Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Loi C-21, ce qui devrait être fait

Marc Lacourcière
Marc Lacourcière
Gatineau
Article réservé aux abonnés
POINT DE VUE / En réaction à la chronique «Armes à feu et frilosité politique» du journaliste Jean-Marc Salvet parue le 18 février. M. Salvet, vous avez mis le doigt sur le problème. Les criminels se foutent des lois. Bannir ne fonctionne tout simplement pas, tant pour les armes que pour les drogues, le tabac, l’alcool.

Nous savons tous que la contrebande existe à grande échelle. Ce que les gens ignorent est que la très grande majorité des armes à feu qui servent les criminels ne sont pas achetées légalement dans un commerce. Encore moins sont-elles enregistrées auprès du gouvernement.

Il y a maintenant près de 40 ans que les vraies armes d’assaut sont bannies au Canada. La définition est simple: une arme d’assaut est capable de tirer en rafale ou en tir constant et vider son chargeur avec une seule pression de la gâchette. Les armes que nous voyons aujourd’hui, même le fameux AR15 ou le AK47, qui sont vendues au Canada ne peuvent pas tirer en mode automatique. Point final. Les armes utilisées par le tireur fou de la Nouvelle-Écosse étaient passées en contrebande des États-Unis.

Les armes de poing légales demandent des propriétaires beaucoup d’effort et de vérifications. Pour acheter, il faut un permis spécial en plus du permis régulier. L’enregistrement est sous le contrôle de la GRC. L’entreposage est très strict et soumis à des inspections de la police. Les armes doivent être dans un coffre, avec des serrures de gâchette et non chargées. Elles ne peuvent jamais être transportées sans raison. Je ne vois pas les changements qu’une ville pourrait faire pour être plus sécuritaire que cela. Sans penser aux coûts pour construire des coffres. Les criminels, eux, ne seront pas du tout effrayés par ces lois.

Pour les chargeurs de haute capacité, alors là, il y a une solution. Il faut carrément bannir tout chargeur qui peut être modifié pour contenir plus de cinq ou dix balles. Les chargeurs courts existent déjà pour tous les modèles d’armes.

Au sujet de l’apparence, une crosse dite tactique ne change en rien une arme à feu totalement légale. Pas plus que mettre une aile et des bandes colorées ne change une voiture en machine de rallye. On s’en rend compte si on regarde des carabines qui servent aux Jeux olympiques : leurs crosses sont d’une apparence bizarre avec des poignées pistolet et tout.

Le gouvernement devrait, pour cerner le crime, ajuster son tir et donner des outils à la police et aux services frontaliers. Il faut arrêter la contrebande au complet. Il faut aussi punir les crimes commis avec des armes beaucoup plus sévèrement. La contrebande ? Dix ans de prison ferme par arme à feu. Avoir une arme pour commettre un crime ? Cinq ans de plus à la sentence, sans compromis. Avoir un chargeur modifié ? Un autre cinq ans. Ajoutez de belles sommes d’argent pour chaque crime, des sommes qui font mal. Par exemple 100 000 $ par arme à feu. Pourquoi un montant si élevé ? Parce que certains gangs ont beaucoup d’argent et des montants plus petits ne les impressionnent pas.

Laissez les propriétaires légaux tranquilles. Ils font déjà tout pour se conformer.

Avec respect.