Les évaluations en pourcentage ont davantage d’effets néfastes que positifs sur les enfants du primaire, selon l'auteure du texte.

L’effet des bulletins chiffrés sur les enfants

OPINION / À la suite de l’annonce concernant la modification du règlement encadrant l’enseignement à la maison, je souhaiterais indiquer, en portant deux chapeaux différents, en quoi l’imposition des examens ministériels pour les enfants scolarisés à la maison ou non est peu pertinente.

Tout d’abord, je porterai mon chapeau d’enseignante pour expliquer en quoi les évaluations en pourcentage, qu’elles soient ministérielles ou pas, ont davantage d’effets néfastes que positifs sur les enfants du primaire. 

J’ai quitté ma profession que j’adorais parce que je n’en pouvais plus d’accorder un pourcentage ridicule à des enfants de 7 ans, ces derniers ayant perdu toute leur motivation durement gagnée en voyant leurs notes. En effet, les examens sont une source d’anxiété qui détournent les enfants de leur goût d’apprendre. On n’apprend pas pour le plaisir, mais dans le but de se préparer aux examens et d’avoir une bonne note! Voilà que la motivation d’apprendre devient extrinsèque et entre dans le cercle vicieux du bon vieux béhaviorisme. Il suffit d’aller lire les études neuroscientifiques pour constater l’inefficacité de cette méthode.

Maintenant que j’ai quitté ma profession adorée, épuisée de regarder des enseignants extraordinaires ne plus savoir où mettre de la tête, je peux vous expliquer mon point de vue en portant mon chapeau de parent-éducateur. 

Ayant constaté les effets néfastes du système de notation sur mes élèves et sur mon enfant très intelligent mais atteint d’un TDAH de type inattentif, j’ai décidé que les apprentissages allaient dorénavant faire partie intégrante de notre quotidien. En première année, mon enfant a appris à additionner, soustraire, doubler des fractions et des nombres décimaux en préparant des biscuits pour la journée des entrepreneurs (il l’a fait seul). Quel beau projet engageant et plein de sens pour un enfant qui a de la difficulté à rester concentré! Mettez-le aujourd’hui devant une résolution de problème de la commission scolaire et il est presqu’en échec parce que tout cela ne fait pas de sens pour lui!

Il est très noble de vouloir s’assurer que tous les élèves reçoivent une éducation adéquate. Par contre, il est dangereux de confier à l’état la définition de ce qu’est une éducation adéquate. Personnellement, et selon mes lectures, l’enseignement que reçoivent mes enfants et ceux des mes pairs non enseignants semble nettement supérieur à celui offert par l’école malgré la grande compétence des acteurs du milieu. Et surtout, les examens ministériels ne feront que causer de l’anxiété et diminuer cet élan d’apprentissages par projets spontanés si bénéfique pour les enfants.

L'auteure du texte est Jessie Deslauriers Jacques de Gatineau.