Mieux mourir jusqu’à la fin

OPINION / Vous, les membres et les collaborateurs de l’Association canadienne de soins palliatifs tiendrez votre congrès annuel à Ottawa jusqu’au 21 septembre. Votre thème : «Miser sur le partenariat vers une vision commune». Et en ajout «Bien vivre jusqu’à la toute fin». Ce qui est bien.

Cependant, si on tient compte de l’actualité, notamment le jugement de la juge Baudoin dans le dossier Gladu-Truchon, et de l’énorme évolution de notre société, je vous propose mieux, beaucoup mieux. Voici.

« Travailler ensemble dans l’univers des soins de fin de vie, incluant l’aide médicale à mourir» : Soins de fin de vie est une terminologie rassembleuse et inclusive. Ces soins de fin de vie comprennent les soins de confort, le refus des soins, la sédation palliative continue (terminale) et l’aide médicale à mourir. Nous ne sommes pas dans l’univers du partenariat et les autres, mais égaux dans le Travailler ensemble. Autour de la personne en fin de vie ou rendue à la fin de sa vie. Autour de sa liberté de choix. Ancrés dans le seul intérêt de la personne finissante de sa vie.

« Bien vivre jusqu’à la toute fin» : encore là, c’est un langage ténébreux, inquiétant et qui fait peur. Jusqu’à la toute fin, de qui et de quoi et du jusqu’où?! Un langage clair et centré sur la personne en fin de vie : mieux mourir jusqu’à ma fin, pleinement respecté jusqu’à ma fin.

Mon rêve pour le printemps prochain : un premier congrès canadien sur les soins de fin de vie. Pour le Travailler ensemble. Pour se centrer sur le libre choix, source de dignité, de liberté et de respect de la personne jusqu’à sa fin.

Tout cela exigera humilité, ouverture, courage et solidarité. Osons travailler ensemble et honorons mieux les finissants de la vie, soit environ 250 000 personnes au Canada annuellement.

En attendant, bon congrès à tous, tout spécialement à celles et à ceux, nombreux, qui espèrent le passage de l’univers des soins palliatifs à l’univers des soins de fin de vie.

Yvon Bureau,

Travailleur social,

Consultant bénévole pour un mourir digne et libre