Steven Blaney

Les maux des mots

N'en déplaise à M. Blaney, ce ne sont pas les mots qui sont à l'origine de l'holocauste. Ce sont plutôt les irritants auxquels, soit par calcul politique, soit par incompétence, on a évité de remédier. Ces irritants se sont infectés, amplifiés pour dégénérer en mots. Ont suivi les maux des mots, soit la haine, l'injustice et enfin, cet horrible holocauste. Est-ce par manque de courage que M. Blaney et son gouvernement sautent les étapes en ignorants les irritants? N'est-ce pas plutôt par calcul politique qu'ils évoquent la peur, pour mieux vendre à la population ce dangereux projet de loi antiterroriste C-51 qui met en danger notre vie privée?