La semaine dernière, les Ontariens ont appris que le gouvernement Ford diminuerait l’appui financier aux étudiants à faible revenu, ce qui signifie qu’ils devront emprunter davantage pour leurs études postsecondaires.

Les coupures de Ford auront un effet dévastateur sur les étudiants dans le besoin

OPINION / En tant que ministre fédérale de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et du Travail, je rencontre beaucoup de Canadiens et partout où je me rends, les étudiants me disent qu’ils craignent pouvoir payer leurs études et se trouver un emploi après avoir obtenu leur diplôme. Ce que les employeurs me disent le plus, c’est qu’ils ne trouvent pas de personnel qualifié pour aider leur entreprise à se développer.

La semaine dernière, les Ontariens ont appris que le gouvernement Ford diminuerait l’appui financier aux étudiants à faible revenu, ce qui signifie qu’ils devront emprunter davantage pour leurs études postsecondaires.

Depuis notre élection, nos priorités sont clairement définies. Au lieu de réduire les subventions, nous investissons dans les étudiants et les travailleurs pour construire une main-d’œuvre forte et compétente. Nous savons que chaque jeune Canadien mérite une chance égale de réussir et que personne ne devrait être laissé de côté. Lorsqu’on égalise les règles du jeu afin que tous les Canadiens, quel que soit leur origine, puissent réaliser leur plein potentiel, on en bénéficie tous.

Contrairement aux coupures du gouvernement Ford ciblant les personnes vulnérables, notre gouvernement a augmenté de 50 % les bourses canadiennes pour étudiants. Près de 100 000 étudiants de familles à revenu moyen et 247 000 étudiants de familles à faible revenu au Canada ont plus d’argent pour leurs études chaque année. Notre augmentation aide également 16 000 étudiants à temps partiel qui concilient études, travail et soins à leurs proches.

Les changements apportés par le gouvernement Ford découragent les Ontariens qui envisagent retourner au collège ou à l’université et d’acquérir de nouvelles compétences dans un monde de travail qui change rapidement. Nous savons qu’augmenter l’appui pour les travailleurs plus âgés les aide, aide leurs familles, et aide les entreprises qui ont besoin de talent.

Alors que les entreprises canadiennes ont de la difficulté à remplir plus de 550 000 postes vacants et que la nature du travail change, nous ne pouvons pas nous permettre de laisser des gens de côté. Les étudiants et les travailleurs doivent réaliser leur plein potentiel. Notre économie en dépend.

Les chiffres nous en disent long. Depuis notre arrivée au gouvernement, les Canadiens ont créé plus de 800 000 emplois et le taux de chômage est plus bas que jamais. Notre gouvernement libéral continuera d’investir dans les jeunes Ontariens et les Canadiens de partout au pays, car nous savons que lorsqu’on leur donne une chance, ils en profitent.

L'auteure, Patty Hajdu, est ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et du Travail, et députée de Thunder Bay—Supérieur-Nord