L'ex-pdg de l'Agence de la santé de l'Outaouais, le DrGuy Morissette

Les apprentis sorciers

Déjà en 1975, les résidents de la ville protestent car ils n’ont pas les services hospitaliers auxquels ils auraient droit… Le ministère de la Santé tente de minimiser et s’attaque à une cible, le déficit qui empêcherait d’offrir de bons services. Il s’en suit une succession de tuteurs, d’accompagnateurs, de directeurs qui s’attaquent à des déficits budgétaires, sans jamais rien régler. Mais est-ce la bonne cible? N’est-ce pas plutôt les déficits de services auxquels ils auraient fallu s’attaquer?

Entre en scène, la mégafusion des établissements en 2015… La solution: combinons tous les budgets, tous les médecins, tous les personnels ensemble et voilà la solution magique aux problèmes. 

Et tel deux apprentis sorciers, voilà que le Dr Guy Morissette et Jean Hébert se retrouvent avec la baguette magique et commencent l’expérimentation sur l’organisation des services offerts : on tâtonne, on réorganise les accès, on ferme des lignes de chirurgies, on centralise toutes les demandes de services médicaux et sociaux de toutes les régions. 

Les gens se retrouvent sur des listes d’attentes et quand cela ne fonctionne pas, on s’excuse des ratés, on dit apporter les modifications nécessaires et rien se s’améliore… mais contrairement à l’apprenti- sorcier de Walt Disney, cela ne se termine pas par une danse de seaux d’eau dans les escaliers, mais par la mort évitable de personnes. 

En 2017, se sont tous les résidents de l’Outaouais qui protestent car ils n’ont pas les services de qualité auxquels ils auraient droit et certains en meurent. Les apprentis sorciers n’ont en rien réglé la situation.

L'auteure du texte est l'ancienne députée du comté de Pontiac, Charlotte L'Écuyer.