Mort des éloges funèbres à Ottawa

Fin des hommages aux funérailles, car ce ne serait pas assez religieux, selon l'archidiocèse d'Ottawa.
Au moment où un signal de respect et d'écoute vient de Rome, avec le pape François, l'autoritarisme semble revenir en force à Ottawa. L'archevêque Terrence Prendergast a de toute évidence beaucoup de difficulté à accepter que les rituels religieux doivent aussi intégrer les besoins des premiers concernés.
Les familles ont commencé à inventer leur propre rituel et le clergé accélérera cette tendance en décidant sans dialoguer. La décision de limiter les familles à un seul éloge de trois minutes avant les funérailles a été annoncée comme un compromis.
Un compromis suppose le respect, l'écoute et le dialogue. Pour le moment ça ressemble surtout à un abus d'autorité et à de vieilles habitudes qu'on croyait enterrées.
Denis Carrier, Gatineau