L’étude récente et très solide de l’IRIS confirme que la région est fortement sous-financée en matière de soins de santé.

Lettre aux élus de l’Outaouais

OPINION / Santé Outaouais 2020 profite de la fin de la campagne électorale, pendant laquelle l’enjeu des services de santé a été comme jamais au cœur des débats, pour faire connaître ses attentes à ce sujet.

L’étude récente et très solide de l’IRIS confirme que la région est fortement sous-financée en matière de soins de santé. Ce sous-financement s’élève à 250 millions $ annuellement, incluant les quelque 100 millions $ versés à l’Ontario pour les soins qui y sont reçus. L’étude révèle que pour l’ensemble des dépenses en santé en 2015-2016, les habitants de l’Outaouais reçoivent 75,4 % par rapport à la moyenne québécoise.

Ce sous-financement est énorme et entraîne des retards importants. Ainsi, il manque 185 lits de courte durée et 460 de longue durée. Les hôpitaux de Hull et de Gatineau sont sous-équipés, de sorte qu’il est difficile d’attirer des spécialistes (manque de 200) et des infirmières (manque de 900). Un cas qui illustre bien le sous-équipement est le Centre de radio-oncologie localisé à l’hôpital de Gatineau. Il ne dispose pas d’une IRM, ni les équipements nécessaires pour la radiothérapie stéréotaxique. Les patients ayant un cancer, souvent très malades, doivent aller se faire traiter à Montréal. Il faut à tout prix que votre gouvernement corrige ce sous-financement continu.

Malgré une augmentation du nombre de personnes ayant un médecin de famille (80 %), grâce entre autres à l’ouverture d’une super-clinique, 70 000 patients sont toujours orphelins. De plus, les heures d’ouverture des cliniques, des Groupes de médecine familiale et des CLSC sont encore trop limitées, les patients avec des problèmes mineurs (60 %) engorgent les urgences.

D’ailleurs le temps d’attente des hôpitaux de Hull et de Gatineau est, année après année, parmi le plus élevé au Québec. Pour éviter l’engorgement des urgences, il faudra avoir le courage de décloisonner la profession médicale en permettant aux infirmières praticiennes spécialisées, infirmières, pharmaciens et paramédics de poser plus d’actes médicaux, et prolonger les heures d’ouverture des Groupes de médecine familiale et des CLSC.

Pour attirer des infirmières, il faut améliorer leurs conditions de travail en éliminant le recours au temps supplémentaire obligatoire, en offrant de meilleures primes pour tenir compte de la concurrence avec la région d’Ottawa et en établissant un ratio patients par infirmières raisonnable.

Contrairement à beaucoup d’hôpitaux des autres régions qui ont été reconstruits ou rénovés, ceux de Hull et de Gatineau n’ont pas fait l’objet d’investissement majeur depuis de nombreuses années. Il y manque des plateaux techniques et des appareils à la fine pointe de la médecine, ce qui décourage les spécialistes à venir pratiquer en Outaouais. De nombreux patients doivent en conséquence aller se faire traiter en Ontario ou ailleurs au Québec.

La Coalition avenir Québec a promis la construction d’un troisième hôpital à Gatineau, d’ici 2023, ce qui représenterait un investissement majeur dans la région. Cet investissement répondrait mieux aux besoins s’il servait à agrandir et moderniser l’hôpital de Hull. Un hôpital majeur moderne, regroupant toutes les spécialités, faciliterait le recrutement des spécialistes et des infirmières et permettrait de rapatrier une partie des soins reçus en Ontario.

En raison notamment du sous-financement, les dirigeants actuels du CISSSO gèrent le réseau avec beaucoup d’actions à la pièce et souvent d’une crise à l’autre. Il faut définir une vision et un plan pour la mettre en œuvre, incluant la formation (par ex. un campus des sciences de la santé à l’Université du Québec en Outaouais en lien avec la faculté satellite de médecine).

La campagne électorale a permis de mettre l’enjeu de la santé comme jamais sur la place publique. Votre gouvernement et les députés de la région ne pourront plus négliger l’Outaouais, qui se tient debout.

Andrew Gibson,

Gilbert Langelier,

Santé Outaouais 2020