La rivière Gatineau dans le secteur Wakefield.

Non à un référendum à La Pêche

À la suite de la réunion du 9 janvier à La Pêche, le conseil municipal acceptait sur division, un règlement d'emprunt de 400 000 $ payable sur 25 ans, pour l'aménagement des berges de la rivière Gatineau avec trottoirs et quais flottants en bois dans le secteur Wakefield.
J'ai été le seul élu à voter contre ce règlement d'emprunt. En moins de deux semaines, plus de 684 personnes se sont déplacées pour signer le registre. 
C'est la première fois depuis 1975 et depuis la fondation de la municipalité qu'un règlement d'emprunt est contesté. Ce n'est en aucun cas en rapport avec le village de Wakefield. Nous venons de faire un règlement d'emprunt de 600 000 $ pour l'école de Wakefield. Plusieurs centaines de milliers de dollars ont été investis dans le Centre communautaire de Wakefield. Nous avons aussi accepté d'investir 600 000 $ dans une maison de soins palliatifs à Wakefield. Plusieurs centaines de milliers de dollars ont été investis dans le Musée Fairburn, dans les logements pour aînés de Wakefield et les sentiers pédestres.
Le projet d'aménagement des rives de Wakefield est un beau projet de développement touristique, parrainé par la Chambre de commerce de Wakefield. Les premiers bénéficiaires en seront les gens d'affaires de Wakefield. Leur objectif est d'attirer davantage de touristes ainsi que les citoyens de La Pêche à venir marcher sur les berges. 
Aucune provision budgétaire n'a été prévue pour l'entretien de ce projet incomplet à être payé par tous les contribuables de La Pêche. Des citoyens de l'est de la municipalité sont préoccupés par la quiétude des lieux en soirée. Des jeunes de l'extérieur de la municipalité se rassemblent le soir au pont de Wakefield. Ces citoyens ont peur que la problématique soit déplacée vers le village en soirée. Qui s'occupera de la sécurité des lieux afin de s'assurer qu'il n'y ait ni fêtards ni bateaux aux quais ?
Il y a un manque flagrant de stationnement au village de Wakefield. L'été, la rue Riverside est déjà congestionnée.
À la réunion du conseil municipal du 6 février, ce sera un non-sens de voter pour un référendum, le coût étant de 50 000 $. Il pourrait diviser fortement la municipalité. La direction de l'administration municipale devra s'occuper du référendum, préparer les élections de l'automne et négligera certains projets prévus cette année. Enfin, l'échéancier du projet risque d'être trop serré et ça le ramènerait en fin juillet ou début août pour Canada 150.
Je suggère un avis de motion pour un nouveau règlement d'emprunt avec une taxe d'amélioration locale pour le quartier de Wakefield. D'après une évaluation, les coûts seraient de 40 $ par an par résidence et impliquerait que le conseil municipal investisse un maximum de 10 000 $ annuellement pour l'entretien.
L'exercice démocratique du 25 janvier était très clair. Le message des citoyens était qu'il y a d'autres projets plus prioritaires dans lesquels nous devons investir.
Michel Gervais, conseiller du quartier 2, municipalité de La Pêche