Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Les héros de l’AstraZeneca

Daniel Goulet
Daniel Goulet
Edmundston, N.B.
Article réservé aux abonnés
POINT DE VUE / Avant de commencer cet article, je tiens à offrir mes sincères condoléances à la famille et aux amis de la première victime de la thrombose au Canada, Mme Francine Boyer.

Il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’une personne courageuse qui a choisi de se protéger, ainsi que les autres en se faisant vacciner. Bravo à cette dame.

Au cours du 20e siècle, au minimum, plus de 40 millions de soldats (aucune donnée sur les civils) sont morts dans des guerres et autres calamités comme la grippe espagnole de 1918-1919. Dans plusieurs et de trop nombreuses guerres, des hommes et des femmes ont été envoyés au front pour combattre l’ennemi. Il s’agit souvent des premières lignes de défense, un terme utilisé par les armées (même en médecine) depuis des siècles.

À mon avis, les gens qui ont reçu le vaccin AstraZeneca se comparent, de façon métaphorique, à ces soldats. Ils ont décidé d’aller au front (quand c’est possible) avant les autres, qui préfèrent attendre. Dans la société, souvent dans les moments difficiles, d’improbables héros se découvrent. Je crois que Mme Boyer en est l’incarnation même.

Les statistiques ne mentent pas. Les risques d’être affecté par une thrombose par l’AstraZeneca sont de 1 sur 100 000 vaccinés. Si vous préférez, 0,001 %. Vous êtes plus à risque d’effets secondaires importants avec plusieurs médicaments prescrits ou simplement disponibles sur une tablette de pharmacie. Vous n’avez qu’à lire les mises en garde, les petits caractères presque illisibles pour vous en convaincre.

Il ne faut pas se leurrer, la situation actuelle est bien une guerre. Contrairement à un pays ennemi, le virus ne demandera jamais de trêve et il ne hissera pas le drapeau blanc. Il n’y a qu’une façon de le vaincre : la vaccination. Pour les adeptes du slogan «libaaarté», c’est la seule façon d’atteindre vos objectifs.

J’ai été vacciné à l’AstraZeneca le 6 avril dernier. Je fais partie de la première ligne de défense.