Les étudiants, insatisfaits du Rapibus

À Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau,
Je m'appelle Emmanuelle Goulet, j'ai 18 ans et je fréquente le Cégep de l'Outaouais, campus Gabrielle-Roy. Comme plusieurs autres étudiants, je n'ai guère le choix que d'utiliser le transport en commun. Bien sûr, cela exige des compromis. Cependant, il y a des limites!
Le Rapibus - ou, comme presque toutes mes connaissances l'appellent, Crap-ibus - porte très mal son nom puisqu'il est deux fois plus lent que le système qu'il a remplacé. Les temps d'attente pendant les transferts sont interminables puisque les autobus ne sont pas coordonnés. Et il n'y a plus de trajets d'heures de pointe après 18h, ce qui est, pour beaucoup de gens, encore l'heure de pointe! Ces trajets devraient être en place jusqu'à 19h ou au minimum 18h30.
Le circuit 68 est le plus problématique pour les étudiants du Cégep de Hull. C'est le seul qui le relie au Rapibus; il n'y a qu'un autobus aux heures, en dehors des heures de pointe, et aux demi-heures pendant celles-ci. Les étudiants ont des cours à toutes les heures de la journée. La fréquence devrait passer au minimum à toutes les demi-heures, ce qui serait déjà un meilleur compromis avec la ligne 33 qui passe aux 30 minutes, mais qui va ailleurs en ville. Sans compter que le 68 est très populaire et donc toujours plein à craquer.
Au sujet des tarifs maintenant. Je paye 210$ par session. Les étudiants de l'Université du Québec en Outaouais, eux, payent 145$ par session. Où est la logique?
Finalement, je comprends que les chauffeurs aient eux aussi des frustrations par rapport au nouveau système. Par contre, s'ils étaient un peu plus à l'heure et qu'ils n'omettaient pas parfois de passer, les gens seraient moins frustrés.
Je sais que le gaspillage de fonds publics du Rapibus n'était pas votre initiative. Cependant, nous avons placé notre confiance en vous et nous espérons que ce n'était pas à tort. Cet automne, j'ai voté pour la première fois, pour vous, car j'ai pensé que vous étiez probablement le meilleur des candidats pour représenter les citoyens de Gatineau (et non pour régner sur eux). Je vous en prie, ne me décevez pas.
J'exprime ici mes frustrations qui sont celles de bien d'autres personnes. Le Rapibus n'a répondu à aucune des attentes et c'est maintenant à vous de réparer les pots cassés par d'autres... Cela faisait partie de vos promesses!
Emmanuelle Goulet, Gatineau