaction quant à votre manque de leadership, vous avez affirmé au journaliste Mathieu Bélanger : « Il y a eu plusieurs offres faites à la famille et elles n'ont jamais été acceptées. » 
Faux, faux et encore faux ! 
La seule et unique « proposition de règlement » reçue de la part de la Ville de Gatineau a été formulée le 4 avril 2017 et nous, les propriétaires du 35, rue Marcotte, avons répondu le 6 avril suivant que « nous consentons globalement à poursuivre dans la voie (...) proposée. » 
En acceptant cette offre, nous avions alors soulevé certaines questions que nous savions embarrassantes pour votre administration. Effectivement, nos recherches au fil des mois auront permis de trouver plusieurs trous dans le gruyère de votre administration. Tout est documenté. Devant ces faits, le 12 avril suivant, la Ville de Gatineau a unilatéralement choisi de retirer sa seule et unique proposition de règlement, forçant ainsi la judiciarisation du dossier. Ce sont là les faits et la vérité simple et nue. Le Bureau de l'Ombudsman pourra confirmer nos prétentions, vous le savez. 
Nous demandons donc des excuses publiques et la rétractation de vos propos qui auront laissé croire à la population gatinoise que nous aurions souhaité obtenir beaucoup plus que la simple reconnaissance des manquements de la Ville de Gatineau. 
Monsieur le maire, si le dossier du 35, Marcotte est trop complexe pour vous, peut-être n'êtes-vous pas fait pour ce job !
Il y a dans notre belle ville beaucoup trop de 35 Marcotte. Nous invitons donc toutes ceux qui, malgré leur bonne foi, se sont butés à un appareil public indifférent et irrespectueux, à se mobiliser pour exiger une prise de conscience réelle quant à sa relation avec ses citoyens.
« Je suis 35 Marcotte ! »
La famille Gagné, Gatineau