L’Initiative de logement rapide qui doit permettre de développer de nouveaux logements pour les ménages victimes de la pénurie sévissant dans plusieurs villes du Canada et du Québec.
L’Initiative de logement rapide qui doit permettre de développer de nouveaux logements pour les ménages victimes de la pénurie sévissant dans plusieurs villes du Canada et du Québec.

Logements abordables : Gatineau défavorisée par le fédéral

À vous la parole
À vous la parole
Le 27 octobre dernier, le gouvernement fédéral a dévoilé les détails de l’Initiative de logement rapide (ICRL) qui doit permettre de développer de nouveaux logements pour les ménages victimes de la pénurie sévissant dans plusieurs villes du Canada et du Québec.

Logemen’occupe salue les objectifs de rendre disponibles des logements permanents le plus rapidement possible pour loger les personnes sans logis victimes de la crise du logement dont la situation est précarisée par la pandémie. Cependant, compte tenu des conditions requises pour être subventionnées, nous doutons fortement que cette initiative soit réellement porteuse de projets permettant de lutter efficacement contre l’itinérance, à court et à long terme.

Par exemple, les logements produits devront être impérativement « abordables », c’est-à-dire ne pas représenter plus de 30% du revenu brut du ménage occupant, et cela durant au moins 20 ans. Mais en même temps, il est mentionné que les projets demandant le moins de subventions seront ceux qui seront privilégiés. Cherchez l’erreur! Contrairement aux lignes directrices de l’ICRL, nous croyons que plus de subventions devraient être requises pour financer l’entièreté des projets, surtout si l’on considère les courts délais. De plus, les logements construits, qui sont censés être permanents, pourront avoir des baux d’une durée d’à peine trois mois.

Même si le programme parle de logements abordables, il semble clair qu’il vise à financer des projets hors du marché privé, s’adressant aux villes, aux provinces ou à des organismes communautaires… ce que nous saluons.

Par ailleurs, Logemen’occupe est profondément révolté que Gatineau ne fasse pas partie des grandes villes désignées, dans le volet 1 du programme, pour recevoir un appui immédiat. Les mal-logés et les sans-logis de cette ville sont pourtant très affectés par la grave crise du logement qui y sévit et se relèvent difficilement de tornades dont les dégâts ne sont pas encore réparés. De nombreux ménages sont présentement encore hébergés en motel et dans des refuges comme l’aréna Guertin depuis des mois.

Même si les organismes impliqués dans la lutte à l’itinérance de Gatineau pourront déposer une demande dans le 2e volet de cette nouvelle initiative fédérale, ceux-ci n’ont aucune assurance que leurs projets seront traités en priorité contrairement aux organismes qui ont pignon sur rue dans les villes ciblées dans le volet 1 de l’ICRL.

Un investissement de 1 milliard $ du fédéral dans le logement, pour une seule année, ça fait une éternité qu’on n’a pas vu ça ! Raison de plus que cette initiative soit corrigée rapidement afin que la ville de Gatineau soit identifiée dans les villes du volet 1 de l’ICRL. Dans cette perspective, Logemen’occupe invite l’ensemble des organismes préoccupés par la situation de l’itinérance ainsi que les autorités de la ville de Gatineau à interpeller rapidement les députés fédéraux de ce territoire afin que ce tort et cette aberration soient rapidement corrigés. Si le gouvernement fédéral a cru nécessaire et avec raison de nommer 6 villes de l’Ontario dans le volet 1 de cette nouvelle initiative, comment comprendre qu’au Québec seules les villes de Montréal et Québec ont été identifiées dans ce volet alors que la crise du logement sévit de façon tout aussi importante dans plusieurs autres villes du Québec et particulièrement à Gatineau?

L’organisme espère également que cet argent servira notamment à acheter des hôtels et des immeubles commerciaux vacants pour les transformer en logements sociaux.

Dans tous les cas pour résorber à moyen terme la crise du logement, Logemen’occupe estime que le fédéral doit de toute urgence bonifier sa Stratégie canadienne sur le logement comme promis par le premier ministre Trudeau lors du discours du Trône, en la réorientant vers le logement social et en augmenter les investissements prévus pour son développement.

François Roy, coordonnateur Logemen’occupe